Articles ‘Voyage au Vietnam’

Cat Ba et une baie d’Halong

Share Button

Ils ont des chapeaux ronds, vive les… Ben non, pas Bretons, Vietnamiens ! Quoique √†¬† Cat Ba, il fait un vrai temps breton en ce moment.
Je n’avais pas encore pris le train au Vietnam, je me suis donc achet√© un billet de la gare de Long Bien √†¬† Hanoi jusqu’√†¬† Haiphong pour y attraper un bateau pour Cat Ba, ville principale de l’ile √©ponyme non loin de la baie d’Halong. Les passag√®res autour de moi m’offrent des cl√©mentines et de larges sourires. C’est maman qui va √™tre contente que je mange des fruits ! Le train est compos√© de wagons de marchandise et 3 wagons de passagers assis sur des bancs en bois. Le trajet dure 2h30. Arriv√©, je saute dans un taxi, direction l’embarcad√®re et monte dans un bateau au to√ģt surcharg√© de marchandises en tout genre. Dix minutes plus tard, il l√®ve l’ancre. Dans la cabine, les m√™mes bancs de bois que dans le train ou presque et une t√©l√© qui diffuse en permanence des clips dans un volume sonore qui rappelle ces bars o√Ļ l’on vient entre amis et on se gueule √†¬† l’oreille pour se parler. Il faisait d√©j√†¬† froid et gris √†¬† Hano√Į – oui, je sais tout est relatif mais pour moi qui vivais depuis des semaines au-dessus des 30 degr√©s, √ßa fait frisquet 18 – mais avec le vent qui s’invite √†¬† la f√™te, je ne regrette pas d’avoir pull et veste sur les √©paules. Nous longeons les √©normes paquebots du port d’Haiphong avant de retrouver la haute mer.
Arriv√© √†¬† Cat Ba, le temps est toujours brumeux et gris mais le front de mer est s√©duisant et la bourgade a ce charme des petits villages littoraux. Je photographie le ballet des barques √†¬† bras. Le lendemain, c’est Halong Day, enfin Halong Bay. J’ai r√©serv√© un tour d’une journ√©e en bateau. Sur le pont du bateau, m√™me avec mes deux pulls et ma veste, je ne sue pas √†¬† grosses gouttes, loin s’en faut mais dans la cabine on ne voit pas tellement bien et c’est pas pratique pour prendre des photos. La visibilit√© n’est pas tr√®s bonne et la luminosit√© non plus. Je dois shooter √†¬† haute sensibilit√© mais √ßa reste magique. Oui, la Bretagne, c’est magnifique !
baie d'Along - Halong Bay
Au d√©tour des grands blocs de pierre coiff√©s de verdure, plant√©s dans l’oc√©an, nous d√©couvrons des maisons flottantes, parfois des communaut√©s enti√®res qui vivent de la p√™che, la viviculture ou la location de kayaks aux touristes de passage. Et puis, il y a les grottes. Nous en visitons deux, dont une immense qui surplombe une crique superbe.
Halong Bay - baie d'along Vietnam
Il est midi, la lumi√®re se fait un chouillat moins timide. On nous sert un repas d√©licieux en cabine. Riz, rouleaux de printemps, sardines grill√©es, choux et carottes √†¬† la vapeur, concombres et tomates crus. Dehors, il commence √†¬† crachouiner. On y voit encore moins bien que le matin. Cette fois-ci, un peu poule mouill√©e ou plut√īt poule qui ne veut pas se faire mouiller, je reste en cabine et sort de temps en temps pour t√†¬Ęter du d√©clencheur. Petite balade en kayak sur une eau calme, entre les icebergs locaux et les maisons flottantes, arr√™t √†¬† une ferme piscicole flottante o√Ļ les marins qui ont visiblement bien arros√© leur repas, commencent √†¬† entonner: « Sarkozy,Sarkozy,Sarkozy ! » en apprenant la nationalit√© de mes compatriotes pr√©sents dans le groupe et retour √†¬† la casbah, euh pardon √†¬† Cat Ba. La halte baignade pr√©vue au programme a √©t√© annul√©e sans la moindre protestation de la part du groupe. Etonnant…
Baie d'Along ferme piscicole
Au large de la ville se trouve un village de p√™cheurs flottant. Notez que j’ai bien laiss√© « flottant » au singulier car c’est le village qui flotte, les p√™cheurs, je ne suis pas s√†¬Ľr…De nombreux bateliers vous proposent d’en faire le tour pour quelques milliers de dongs. Je choisis la fin d’apr√®s-midi, vers 17h pour cette balade. D’apr√®s mes observations, c’est le moment de la journ√©e o√Ļ il y a le plus d’animation. C’est incroyable ces habitations construites sur un quadrillage en bois reposant sur des barils, des coques de bateaux ou des bateaux transform√©s directement en maisons. D√©s que vous vous approchez √†¬† moins de 3 m√®tres, les chiens aboient et montrent leurs crocs pour d√©fendre leur territoire flottant. Certains habitants ont la t√©l√© par satellite.
Cat ba - Vietnam- village flottant
C’est l’heure du repas, plusieurs familles me proposent de me joindre √†¬† eux; trop timide, je n’ai pas os√©. J’ai probablement eu tort. C’est la derni√®re √©tape de mon voyage vietnam, retour √†¬† Hano√Į puis direction Bangkok.

Les photos de Halong et Cat Ba sont dans la galerie.

Un taxi a Hano√Į

Share Button

Exploit incroyable, j’ai r√©ussi a dormir dans un sleeping bus ! A dormir 2 heures sur les 14 heures de trajet. C’est une petite victoire certes mais une victoire quand m√™me.
Des la descente du bus, c’est la cohue des chauffeurs de motos et taxi qui s’affolent a la vue du visage pale que je suis. Tellement que le pied de l’un d’entre eux bloque la valise que je tire et je me r√©tame de tout mon long. Aucun mouvement pour m’aider a me relever dans la meute autour de moi. Bienvenue a Hano√Į. Un employ√© de la compagnie de bus essaie de me convaincre d’aller dans leur h√ītel mais je pr√©f√®re me rendre dans celui de mon choix. Il se charge alors de me d√©gotter un taxi dont il connait apparemment le chauffeur. Un jeune homme qui arrive a destination me demande 480 000 dongs pour la course de quelques kilom√®tres. C’est juste 10 fois plus √©lev√© que le prix normal. Il y a de toute √©vidence un z√©ro en trop mais il n’en d√©mord pas. Apr√®s plusieurs minutes de protestations vaines, fatigue par ma nuit grise, gris clair m√™me, je finis par payer puis fait mine de noter son num√©ro de plaque histoire de le faire flipper un peu. Mieux r√©veill√© je suis sur qu’en utilisant bien cette menace, j’aurai pu revenir a un prix plus raisonnable. L’arnaque au taxi, c’est le sport national ici, j’ai rencontre plusieurs personnes ayant v√©cu des histoires similaires. Je dois avouer que j’avais des soup√ßons des le d√©but de la course quand il a a charge ma valise sur le si√®ge passager avant si bien qu’elle masquait le compteur. Je pensais simplement, a tort que la compagnie de bus ne se participerait pas a ce genre d’arnaque. La r√®gle ici, ne faire confiance a personne. Et prendre le bus. Je plaisante a peine. Le tarif est unique et si vous arriver a suivre les lignes sur les plans des stations vous pouvez vous rendre partout. Je l’ai moi-m√™me exp√©riment√©. Sinon pour les taxis, pr√©f√©rez les blancs et verts de la compagnie Mailinh, logiquement ceux-la sont s√©rieux et sinon une simple menace de rapporter leur agissement a leur si√®ge et tout rentre dans l’ordre.
Apr√®s n’avoir dormi que 2 heures, rejoint le bitume un peu violemment et mettre fait plumer, je fais une petite sieste dans ma chambre d’h√ītel. Puis je pars me balader dans les environs du lac Haon Kiem avec sa petite pagode sur l’ile de la tortue et son homologue de la montagne de jade. Et hop, je sillonne le quartier des 36 guildes ou chaque corporation d’artisans a sa rue. Je finis par monter sur le pont Long Bien qui n’accepte que les deux roues et les deux pattes.
Hanoi - pont temple montagne d'emeraude
Hanoi - pont Long Bien Bridge
Le deuxi√®me jour a pied et en bus, je pars visiter le temple de la Litt√©rature qui foisonne de groupes d’√©coliers puis passe devant le mus√©e Ho Chi Minh et son mausol√©e un peu plus loin st√©r√©otype s’il en est de l’architecture mastoque a la mode communiste. La pagode au pilier unique entre les deux apporte un petit cote bucolique √©tonnant dans ce d√©cor. Je longe les b√†¬Ętiments du plais puis visite deux pagodes dont la charmante pagode de Tran Quoc, la plus ancienne de la ville m√™me si son lifting r√©cent efface un peu cet age avance.
Hanoi - temple de la litterature
Et le soir, je slalome entre les couples d’amoureux sur les berges du lac. Aucune gene, ils se montrent leur affection en public, se b√©quottent dans des baisers souvent longs et immobiles qui rappellent plus le concours d’apn√©e que le rapprochement buccal des com√©dies romantiques. Ces manifestations d’affection publiques, la baguette et la Vache qui rit sont les trois choses qu’ils ont adopt√©es des Fran√ßais.
Je serai bien alle voir le spectacle des marionnettes sur eau mais il faut r√©server une semaine a l’avance pour avoir une chance d’y assister. Dommage…

Les photos de Hanoi sont dans la galerie.

Les filles d’Hue

Share Button

Rien a voir avec les filles de Robert Hue, il y a un accent sur sur le dernier e mais bon voila, le clavier QWERTY est capricieux, il veut pas faire les accents.
Je vais peut-√™tre enfoncer une porte ouverte, mais on ne peut pas √™tre d’Hue pour tout. Il y a les filles d’Hu√© et les filles pas d’Hu√©. Surtout pour les Vietnamiens qui consid√®rent que la gente feminine est ici la plus belle du pays. Et ce ne sont pas mes observations personnelles qui viendront les contredire. Mais Hue, c’est avant tout la ville imp√©riale, sorte de vall√©e des rois du Vietnam qui regroupent les tombes de nombreux empereurs. Et une cite d’eau, sauvage ou emprisonnee dans des douves. Celles de la citadelle ou de la cite imperiale. Ici, vous vous plongez au coeur de la civilisation Vietnamienne. L’illustration parfaite en est la cite imp√©riale au sein de la citadelle. Au coeur de la ville, les murs de la citadelle troues de portes grandioses entourent un centre ou la modernit√© discr√®te cottoie subtilement l’Histoire et ou le ballet des deux roues est incessant comme dans toute grande ville vietnamienne qui se respecte mais se colore, une fois la fin des cours, du blanc √©l√©gant des tenues des √©tudiantes.
La visite de la Cite Imp√©riale est le point culminant de toute p√©r√©grination a Hue. Au centre, la Cite Pourpre interdite en train d’√™tre reconstruite a l’identique car compl√®tement disparue et autour des b√Ętiments en meilleur √©tat qui vous immergent quelques si√®cles en arri√®re dans une architecture aux fortes inspirations chinoises et des jardins ou le bonsa√Į r√®gne en ma√ģtre. Une visite tr√®s paisible surtout des que l’on s’excentre un peu, l√†¬† ou les touristes en troupeaux, euh pardon, en groupes, ne vont pas. Un peu d’ombre, pas celle d’un bonsa√Į, il y a aussi de vrais arbres, une b√Ętisse aux panneaux de bois et vous, juste vous. Le pied !
Hue - Cite imperiale
Cite imperiale Hue Vietnam
Un peu plus loin, sur les rives de la rivière des Parfums, la pagode de Thien Mu vous offre sa tour octogonale à  7 étages.
pagode de Thien Mu  Hue Vietnam

Reste plus qu’√†¬† partir dans la campagne au Sud de la ville d√©couvrir les tombes imp√©riales, en bateau ou en bus, voire les deux. Mon tour en troupeau, enfin en groupe, utilisera les deux. Des trois tombes propos√©es, j’ai surtout un faible pour celle de Khai Dinh, la plus r√©cente, au style tr√®s diff√®rent des autres avec une petite french touch pour satisfaire les Fran√ßais d√©j√†¬† en place dans le pays a l’√©poque et une salle mortuaire superbement d√©cor√©e de mosa√Įques. Celle de Tu Duc est la plus grande malgr√© son palais de la modestie et celle de Minh Mang, la plus typique.
Un seul petit regret tout de m√™me, le cote insistant des chauffeurs de motos surtout le soir quand ils veulent vous emmener faire « boum-boum » avec des filles. Faut dire que homo voyageurus male c√©libataire, je suis pile poil leur gibier favoris. Ils vont donc jusqu’√†¬† monter sur les trottoirs et rouler a cote de moi sur plusieurs dizaines de m√®tres et ce n’est qu’en montrant mon agacement que je parviens √†¬† les faire fuir. Jusqu’au suivant… Et puis d’abord on dit pas « faire boum-boum’ chez nous mais « faire crac-crac » ! Ca vient d’o√Ļ, d’ailleurs cette expression ?

 

Fier de My Som

Share Button

A quelques kilometres de Hoi An se trouve le site de My Som. Prononcez Mi Som si vous ne voulez pas subir les moqueries des autichtones. Certains dient que c’est le Anghkor du Vietnam. C’est un petit peu, beaucoup exagere a mon avis. Il y a certes des temples en ruines au milieu de la nature, un soleil ecrasant, des touristes, des bas-reliefs d’Apsaras et une architecture proche de certains des temples cambodgiens mais l’ensemble est plus modeste et plus en ruines. la faute aux Americains qui persuades que c’etait une des reperes des Vietcongs ont pillonne la zone. Information apparemment erronee. Etonnant quand on connait la fiabilite des renseignements militaires amerloques qui s’est encore demontree dans un passe recent photos satellites a l’appui. Mais ne jubilons pas trop. Les Francais ont aussi leur part de responsabilite dans l’etat de conservation de My Som. En gros, pour resumer le discours du guide a chaque arret: « C’est tout en ruines, tout casse a cause des Americains. Les statues n’ont plus de tete car les Francais les ont volees pour les mettre au Louvre ». J’irai quand meme verifier de retour a Paris. Mais bon, faut reconnaitre qu’on a une longue tradition de coupage de tete…
My Som - Vietnam
Et a voir l’enthousiasme du guide dans son discours, les Vietnamiens sont tres fiers de My Som. Lui, il ‘est en tout cas. Tout comme il jubile quand nous prenons place dans les vieilles jeeps abandonnees par les Americains lorsqu’ils ont deserte le pays et qui nous vehiculent sur les premiers kilometres. Le reste se fait a pieds. Une promenade tres sympathique pour peu que vous ne cherchiez pas a tout prix a faire la comparaison avec Anghkor.

Les charmes d’Hoi An

Share Button

Avec le Vietnam, nous n’etions pas vraiment partis du bon pied. Je pensais meme a aller voir un conseiller conjugual et puis il y a eu Hoi An et tout a change ! La ville m’a reconcilie avec le pays. Ca fait 5 jours que je suis la et j’ai vraiment du mal en partir.
Le vieux quartier au bord de la riviere Thu bon – toute ressemblance avec un ministre de la Culture francais aimant l’helicoptere ayant existe serait fortuite – avec ses maisons traditionnelles aux facades jaunes et boiseries scultpees noires, ses quelques rues pietonnes, le coquet petit pont japonais, les pagodes souvent charmantes et les habitants a velo, les marchandes avec leurs paniers portes sur les epaules par un bras de bois, c’est vraiment un bout de Vietnam authentique. Un havre de simplicite ou le temps ne semble pas avoir fait son oeuvre destructrice pretextant qu’il faut vivre avec son temps.
Hoi An - Vietnam
Et le soir, les lampions de soie colores eclairent avec charme les ponts et les rues alentours en refletant leurs lueurs dans l’eau gentiment troublee par une brise legere. Les echoppes revetent egalement leurs habits de lumieres si bien qu’il est tres agreable et tres tentant de faire son shopping a la nuit tombee.
Hoi An Vietnam by night
Hoi An pont japonais la nuit

Ajoutez un marche typique, une population accueillante, des restaurants tous excellents servant notamment des specialites hoianaises comme le Cao lau ou les white rose et surtout le poisson grilles dans des feuilles de bananiers sauce citron et gingembre, des artisans, sculpteurs, peintres, un photographe tres talentueux dont certeines images me rappellent Salgado et dont je vous donnerai le site wrb des qu’il sera ouvert, une plage a seulement 5 km avec une eau a la temperature parfaite pour vous rafraichir sans vous enrhumer mais un peu capricieuse et vous obtenez un endroit dont vous ne voulez plus partir. Pour l’instant, je n’ai pas trouve mieux !
C’est sur le soir, les filles vous accostent dans la rue et vous invitent a les suivre dans un raccolage peu insistant. Mais ne soyez pas choques, ce n’est pas de la prostitution, c’est de la restauration. Et en plus a chaque fois, c’est delicieux. Sinon lorsque vous vous promenez a Hoi An, il est important de ne pas etre trop suceptible car on vous propose souvent de vous tailler un costume. Je n’ai jamais vu autant de magasins de tailleurs et cordonniers au metre carre. Robes, costules, chemises, pentalons, sandales, escarpins…. ils vous font tous ce que vous voulez en moins de 24 heures et sur mesure. Personnellement, je me suis fait faire 3 chemises dont je suis tres content. Il y a meme une echoppe qui indique fierement que, comme la verite dans X-Files, toute la famille est tailleur.
Quelques iles aux alentours, un village de potiers un peu avant l’entree de la ville, une campagne un peu plus loin qui vous montre le vert soyeux de ses rizieres, c’est vraiment tous les charmes du Vietnam concentres en quelques kilometres. Alors, je vous le dis: ‘Viendez, viendez tous ! ». Enfin, quand, je n’y suis pas bien sur….
Les photos de Hoi An sont dans la galerie.

Bus de nuit

Share Button

Voyager au Vietnam quand on ne connait pas les ficelles, ce n’est pas si ais√©. Surtout si on aborde les choses avec la na√Įvet√© d’un gars qui a pass√© 3 mois en Thailande et qui croit que la vie est partout aussi simple. Ici, les √©trangers ne sont pas cens√©s monter dans les bus publics et effectivement rien n’est fait pour qu’ils y parviennent. Pas de double affichage en Anglais, pas de personnel parlant l’anglophone ni m√™me d√©sireux de faire l’effort de vous comprendre m√™me si vous vous ext√©nuez a faire des gestes et montrer sur la carte la o√Ļ vous d√©sirez vous rendre. Le mieux, c’est de vous adresser aux compagnies priv√©es. Et aucune n’a de guichets aux terminaux de bus donc il faut partir √†¬† la chasse √†¬† leurs bureaux dans la ville. Et le gibier trouv√© ne dessert pas forcement le lieu o√Ļ vous voulez aller. Je vous fais gr√†¬Ęce de mes m√©saventures, sachez juste qu’au final la solution la plus confortable c’est de prendre les billets Open Tour que proposent quelques agences. Ils vous permettent de vous rendre √†¬† plusieurs destinations impos√©es en prenant pour sauter de l’une a l’autre le bus le jour qui vous convient. Formule qui ne comporte que des « sleeping bus ».Enfin, sleeping c’est ce qu’ils disent car pour moi c’√©tait plut√īt un awakening bus.
On entre dans un sleeping bus comme dans un temple, en retirant ses chaussures √†¬† l’entr√©e. A l’int√©rieur pas de pri√®re, enfin si pri√®re de ne pas ronfler, s’il vous plait. Et une vraie allure de sous-marin avec ses lits m√©talliques superpos√©s sur trois rang√©es dans un souci effr√©n√© d’optimisation de l’espace pour un total de 40 places dont deux dans des hamacs tendus dans les all√©es. Seule position possible, √™tre allong√© sous peine de rencontrer le plafond ou le lit sup√©rieur avant d’avoir achev√© les 90 degr√©s de la flexion de votre corps. Extinction des feux et c’est parti ! Vous voulez vous lire une histoire avant de dormir, fallait pr√©voir la lampe torche. Largeur de votre couchette: 60 cm. Vous adoptez la position du gisant. Distance √†¬† parcourir jusqu’√†¬† Hoi An: 530 km, dur√©e du voyage:12 heures. Je me demande bien comment va r√©agir le bus en passant le mur du son… Mais bon quand on dort, on ne voit pas le temps passer. Ben, non, on voit rien, on a les yeux ferm√©s !
Vous allez dire que je n’y mets pas du mien, mais dans un v√©hicule qui klaxonne plus ou moins r√©guli√®rement et saute violemment en permanence, ben moi, j’arrive pas a dormir. Du coup, ce temps qu’on voit pas passer, il est long quand m√™me. Je pourrais regarder le paysage, ah ben non il fait nuit. Continuer √†¬† √©tudier le tha√Į dans mes bouquins, ah ben non, y a pas de lumi√®re. √†‚Äįcrire un billet pour mon blog, non plus. M’asseoir et m√©diter sur la v… Aie ! Ma t√™te. En m√™me temps si je m’√©tais assomm√©, j’aurais dormi comme un b√©b√©.
7h30 du matin, le bus stoppe dans la cour d’un h√ītel. C’est le terminus. Une jolie fa√ßon de nous forcer la main pour s’installer ici. Je prends une moto pour la vieille ville. L’avantage d’avoir voyage de nuit, c’est que vous arrivez bien avant que les gens quittent leurs h√ītels, m√™me bien avant qu’ils se r√©veillent. Vous reste donc √†¬† attendre 2 a 3 heures pour voir si des chambres se lib√®rent, les rares h√ītels dans ce quartier √©tant souvent pleins. Apr√®s une nuit blanche, me voila SDF pour quelques heures. Bref, je ne suis pas un grand fan, vous l’aurez compris, de ses sleeping bus. Mais ils sont la seule option.
Et faudra remettre ca de Hue √†¬† Hanoi dans quelques jours pour 13 heures de trajet √†¬† travers des paysages sublimes… la nuit ! J’aurais du emmener mes lunettes infra-rouges. Quel con !

Une andouille a Nha Trang

Share Button

Nha Trang, c’est surtout une plage de 6 km de long d’un sable pas si fin et d’une mer qui veut bien √™tre turquoise quand elle arr√™te de s’agiter. Pendant les deux jours que je suis la, le vent s’invite √†¬† la f√™te et avec les √©normes vagues qui crachent leur √©cume baveuse le nageur est sur de voir sa pulpe ne pas rester en bas tant il serait secouer. Du coup, personne dans l’eau. Moi, non plus enfin, juste le temps de me faire √©clabousser un peu mais nager est impossible. On se croirait un peu sur une plage du Nord de la France, tant pas le souffle, le temps que par la fa√ßon dont le littoral est am√©nag√©. Avec, c’est vrai, les palmiers en plus.
J’use mes chaussures sur le chemin c√ītier en ciment puis sur les routes, visite le site de Po Nagar typique monument cham. Moins chamant qu’Anghkor certes, euh pardon, moins charmant qu’Anghkor certes mais un lieu a voir et sympathique avec son petit spectacle de danse, ses tours et quelques rares reliefs hindous. La vue sur le petit port est √©galement appr√©ciable.
Nha Trang - Po Nagar
Nha Trang - Po Nagar - Cham Towers

Le 2e soir, mon estomac ayant un gros mal du pays, et oui, on ne mange pas des nouilles saut√©es et du riz pendant 4 mois sans avoir des s√©quelles, je m’assois a la table du Petit Bistro, restaurant fran√ßais. Salade de ch√®vre chaud en entr√©e, andouillette grill√©e moutarde et frites maison, je revis ! Une adresse que je vous conseille tr√®s fortement pour les coups de blues de votre estomac !

Les photos de Nha Trang sont dans la galerie.

Dalat, ton univers impitoya-a-ble….

Share Button

Oui, mais en fait non, a Dalat, pas de petrole, pas de gueguerre JR – Bobby Ewing ni de Sue Ellen petee comme un coing, non juste une ville tranquille, agreable, prchee dans la montagne et donc plus fraiche que ses consoeurs de la plaine. Pour vous dire, les hotels n’y proposent meme pas d’avoir l’air con, c’est mieux pour l’ego, ici pas besoin. Dalat est une ville touristique, tres touristique meme mais ce sont surtout des Vietnamiens qui la visitent pour son cadre exceptionnel et probablement pour ses temperatures plus supportables.
Des les premieres images de la ville qui defilent derriere la vitre du bus, j’ai un bon pressentiment. Calme, fraiche, coquette meme si son lac artificiel est asseche comme souvent a cette epoque, et entouree de nature, Dalat est un endroit ou il fait bon vivre. Et autour aussi. Premiere etape au « cho », au marche quoi, j’ai dit qu’il faisait pas chaud ici, suivez un peu ! J’achete des bananes et des fraises tres bonnnes. Tu vois maman que je mange des fruits. Il faut dire qu’avec ce climat, Dalat est un peu le jardin maraicher du pays. Ici, on peut faire pousser des fruits et legumes qui ne supporteraient pas les chaleurs du reste du pays. Les chochottes ! D’ailleurs lorsqu’on vous propose du vin vietnamien pour accompagner vos plats, c’est d’ici qu’il vient.
Si la ville est agreable, il faut en sortir aussi et profiter des paysages aux alentours. Decouvrir les montagnes, les lacs, les cascades, en greve souvent pendant la saison seche et les jardins en escaliers ou en terasses selon le degre de la pente. De nombreux chauffeurs de moto, vous proposeront de vous emmener pour des tours personnalises et une moyenne de 15 dollars la journee. A vous d’en choisir un sympathique. Moi, je suis tres bien tombe, il faut dire j’ai prefere la sagesse de l’age a la fougue de la jeunesse. Monsieur Vong m’a emmene notamment au village de Lat qui vit de la culture des legumes, des oignons et du riz et d’un peu d’artisanat, une cascade, deux pagodes, une montagne et au centre historique de la Broderie.
Vietnam - Lat village

Plus facile a faire par vos propres moyens en louant un velo pour peu que les montees sur un engin sur lequel meme Amstrong sous EPO ne depasserait pas les 5 km/h ne vous fassent pas peur, prendre le telepherique qui mene a la pagode de Truc Lam. Joli temple mais c’est surtout la foret ammenagee autour et notamment les chemins qui menent au lac plus bas qui sont tres agreables. Une petite halte sur un banc en pierre pour lire, mediter, dormir, ronfler a vous de voir et hop on arrive au lac. Quelques Vietnamiens s’y baignent. Ils m’interpellent et discutent quelques temps avec moi, m’offre a boire et un peu de leur bananes grillees avant de retourner faire les fous dans l’eau sous l’oeil de mon objectif. Puis retour dans la cabine accrochee dans le ciel. La vue est appreciable. Quant a la Crazy House dont tout le monde parle en ville, avec ma chance legendaire, elle arbore de jolis echaffaudages. Mais bon, je ne crois pas manquer grand chose. Elle semble ressembler surtout a une pale imitation de maison troglodyte. La gare et sa vieille loco vapeur accompagnee de wagons de la meme epoque quant a elle me donne une envie de calendrier 2011 « Jolies pepes et vieilles loco » mais le terrain est deja occupe par un photographe local et son couple de modeles habilles en maries. Tant pis, je trouverai autre chose pour 2011.

Les photos de Dalat sont dans la galerie.

Quel cirque !

Share Button

Vos m’aviez laisse a Vim Longh en train de manger des bananes et clementines achetees au marche, des clementines qui pourraient entrer au Livre des Records avec leur moyenne de 3 pepins par quartier. Objectif non pas lune mais Dalat maintenant. Et le plus dur ce sera de partir d’ici pour retourner a Ho Chi Minh et y prendre un bus pour la ville montagnarde.
A la station de bus, personne ne baragouine l’English et ne veut faire l’effort de me comprendre. Pourtant generalement, avec des gestes et l’appui de la carte du pays, on doit s’en sortir. La guichetiere n’a pas envie d’essayer. C’est finalement un chauffeur de moto qui me confime ce que je commence a deviner en regardant les panneaux: pas de bus pour Saigon depuis ici. Il faut aller a l’autre terminal de bus un peu en dehors de la ville. Le biker me prend donc comme passager et m’y emmene. En route, nous hellons un minibus qui m’affirme par deux fois s’arreter a Ho Chi Minh City. Apres 3h30 a respirer les fumees des cinq fumeurs compulsifs de l’equipage dont une avec l’un d’eux assis a moitie sur la rembarde de fer devant moi et sur mes genoux, me voila litteralement jete sur le bord de l’autoroute. Ils n’iront pas plus pres de la ville. Devant mes protestations, ils prennent ma valise et la depose sur le bas cote et font mine de demarrer. Evidemment, je descends rejoindre mon bagage. Je finis le trajet en motodop en payant autant pour ces 14 derniers kilometres que pour le trajet jusqu’a mon expulsion du minibus. Une mesaventure apparemment assez courante au Vietnam…
Passablement enerve, je vais acheter un billet pour la representation du cirque dont j’avais repere lors de mon dernier passage ici qu’il se produisait uniquement les week-ends. Une facon tres agreable de finir une journee pas tres folichonne. Les numeros sont inegaux mais certains sont tres aboutis notamment le jongleur du debut et les porteurs a bras. Et pour 50 000 dongs la place avec le droit de faire des photos, je dois dire que c’est une affaire. Une soiree bien sympathique et quelques images en Noir et blanc bien sur pour immortaliser les numeros les plus photogeniques.
Une nuit sur place et demain depart pour Dalat et cette fois c’est sur, enfin, j’espere, le bus va jusque dans la ville…
Cirque Saigon
Cirque Ho Chi Minh
Cirque Saigon

Vin Longh a moi !

Share Button

Lasse du bruit et de l’oppression incessante de la circulation saigonnaise me voila en route pour Vin Longh, petite ville de province sur le delta du Mekong.
Dans le bus qui m’emmene la-bas que des gens adeptes des formules toutes faites de 2 a 3 jours avec retour a Ho Chi Minh Ville et moi, le rebelle qui veut tout faire par lui-meme, tout seul dans son coin. Associable, va ! Enfin, pas tant que ca car je vais finalement m’incruster la premiere journee avec eux pour une somme modique. A mon avis le guide se l’est mise dans la poche d’ou le prix plus que preferentiel. A Cai Be, nous embarquons sur un bateau pour aller visiter le fameux marche flottant de la ville. Il est 11h, un peu tard a priori pour voir la vie commercante du lieu. Les bateaux des vendeurs sont bien la mais aucun client a l’horizon, si bien qu’on a plus l’impression de traverser un espace de parquage de bateaux qu’un marche. Dommage… Interessant tout de meme mais dommage. Une visite avec explication et degustation d’une boutique de fabrication de bonbons au lait de coco, plus tard, nous voila a nouveau sur notre embarquation pour un grand tour sur le Mekong et un des bras du delta. Je decouvre un paysage rustique, des vrais gens loin de vivre dans le confort meme si on voit de temps en temps sur les toits de leurs maisons en bois une parabole. Les equipages que nous croisons nous saluent chaleureusement.
Cai Be Vietnam
mekong river - delta

Pause dejeuner dans le restaurant que nous avons rejoint apres quelques kilonetres a velo et petite viree en barque a bras sur un ru a qui il reste encore un peu d’eau mais vraiment pas beaucoup. Tres depaysant. Et puis, je reembarque sur notre navire ou ma valise m’a sagement attendu. Elle est super bien dressee. Brave bete. L’equipage me jette sur le quai a Vin Logh sans adieux dechirants. Le groupe se moque bien de me voir partir. Les ingrats !
Vin Longh, c’est une ville comme je les aime. Petite, calme, authentique. Apres Saigon, ca fait du bien. Je ne vous parlerai pas du temple de la litterature tres bien cote dans les guides mais dont chaque batiment, une fois l’enceinte franchi vous montre porte close. La pagode qui se trouve un peu avant est plus accueillante, les moines sont heureux de vous recevoir et l’une d’entre eux, ancienne prof d’Anglais me parlera assez longuement pour m’expliquer un peu la vie monastique. Elle m’apprend notamment que les enfants peuvent devenir moine et vivre au temple des 5 ans et que c’est leur decision pas celle de leurs parents. Ce jeune age pourrait choquer mais dans leur croyance un enfant qui veut vivre au temple c’est quelqu’un qui etait moinde dans sa vie passe et veut simplement continuer ce qu’il a commence.
Moine Vietnam


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog