Articles ‘Voyage au Cambodge’

Anghkor wat else ?

Share Button

L’orsqu’on visite Anghkor, le plus cher apres le prix du billet d’entree, ce sont les bouteilles d’eau. Je n’ai jamais autant bu dans une journee qu’ici ! Et bonne nouvelle, si vous voulez prendre votre carte de membre au Parti du Peuple Cambodgien, vous pouvez, ils ont des permanences disseminees entres les temples. J’en ai compte quatre. Sam Rainsy, le Parti des Droits de l’Homme et autres FUNICEP, non, mais eux sont bien presents.
Muni de mon pass trois jours, je me balade donc a velo sur les routes goudronnees du petit et du grand tour comme on appelle ici les 2 circuits possibles pour voir les temples principaux. Je croise de temps en temps des panneaux qui veulent freiner mes ardeurs, me demandant de ne pas depasser les 40 km/h. Tant pis, je resterai en mode pepere. Pour faire la visite a bicyclette, il faut etre un grand sportif comme moi sinon vous allez en baver ! Non, en fait, malgre la chaleur, les temples etant generalement espaces que de 3 a 5 kilometres, vous n’avez pas vraiment le temps de fatiguer. Et finalement, ce sont les visites en elle-memes qui sont les plus eprouvantes. Car oui, faire Anghkor, c’est marcher, beaucoup marcher. Enfin, si vous voulez bien prendre le temps de decouvrir tous les coins et recoins. Mais vous en prenez tellement plein les yeux que meme si vous avez l’habitude de prendre votre voiture pour aller acheter votre baguette au coin de la rue, vous saurez trouver la motivation.
Le midi, une petite halte dans les stands de restauration qui font face aux temples, notamment celui du Ta Prohm ou le stand numero 9, vous fera un delicieux riz saute aux legumes et boeuf ou poulet. On mange, on se desaltere, on achete une petite babiole aux enfants qui viennent a votre table mais ont la politesse de ne plus vous solliciter des que votre assiette est servie et on repart !
Je ne vais pas vous enumerer tous les temples les uns apres les autres, juste vous dire qu’outre le fameux Anghkor wat, il faut, a mon avis au moins aller voir Anghkor Thom et ces portes, le Bayon, mon prefere avec ses tetes de Brama toujours souriantes, le Preah Khan et le Ta Prohm. Et quant au lever du soleil sur Anghkor Wat, tres prise, je ne l’ai pas faite l’edifice ayant revetu un joli echaffaudage et des baches vertes, ca n’aurait pas fait de belles images. Je vous mets un petit florilege de photos pour vous donner envie de venir. Du noir et blanc forcement. Pour les accrocs a la couleur, restera mes photos de 2007 a aller chercher dans le menu a droite.
Anghkot Wat
Anghkor - Ta Prohm
Anghkor Cambodge
Anghkor - Bayon

Plus de photos d’Anghkor dans la galerie.

Un arbre…

Share Button

Ta Prohm Anghkor arbre

Siem Reap, la porte d’Anghkor

Share Button

Le temple d’Anghkor etant l’attraction numero un du pays, Siem Reap, la ville la plus proche est forcement tres tournee vers le tourisme et les farangs √Į¬ľňÜ je crois qu’ici on dit barang √Į¬ľ‚Äį mais pourtant, elle n’a pas perdu completement son identite ni son authenticite qui se manifeste de facon parfois singuliere et inattendue. C’est le cas par exemple avec ces quelques cabanes sur pilottis le long de l’eau aux pieds d’un hotel grand luxe.
Cambodge Sioem Reap maisons bois
Les quais de la riviere Siem Reap sont d’ailleurs tres agreables a parcourir a pieds avec leurs nombreux ponts et donnent a la cite un petit cote buccolique. C’est evidemment mon quartier prefere avec les quelques rues sur la berge faisant face au vieux marche, plus authentique que l’autre rivage. C’est notamment de ce cote que se trouve le Wat Bo, havre de paix et de quietude avec son grand parc arbore et completement delaisse des touristes. C’est le plus vieux temple de la ville et meme s’il n’est pas epoustoufflant, il offre quelques petits details charmants et avec la petite musique traditionnelle d’un cours en train d’etre donne, il etait tres agreable de s’arreter sur un des bancs en pierre du parc, a l’ombre d’un arbre en fleurs et de lire. Une bonne adresse pour se ressourcer.
Wat Bo - Siem Reap
Wat bo Siem Reap
Aller voir le petit artisan qui a reproduit dans son jardin en miniature 3 temples est amusant et permet de le soutenir finacierement mais les pots de fleurs et batons d’enscens gache un peu l’illusion en trahissant groossierement la taille reelle des repliques. Sinon, il y a le fameux, enfin fameux dans les guides, village flottant de Chong Neas. J’avoue que ca me tentait bien d’y aller meme s’il parait qu’il grouille de touristes. Je me fais heller par un chauffeur de motodop et pour une fois, je ne decline pas sa sollicitation. Il m’emmene a une quinzine de kilometres du centre ville. Plus on avance et plus les maisons sont de construction artisanale, le beton faisant place aux planches de bois, les planches aux simples branches droites puis au feuillage de palmier tresse. Rapidement, on est en pleine campagne et la misere du pays se devoile de plus en plus. Arrive a l’embarcaderre sur le Tonle Sap, je me fais tout de suite aborde par le rabatteur d’une compagnie de bateau peu aimable. Il me propose de m’emmener pour 25 dollars ( les guides, le tres officiel Siem Reap Visitor’s Guide parlent tous de 10 dollars mais il n’en demordera pas ne baissant son prix que de 5 billets verts ). La balade pour decouvrir le village dure moins de 2h, un peu cher… Je vois ses bateaux qui comptent plus d’une quinzaine de passagers entassee, ce n’est pas tres emballant. Je m’attendais plutot a ce que ce soit les habitants eux-memes qui viennent nous chercher pour nous faire decouvrir leur village et non pas une compagnie dont je decouvre rapidement qu’elle a le monopole sur ce trajet. Un autre employee plus sympathique m’explique que les bateaux sont au gouvernement d’ou ces prix eleves et cette absence d’autre choix de transport. Toujours harcele par le premier qui me crie de loin que si je ne prends pas de billet, je n’ai pas le droit de rester la, agace, je me ressouds a faire demi-tour. Vraiment dommage cette gestion du tourisme agressive et en mode vache a lait, d’autant qu’ici ce sont les habitants du dit village qui sont l’attraction finalement, alors pourquoi ne sont-ils pas associes a ces excursions pour decouvrir leur univers. Quand on sait comment sont reparties les recettes des entrees d’Anghkor, on se dit qu’il y a peut-etre des choses a changer.
Quoiqu’il en soit, Siem Reap souvent simple dortoir et restaurant aux touristes venus visites Anghkor pourtant la ville a un certain charme. Accordez lui un peu de temps si vous le pouvez….

Le requin de Kep

Share Button

le requin de Kep
Bon, d’accord c’est juste un bout de bois mais on y croit non ?

Mariage a Battambang

Share Button

Je commence par rassurer ma mere, le mariage en question n’est pas le mien.

Au Cambodge, vous pouver crier haut et fort que vous allez fumer Alain Delon, il ne portera pas plainte contre vous pour menace de mort. Et comme il le dirait lui-meme « Alain Delon est une star en Asie », mais c’est surtout une marque de cigarettes. A taste of France comme dit la pub.
Six heures de bus en mode sauna, assis a l’arriere sur le moteur avec une climatisation defectueuse dans cette partie du vehicule et me voila a Battambang au nord est du Tonle Sap. En sueur mais arrive. Nous sommes le soir, le soleil se fait de plus en plus discret et j’arrive dans une ville dont 90 % des commerces s’eclairent a la bougie. Seuls les grands hotels, les rares restaurants, les coiffeurs ( et heureusement ) et les boutiques internet semlent jouir du courant. Apparemment il y a une panne. La cite a un cote fantomatique.
Meme le jour ou le soir avec l’electricite, Battambang n’a pas le charme d’une Kampot ou d’une Kep mais elle est le point de depart d’une croisiere longue mais jolie vers Siem Reap et d’excursions vers des temples interessants dont le Wat Suphomphon. Je m’y rends a l’arriere de la moto d’une Cambodgienne rencontree dans le bus et avec qui j’arrive tant bien que mal mais etonnament pas si mal a parler en Thailandais. Elle ne connait pas la langue de Shakespeare ni celle de Moliere. Encore une fille qui n’aime pas le theatre ! Les 18 km pour s’y rendre se font en quasie totalite sur un chemin cabosse puis une piste de terre a avaler la pousiere des voitures et camions qui nous depassent. Enfin, non car elle a eu la bonne idee apres quelques kilometres de nous acheter des masques. Nous voila deux chirurgiens a la conquete du temple perche sur une montagne. L’ascension se fait a pieds avec plusieurs petits sanctuaires en route ou prier et reprendre son souffle. Une ballade bien agreable. Au sommet des singes assez agites que les habitants repoussent au lance-pierres et un temple somme toute assez banal par rapport a ceux que j’ai deja rencontree mais une vue imprenable sur la campagne environnante.
temple battambang cambodge
campagne Battambang
Le lendemain, ma guide de la veille m’emmene au mariage d’amis. La cermonie est tres figee et generalement orchestree par le photographe ! Tout commence par une procession des filles et garcons d’honneur suivies des femmes habillees en robe traditionnelle portant des coupes avec des offrandes. Des fruits et des gateaux. Et moi au milieu. Au debut, je n’avais pas realise etre le seule male a l’exception des garcons d’honneur. Mais je me suis mis ou on m’a dit d’aller, je crois qu’ils avaient envie de me faire participer. Nous rentrons dans le chapiteau. Chacun de nous recois une petite enveloppe avec un peu d’argent, une somme symbolique et s’assoit. Deux petites filles en habits dores passent avec des paniers dans lesquels nous deposons un peu du contenu de nos soucoupes. Suivent de tres pres, une chanteuse et une chanteur qui accompagnent leur chant de pas de danse simples et lents. Un long discours du maitre de ceremonie pendant lequel tout le monde semble s’ennuyer sur sa chaise, puis, c’est le mariage a proprement parle. Les deux epoux se tiennent face a face, entroures des garcons et filles d’honneur. Chacun positionnes au centimetre pres par le photographe de la ceremonie. La femme passe un colier de fleurs blanches autour du cou du mari et reciproquement toujours dans un geste arrete pour l’immortaliser d’un cliche. Une scene qui pour moi illustre bien l’expression passer la corde au cou. Les maries remontent l’allee centrale en remerciant les invites de leur presence par une inclinaison du buste, les maintes accolees. Puis on jette sur leurs tetes des petites fleurs blanches. Et tout le monde se precipitent a table. La musique ambiante est si forte que personne ne peut vraiment discuter. J’avoue que je suis etonne. Je m’attendais a quelque chose de plus festif. Ne me demandez pas de photos, j’avais juste compris qu’on allait manger et passer chercher une amie donc je n’avais pas mon appareil photo. Ben, oui je sais pas dire mariage en thailandais.
Pour finir, j’invite ma nouvelle amie Cambodgienne a diner au Khmer Delight, un excellent restaurant de Battambang dont les descriptions des plats sur plusieurs lignes font saliver sans que vous ne soyez decus une fois servi. Reste plus qu’a aller a Siem Reap et visiter Anghkor. Il serait temps !

Douche publique

Share Button

Dans le parc devant le musee national de Phnom Penh
enfant Cambodge - douche

Un petit tour a Phnom Penh

Share Button

Ici, c’est extraordinaire, les scooters roulent au Pepsi ou Fanta. Votre jauge vous annonce une panne seche prochaine, vous vous arretez au bord de la route, demandez au marchand du carburant et il vous vide le contenu d’une bouteille en verre frappe du logo des sodas americains dans le reservoir. Et c’est reparti. A mon avis y a un truc, mais lequel….
A Phnom Penh, le touriste est guette sans relache par les chauffeurs de motodops et tuk-tuk qui essaient de gagner quelques dollars. Et ils sont tres tres tres nombreux ! La ville comme toutes les capitales est bruyante, a une densite de circulaiton incroyablement importante et tres peu de feux de circulation. Il faut de la patience ou de l’inconscience, selon votre temperamment, pour traverser une rue. La capitale khmere ne m’a, je dois dire, pas vraiment charme, au contraire. Le contraste avec Kep petite bourgade calme et apaisante explique probablement en partie ce desamour. Le quartier le plus agreable est celui du quai Sissowath avec non loin en enfilade, le musee national, le grand palais et la pagode d’argent qui sont les monuments a voir a Phnom Penh.
Phnom Penh - musee national

Mais il est vrai que si vous venez de Bangkok, ils feront pale figure devant le grand Palais et le Wat Phra Keo et vous decevrons probablement. D’autant plus que le parcours du visteur est balise par des panneaux le repoussant ou lui interdissant de revenir sur ses pas. Ajoutez a cela l’interdiction de photographier les interieurs des monuments et une pagode d’argent dont l’attrait pricipal, a savoir le sol de dalles d’argent grave de fleurs de lys, ( la France est passe par la ) se fait timide. Seul un metre carre est visible, le reste est recouvert de grands tapis. Et pour couronner le tout, su la partie visible par endroits, les joints ont ete recouvert de scotch ! Bref, une visite assez frustrante au final. Je n’ai par ailleurs finalement pas voulu me rendre dans les lieux de memoire des exactions khmeres rouges. Un choix peut-etre un peu lache, j’avoue…
Des que vous en aurez marre du brouhaha de la ville et des interpellations tous les 3 metres pour vous proposer de vous vehiculer, vous pourrez vous echapper sur l’ile de Koh Dach ou ile de la soie. On passe en quelques dizaines de metres de la ville la plus bruyante et grouillante du pays a la camagne totale. Chemins de terre, pas de voitures, des velos, quelques scooters, des maisons surelevees en bois qui pour beaucoup abritent en dessous d’elles un metiers a tisser la soie. D’ou la nom de l’ile. Par contre, le chemin vers le ferry qui fait la traversee est un peu dissimule, il faut connaitre. Un tuk-tuk vous sera quasiment indispensabe pour vous y rendre.
Cambodge ile de la soie
Et le soir, a Phnom Penh, le touriste est toujours guette malgre un eclairage public souvent minimaliste, la circulation ne s’apaise toujours pas. Dans les rues fermees a la circulation qui se croisent le long du grand palais et du musee national, les habitants jouent au foot avec une balle en osier ou au badminton.
Phnom Penh ne m’aura pas donner un petit gout de reviens-y mais peut-etre que je ne lui ai pas laisse sa chance. Toujours estil que me voila parti vers le nord a la conquete des temples d’Anghkor.

Plus de photos de Phnom Penh dans la galerie.

Je veux le gros camion….

Share Button

Petit hommage a un chanteur qui se reconnaitra…
enfant cambodge

Kep ou pas Kep ?

Share Button

J’ai longtemps hesite avant d’aller a Kep et c’est finalement le jeune homme du Coconut House de Kampot qui m’a convaincu de m’y rendre. Bien lui en a pris. Une demi-heure de bus et 2 dollars de moins dans ma besace et me voila dans la ville baleaire. Et je ne lache pas le mot en l’air. Ce sont les Francais qui ont fonde cette bourgade et l’ont appelee Kep sur Mer.
Ma guesthouse donne sur la mer mais pas sur la plage. Trois marches et zou vous etes a l’eau mais personne ne se baigne. Pour moi, ce qu’il faut absolument aller voir ici c’est le marche aux crabes et son balet de femmes allant chercher leurs casiers d’osier flottants pour en trier le contenu, le vendant souvent a peine sorti de sa prison. On ne peut pas faire plus frais ! Une fois vide, retour a l’eau. A quelques metres du rivage, tanguent donc des bouquets de paniers d’osier attedant qu’on vienne les chercher. Sur la place juste en haut, un petit marche improvise ou l’on peut acheter fruits, gauffres et poissons.
Kep - peche aux crabes
Kep Marche aux crabes
Il y a de l’effervescence. Les enfans jouent. Un peu lus loin, une rangee de maisons sur pilotis a cheval entre la terre et l’eau. Elles abritent des magasns ou des restaurants avec terasse ou il fait bon manger du poisson frais ou boire un verre avec vue sur la mer et vers 18h sur un splendide coucher de soleil. Je vous conseille le Seagull, tres bon point d’observation des premisces du sommeil solaire.
Kep Cambodge coucher soleil

Mais Kep ex sur mer c’est bien entendu aussi une plage. Surtout frequentes par les Cambodgiens qui comme leurs voisins thais se baignent en T-Shirts et short voire nus pour les plus jeunes. La couleur brunatre de l’eau probablement due a la terre et au sable ocre deplaces par ses remous n’est il est vrai pas tres engageante pour les touristes habitues a des eaux plus claires. Mais le spectacle des enfants qui se baignent, sautent, courent dans les vagues est genial a regarder. Encore plus si vous le regardez en degustant les succulents litchis que vous pouvez acheter aux femmes assises de l’autre cote de la rue.
Plage de Kep - Cambodge
Bref, ca vaut le coup de s’arreter ici au moins une journee et pour tout dire si l’eau de la plage de Kep avait ete bleue et limpide, je vous aurais mis ma main a couper, enfin la gauche pour pas prendre trop de risque quand meme, que ca deviendra dans le futur une destination de plus en plus prisee. A suivre…

Plus de photos de Kep dans la galerie.

J’ai les pieds √†¬† Kampot

Share Button

Et le reste du corps aussi ! Passe le choc du a l’√©tat de d√©labrement de la ville, on se laisse rapidement gagner par l’enthousiasme et la vie de la population et on se surprend a se sentir bien, tr√®s bien dans ce d√©cor.
La richesse de Kampot, ce sont vraiment ses habitants qui vous saluent d’un sourire parfois accompagne d’un hello sans arri√®re-pens√©e. Et les enfants qui jouent, parcourent les rues, rarement goudronn√©es, sur des v√©los souvent trop grands pour eux. Ils aiment voir les touristes et les saluer en Anglais, leur faisant un geste de la main. Ils ne r√©clament rien. Un salut en retour suffit a leur bonheur. Et il y a aussi ces femmes v√™tues de tuniques deux pi√®ces aux motifs fleuris ou enfantins qui chez nous feraient office de pyjamas mais qu’elles portent le jour. Si bien que la nuit venue, on a un peu l’impression de croiser des somnambules. Et c’est vrai que l’on sent le passe lourd de la cite et sa pauvret√© mais pour une fois, je crois que comme touriste, on contribue au rel√®vement de la ville.
Kampot velo
Kampot - cambodge rue
A Kampot m√™me, il n’y a rien √†¬† visiter, les lieux qui affolent les d√©clencheurs des √©trangers sont en dehors de la ville. Le plus pris√©: le parc du Bokor. Je m’y rends donc en minibus bonde ( 15 personnes ). Avec moi le sosie de Thierry Roland de profil et celui d’Henri Chapier par une nuit de brouillard. Nous avons de la chance durant les trois jours du Nouvel An chinois, les v√©hicules sont autorises a monter jusqu’au sommet. La route est en train d’√™tre faite mais seuls les premiers hectom√®tres sont goudronnes, le reste est un chemin caillouteux et accidente. Il ne faut pas avoir le mal de mer tant √ßa secoue ni le mal de l’air tant le minivan fait parfois des sauts de cabri. La visite du casino abandonne avec son cote fantomatique me donne des envies de s√©ances photo a ma sauce mais personne parmi mes compagnons de voyage n’est partant. Tant pis. Je me console en regardant la superbe vue sur le golfe de Siam.
Cambodge - Bokor
Cambodge - Bokor casino
Bokor Cambodge casino abandonne
Les Cambodgiens profitant que la route soit ouverte se sont rendus en masse au sommet. En famille, ils se sont entasses sur leurs motos ou dans leurs pickups pour venir pique-niquer la. Et il ya foule. En bas du casino, un reste de ville abandonnée aussi et une église et encore plus loin un temple bouddhiste simple dont le charme est surtout du son emplacement. On a deux heures de libre, je fais le tour du proprietaire.
Pour finir la journ√©e, l’agence nous propose un tour en bateau sur la rivi√®re et jusqu’√†¬† la mer avec retour au soleil couchant. Prochain arr√™t: Kep.

Plus de photos de Kampot dans la galerie.

P.S: mon ordinateur portable a rendu l’√†¬Ęme, paix a elle, mes publications seront donc plus chaotiques surtout au niveau des photos et plus bourr√©es de faute de frappe qu’avant. Toutes mes excuses.


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog