Copieur !

Share Button

Bonze photographe

Le boucher de Phitsanulok

Share Button

boucher Pisanulok

Go to Chiang Mai !

Share Button

Je n’avais pas revu d’aller deja a Chiang Mai mais plusieurs farangs que j’ai rencontres notamment au Sukhothai m’en ont parle et notamment du Doi Sutep. Du coup, j’ai eu envie d’aller voir par moi-meme. Retour a Phitsanulok pour prendre le train pour la capitale du nord. Enfin, en theorie car finalement, j’ai opte pour le moyen de m’y rendre le plus rapide avec quelques haltes pour visiter des temples croises en route: me faire conduire par Tik. Elle s’est propose de m’accompagner pour 3 jours la-bas et j’ai accepte. Et la, vous vous dites: ┬ź┬áC’est toujours par envie d’apprendre l’Anglais qu’elle est si serviable ou il se passe un truc entre eux ?┬á┬╗. Je pense que vous avez la reponse…
Le matin, nous voila debout et nous lancons des ┬ź┬áGo to Chiang Mai !┬á┬╗ enjoues. Et c’est parti pour un voyage bien plus long que je pensais. parti a 8h30, nous sommes arrives destination a 16h passees. En route nous nous sommes arretes pour acheter un aan-chao ( petit-dej ) puis pour prendre le aan-tiang ( reps de midi ) et visiter des temples car en passant nous els avons touves beautiful. Le premier etait visiblement une construction recente et de pres avait beaucoup moins de charme mais le second etait plus dans le style du nord. C’est a dire avec des toits plus hauts avec des pointes plus marquees. Et a chaque fois que nos remontions dans la Toyota beige, nous reproduisions notre cri de guerre: ┬ź┬áGo to Chiang Mai !┬á┬╗
Temple region Chiang Mai

Une fois arrives, le temps de prendre nos quartiers dans l’hotel la nuit est tombe. Nous helons un sanglaew et montons a l’arriere direction le Night Market. Je m’achete une chemise blanche et nous nous installons das un restaurant ou je commande un plat de beuf au curry rouge, desireux de retrouver la saveur de celui que je prenais de temps en temps dans le petit, tout petit restaurant thailandais pres de mon travail. Je me susi regale. Quelques flaneries dans les allees subtilement eclairees du marche et retour a l’hotel pour un repos bien merite surtout pour la conductrice. Demain, ┬ź┬áGo to Doi Suthep !┬á┬╗

Escapade a Si Satchanalai

Share Button

Allez tant pis, je le dis: ┬ź┬áSi Satchanalai, c’est l’Angkor de Thailande !┬á┬╗. Non, c’est vrai, a des moments ca m’a rappelle la cite cambodgienne. Sukhothai c’est magnifique mais c’est tellement aseptise. A Si Satchanalai, la nature a encore droit de citer, elle n’a pas ete domptee, faconnee, amenagee a ce point par l’homme. Et les vestiges sont a mon avis mieux conserves.
Donc, ce matin, vous l’aurez compris, j’ai decide de me rendre la-bas. C’est un peu une expedition mais ca vaut le coup ! On prend d’abord le meme bus que pour aller au parc historique de Sukhothai mais on s’arrete au Bus Terminal de la ville. De la, on grimpe dans un des quelques bus a destination de Chang Mai qui marque l’arret ou il faut. Tous ne le font pas. Les bus les plus conciliants partent environ toutes les deux heures. Je prends celui de 9h qui part a 9h30, ponctualite des transports thai oblige, et laisse a quai un couple de Canadiens qui n’ont pas voulu croire qu’il les deposerait a bon port et pas a Chang Mai. En route, l’autocar longe un temple et son immense bouddha assis a l’exterieur et dans une parfaite synchronisation, tous les passagers de ce cotedu bus accolent leurs mains et marque une inclinaison de la tete.
Apres un peu plus d’une heure de trajet, le prepose me dit ┬ź┬áSi Satchanalai, Si Satchanalai┬á┬╗ et l’on s’arrete au milieu de nulle part. Je descends avec les quatres autres touristes aventuriers qui se sont risques jusque la avec moi. On n’est pas tant au milieu de nulle part que ca en fait car a peine mis le pied sur le bitume que nous voila nez a nez avec un loueur de velos. Il nous briefe, nous donne un plan du site et nous enfourchons nos becanes pour emprunter le long pont suspendu qui mene au premier temple, le Wat Phra Si Ratana Mahathat. Pour ceux qui suivent avec assiduite mes ecrits, le temple le plus fameux de Phitsanulok porte le meme nom. Et ils ont effectivement des similitudes architecturales notamment le chedi.
Si Satchanalai - Wat Phra Si Ratana Mahathat
Apres quelques kilometres sur une petite route de campagne tres agreable, six kilometres si on en croit le loueur de mon cycle rouge modele fillette ( pas de barre horizontale ), j’entre dans le parc historique. Il est beaucoup plus sauvage que son illustre homologue de l’aube du bonheur ( ce que signifient sukha et uthai ). Le Wat Chang Lom avec son chedi dont le socle est soutenu par des elephants et qui a un homonyme a Sukhothai est ici bien mieux conserve. Le lieu est tellement remarquable que meme les bonzes le visitent. J’en ai notamment croise un, arme d’un appareil photo. ┬ź┬áC’est une vision de moi dans quelques mois┬á┬╗, me dis-je en souriant.
Si Satchanalai - Wat Chang Lom
En haut sur une petite colline surplombant le reste du parc et accessible par un grand escalier de pierre se trouvent mes deux temples preferes. Pas parce que ce sont les plus beaux mais parce qu’ils sont vraiment en pleine nature. Pour aller de l’un a l’autre, notamment, on emprunte un court chemin travers la foret. Et la, plus personne. Juste moi, les vestiges, un bouddha de pierre assis dont je perturbe la meditation mais qui ne semble pas s’en emouvoir, deux chedis et le silence a peine trouble par le bruissement des feuilles dans le vent. Je m’assois et reste la quelques minutes a m’empreigner de cette serenite contagieuse qu’offre l’endroit.
Si Satchanalai
foret Si Satchanalai
Si Satchanalai - parc historique
Apres avoir repris ma route, fait tourner mon pedalier dans les allees du parc puis a nouveau sur la petite route qui me ramene au pont, je restitue mon fidele destrier et apres une longue attente, me retrouve debout dans un bus bonde, direction Sukhothai. Il faut dire qu’il est 16h passees et que c’est la sortie des classaes. Et en Thailande tous les moyens de transport en commun quelques qu’ils soient, meme les bus grandes lignes sont mobilises pour amener leurs petites tetes blondes, euh pardon, leurs petites tetes brunes a la maison.
Plus de photos de Si Satchanalai dans la galerie.

Ah ces touristes !

Share Button

Bonze Si Satchanalai

Un bungalow a New Sukhothai

Share Button

Apres un trajet d’une heure en bus climatise par les courants d’air des fenetres et portes ouvertes ( 30 bahts ), me voila au ┬ź┬áBus terminal de Sukhothai┬á┬╗. En fait, la ville souffre d’un dedoublement de personnalite, il y a la Sukhothai et ses temples que visitent les touristes et a cote une ville moderne New Sukhothai avec ses guest houses pour les accueillir et les restaurer ( oui, il n’y pas que les ruines de la veille ville qui ont besoin de restauration, nous les farangs aussi ).
Cette fois-ci, je delaisse le principe de chambre et opte pour un bungalow au Garden House. Legerement, sureleve on accede a la porte en grimpant quelques marches. Tout en bois a l’exterieur, avec sa petite terasse ornee d’une chaise et une table au cas ou j’aimerai m’y installer pour ecrire mes articles ou lire mes guides, la petite habitation s’ouvre sur une piece carree au parquet en tek de trois metres sur trois couverte de nattes de roseaux tressees. Chaque facade adeux fenetres couvertes de rideaux blancs brodes a l’exception de celle du fond qui cache une petite salle de bain avec une douche a l’eau chaude enfin plut├á┬╣ÔÇŁt tiede, un petit vase en poterie faisant office de lavabo et des toilettes. Ajoutez un grand lit, une chaise en bois vernis et un ventilateur trois vitesses, , melangez le tout et vous ave ma demeure pour les prochains jours. Pour moi, c’est un peu comme un decor de film ou les cabanes de mon enfance mais en plus reussi bien sur. Et plus etanche aux intemperies, enfin, je pense.
Reveil aux aurores. Il n’y a pas de volet donc des les premiers rayons de soleil, la lumiere du jour me chatouille les paupieres, m’incitant a emerger de mon sommeil. J’avale des corn flakes flottant dans leur bol de lait avec une pointe de miel et en route pour l’aventure. Je prends le bus, enfin je ne sais pas sur quelle base de vehcule s’est amenager mais c’est plus un chassis de camionnette ou l’arriere a ete remplace par une structure de bois avec des bancs de chaque cote dans le sens de la longueur avec un toit soutenu par 4 poutres, mais appellons ca un bus pour le moment. Donc, je monte dans le bus pour le parc historique de Sukothai ( 20 bahts ) et la, d’un ┬ź┬áhello┬á┬╗ energique, je me fais embarquer dans une conversation avec un americain d’une cinquantaine d’annees. Il est un peu estropie car s’est pris le battant d’un store en pleine en tete, et oui, nous les occidentaux sommes sensiblement plus grands que les thais et donc les rues sont un peu plus dangereuses pour nous. Le pauvre a aussi glisse dans la piscine de son hotel et s’est ouvert le genoux. ┬ź┬áUn gars chanceux┬á┬╗, me dis-je.
Encourage par le fait que je comprenne a peu pres tout ce qu’il me raconte, il continue et il en a des choses a dire. Il me parle, outre de ses blessures, de ses impressions sur la region. Il semble y avoir passe beaucoup de temps ces dernieres annees. C’est souvent interessant, je dois dire, et pour moi, c’est un tres bon cours d’Anglais. C’est juste un peu violent de passer de mes discussions par petites touches maladroites et gestes avec Tik au flot de paroles de cet amerloque. Mais je commence a le trouver sympathique. Je visiterai d’ailleurs le parc en sa compagnie. C’est marrant de voir comme il a le contact facile. Il commence des conversations avec de nombreuses personnes et a un don pour reperer ses compatriotes, aptitude facilitee par le fait qu’il semble pour certains les avoir deja croise auparavant. Nous discutons systemes de sante, conges payes, retraites, les sujets sur lesquels la France apparemment passionne les compatriotes de l’Oncle Sam, boudhisme et prostitues thai. C’est assez eclectique, je dois dire ­čśë Et la, ou il ‘a surpris c’est qu,a plusieurs reprises il a ramasse des paiers, plastiques et autre cochonneires et les a trimballe jusqu,a la prochaine poubelle pour les deposer. Je ne sais pas si c’est un vrai souci de proprete ou une pathologie mais on est loin de l’image qu’on se fait du ricain qu ne respecte rien.
Sukothai parc historique
Le parc Historique de Sukothai est enferme dans une enceinte de trois murs successifs avec deux douves qui aujourd’hui, pour ce qu’il en reste, ont perdu de leur caractere infranchissable. Il y a trois grandes zones de visite qui chacune demande un droit d’entree de 100 bahts. Generalement les visiteurs se contentent du parc et ne vont pas voir les deux zones a l’exterieur. Ils ratent a mon avis au moins le Wat Si Chum et son impressionnant bouddha assis qui est a ce qu’on dit le plus grand du pays et restera ce qui m’aura le plus marque dans cette journee. Et Mark le Californien aussi. Sinon pour le parc historique en lui meme, c’est agreable et paisible de se balader dans les allees et de decouvrir les temples et les bouddhas de pierre incroyablement bien conserves. On peut louer des velos ( faites-le une fois a l’interieur sinon, il vous en coutera 10 bahts par cycle pour les faire entrer dans l’enceinte ) mais vous connaissez mon go├á┬╣ÔÇ║t pour la marche et je dois dire que si le plan qu’on nous donna a l’entree, a l’echelle plus que discutable vous donne l’impression d’un complexe immense, vous en ferez le tour assez facilement en usant vos souliers.
Sukhothai parc historique
Sukhothai nenuphars
Sukhothai historicl Parc
Il y a peu de monde, je suis etonne et plus l’heure avance et moins il y a de gens. C’est surprenant, d’autant que j’ai rarement croise autant de Francais que le premier soir de mon arrivee ici et que le lieu est assez extraordinaire meme si peut-etre un peu trop ammenage pour en faire un parc a touristes. Et c’est vraiment une etape ou il est facile de se faire des contacts avec d’autres voyageurs. Tous se retrouvent un peu pres dans les memes lieux, notamment le Poo Restaurant ( ou les glaces sont delicieuses ) et dans le bus pour la ville historique a l’aller et surtout au retour, les ┬ź┬ápeaux clairs et yeux ronds┬á┬╗ aiment parler a leur semblables. J’y ai notamment discute avec les seules personnes que j’ai rencontrees qui etaient decus de la Thailande et devinez quoi, ils etaient Francais ! Ils sont a la fin d’un periple d’un an un peu partout dans le monde et doivent etre atteint de blasitude ( oui, si bravitude existe, balzitude ne va pas tarder a exister aussi ). J’avoue que je ne m’en suis toujours pas remis.
Plus de photos de Sukhothai dans la galerie.

Trouver un hotel à  Sukhothai

Pour trouver chaussure a son pied…

Share Button

New Sukhothai
Y a des boutiques Bata ici aussi mais j’ai pas trouve de Eram

Phitsanulok et ses pizzas

Share Button

C’est marrant comme quand on sort d’une tourista, il nous vient des envies alimentaires presque irrationnelles de plats qui nous sont proches, comme notre estomac se met a avoir le mal du pays en quelque sorte. Je comprends mieux les femmes enceintes. Me voila a rever d’une pizza, voeu eauce au Payden Hotel qui affiche fierement une banderole marquee Pizza Payden alors qu’en fait la mienne leur a ete livre par un couriser du pizza 30 local.
Phitsanulok ( ne prononcez pas le t si vous voulez le dire comme les habitants ) est la ville la plus proche de Sukhothai deservie par le train. C’est donc un passage non pas oblige mais tres emprunte par les touristes a destination de l’ancienne capitale siamoise. Touristes qui generalement ne reste qu’une nuit, le temps de prendre le bus.

C’est une grande ville, sans taxi mais avec ses slamlaws ( oui, ce que j’appellais avant des cyclo-taxis avec mes mots d’europeen, c’est ca leur vrai nom ), ses ecoles, ses temples et son petit, tres petit nombre de cyber cafe ou boutiques internet, en tout cas dans le quartier de la gare. De par sa taille et sa physionomie, l’agglomeration n’a pas le charme attachant d’une Lopburi et n’offre qu’un nombre d’attraits limite aux touristes. La plus connue etant le Wat Phra si Ratana Mahathat dont le bouddha Chinnarat est la statue la plus veneree et la plus copiee du pays.
Wat Phra si Ratana Mahathat - bouddha Chinnarat
Ceci dit si vous avez la chance comme moi de rencontrer dans ce temple une jeune femme qui vous demande de la prendre en photo avec son amie devant le bouddha assis. Je m’execute et de fil en aiguille avec les quelques mots d’anglais qu’elles connaissent, mon ┬ź┬áThai de poche┬á┬╗ ( non il ne s’agit pas d’une moquerie sur la taille d’un thai mais d’un livre ), le gepal’mo et des gestes, nous entamons une conversation. Elles me proposent que nous allions manger ensemble, j’accepte. Et me voila dans la belle Toyota climatise aux petites touches ┬ź┬áhello Kitty┬á┬╗ subtiles de Tik ( c’est son prenom enfin son surnom car le rpenom je n’ai reussir a le dire qu’une fois correctement mais je culpabilise pas car de son cote elle s’entete a m’appeler Makhon ). Direction le Big C, grand centre commercial ou pendant que nous regardons la carte d’un restaurant, son amie Pla ( qui ne m’en a pas fait, du plat et j’avoue Pla et Tik, c’est tres platique a retenir;)) est partie acheter un livre sur les phrases de bases en Anglais et un calepin pour dessiner. Je dois avouer que jamais en France, je n’aurais suivi aussi vite deux jeunes filles, ma mere m’a bien dit comme a tous les petits enfants de ne pas monter en voiture avec les etrangers mais ici, j’ai confiance. Peut-etre a tort mais ca vous le saurez en lisant la suite.
Le repas acheve, nous ressortons et je sens bien que Tik veut me proposer quelque chose pour cet apres-midi mais n’arrive pas a me faire comprendre quoi. Qu’a cela ne tienne, elle appelle une amie qui lui traduit quelques phrases en Anglais. Elle m’offre de me faire decouvrir un peu Phitsanoulok et notamment un temple qu’elle aime bien. Je devrais hesiter car une fois monte dans la voiture, je suis oblige de m’en remettre a elle mais j’accepte de suite. Il faut dire qu’une jeune femme qui a une si jolie voiture ( qui est tres probablement la sienne parce que je connais pas beaucoup de mafieux qui mettrais des Hello Kitty partout sur et dans leur vehicule ), qui a insiste pour m’inviter et me payer mon repas a midi et a un blackberry, ne doit pas en avoir apres mon argent, me dis-je. Gros detour pour passer au magasin d’informatique ou elle travaille prendre un dictionnaire Thai-Anglais et pour que Pla monte chez elle juste a cote prendre des gilets. Ce qui acheve de me rassurer, je sais ou la trouver maintenant. Et nous revoila en route pour le temple. C’est un peu isole en haut d’une colline. La vue sur les rizieres en bas est tres belle. Les decorations sont un peu excessives mais c’est un lieu tres frequente. Tik m’initie aux rudiments du rite bouddhique, j’allume deux petites bougies et une poignee de batons d’encens, puis me recueille successivement devant trois statues de personnages qui ne sont pas des bouddhas et plante a chaque fois trois de mes batonnets dans le pot devant elles, puis finalement pique chacun des deux sticks d’encens qu’il me reste dans deux coupelles de chaque c├á┬╣ÔÇŁte de l’entree de la piece principale du temple. Nous flanons un peu, discutons avec dificulte, je la prends en photo dans des photos ┬ź┬áa la japonnaise┬á┬╗. Rien de sexuel, bande de pervers, c’est comme ca que j’appelle les photos ou l’on se poste devant un monument ou une statue ou n’importe quoi en fait, pour etre fige avec dans une espece cri muet, un ┬ź┬áj’etais la, j’y etais┬á┬╗. Pas mes plus belles images mais un souvenir de cette journee. Tik, me photographie egalement sur le meme mode puis me raccompagne a mon guesthouse et on se donne rendez-vous le soir.
Pendant les deux jours qui ont suivi, elle s’est souvent liberee pour pouvoir manger avec moi, voir un film ( Twilight en thai, on comprend rien mais ca donne pas envie de la voir en Francais ) ou m’emmener aux chutes d’eau de Kaeng Song, et dans un autre temple dont j’ai oublie le nom qu’elle m’a dit mais qui n’etait ecrit en lettres occidentales nulle part. Je me souviens notamment du jour des chutes de notre arret pour manger au Rain Forest ressort, au bord de la riviere en aval des chutes. Dans une petit jungle amenagee, il y avait des petites terrasses surelevees avec des nattes, une table basse et des coussins pour s’asseoir et juste a c├á┬╣ÔÇŁte l’eau qui coulait entre les rocher et les arbres. Un endroit tres buccolique. Et que dire des chutes, pas impresionnantes certes mais avec ce petit pont suspendu et a peine quelques thai qui se reposaient et un qui se baigner en amont de la cascade.
A cote de cette rencontre, Phitsanulok, ne m’aura pas marquee, mes ballades dans la ville ne m’ont pour une fois pas amene a faire des photos interessantes si ce n’est quelques unes au marche mais ca devient recurent et cette ceremonie militaire ou d’abord discret, je me suis retrouve aux premieres loges avec la benediction des soldats qui se baissaient parfois carrement pour ne pas gacher mes photos. Ils semblaient fiers de montrer leur armee.
Vendeuse marche de Phisanulok

Armee
Soldat ajustant le kepi
Ce qui m’amuse c’est que le main meme avant de rencontrer Tik, j’ecrivais un article pour parler de mon enfermemet dans mon destin de touriste qui n’a que peu de contacts autres commerciaux avec les gens et voila que quelques heures apres ces lignes devenaient inutiles.
Plus de photos de Phitsanulok dans la galerie.

Trouver un hotel à  Phitsanulok

Ombres thailandaises

Share Button

Lopbury - monkeys
Singeries a Lopburi…

Un train pour Phitsanulok

Share Button

Ca y est je me suis decide a quitter Lopburi et ses singes et a continuer mon voyage vers le nord. Je me la joue un peu mois en mode routard ce coup-ci. J’ai pris un billet pour un train premiere classe. Le billet est 4 fois plus cher mais le trajet dure 1h40 de moins et chose importante quand on a la tourista, il y a des toilettes dans les wagons.
Un fois monte, c’est un peu comme l’avion, chaque voiture a son hotesse avec son uniforme. Pas besoin d’attacher sa ceinture car pas de decollage de prevu ni de turbulences mais interdiction de fumer. L’hotesse ne nous fait pas de grands gestes pour nous monter les consignes de securite et les issues de secours mais elle nous sert des plateau repas. C’est compris dans le prix. J’avoue que je ne m’y attendais pas. Et en plus c’est tres bon. Et puis mon hotesse est tres belle. Je commence a repenser au fantasme masculin de l’hotesse de l’air et je me dis que c’est d’un commun.
L’air est climatise, le wagon un peu comme un wagon de TER bien entretenu, sans les tags, les passagers sont moitie thai, moitie farang, certes moite-moite etant regrapoupe sur la meme banquette. chacun a sa place attitree. La mienne est cote hublot ( et cette fois pas d’aile pour me boucher la vue ) juste devant celle occupee par un bonze. Depuis quelques jours que je suis en Thailande, je m’interroge sur eux. Sur leurs regles de vie. On verrait pas un moine prendre le train en premiere classe en France. Avoir un telephoen portable ou un mp3, je sais pas mais la premiere classe c’est un peu eloigne de l’image que je me fais de la vie monastique. S’ils ne font pas voeu de chastete et ont la cote avec les filles, je vais serieusement pense a devenir orange et tondu ;). Plus serieusement, il faudra que je me renseigne sur la vie des bonzes…
Me voila, maintenant a Phitsanulok.

Lopburi, petite ville tranquille

Share Button

Vous dire qu’a Lopburi, les vestiges du passe, de ses temples au style khmer valent le detour, serait, vous mentir. Surtout quand on vient d’Ayutaya, ceux-ci paraissent assez fades. Reste les singes. Pourtant si on met de c├á┬╣ÔÇŁte les attractions touristiques qui ne peuvent rivaliser avec les autres de la region, il reste une ville de province dont le charme est peut-etre justement de ne pas attirer tant de visiteurs que ces consoeurs.
Lopburi - temple khmer

Je crois que je decouvre ici ce que c’est vraiment la vie thailandaise. Pas celle de Bangkok, l’excessive, l’effervescente, mais celle plus simple d’une cite de province. Avec ses ecoliers omnipresents, ses marches qui se montent en quelques minutes en bas de l’hotel et se demontent avec un peu moins d’entrain, ses cours de fitness de 17h30 a 18h30, ses matchs d’un sport que je regarde du haut de ma fenetre et dont je n’ai pas exactement saisi les regles, ses stands de nourriture le long de la voie principale ou les habitants se pressent pour manger le soir, le bal des deux roues, les rires des etudiantes qui flanent dans les allees du marche, s’imaginant avec telle ou telle robe, le vieil homme qui en des gestes regles par l’habitude prepare de grande quantite de riz gluant, les camions qui de leurs haut-parleurs annoncent je ne sais quel evenement… Une ville simple qui chaque jour s’anime differemment.
Lopburi - marchande ambulante
Lopburi - marche de nuit
Lopburi- stand restauration
J’aurais aime en profiter un peu plus car si cela fait plusieurs jours que suis la, je viens de rencontrer la petite compagne des touristes, celle dont on sait qu’elle vous accompagnera un peu surtout sur un si long voyage et qui vous fait garder la chambre plus que vous ne l’auriez voulu. Quand je l’aurais fait fuir avec mes pilules et un peu de patience, je pourrais reprendre ma ruee vers le Nord. Prochaine etape: Pitsanulok, demain ou apres-demain. Pour ca il faut que j’arrive a avoir les horaires des trains, seulement affiches en thai a la gare de Lopburi et aux heures ou j’y suis passe pas d’agent de la police touristique pour vous renseigner comme dans les autres villes. Un endroit pas vraiment touristique, vous dis-je….

Trouver un hotel à  Lopburi

Cocorico

Share Button

I love Lopburi

Share Button

Assis a l’arriere du tuk-tuk qui me ramene a la gare d’Ayutaya, je realise que la vraie difference avec Bangkok, c’est qu’ici ils ont un volant et il me semble meme un moteur un peu plus puissants. De petites camionnettes en somme. Au guichet, je prends un billet pour Lopburi en 3e classe ( 13 baths ) et m’assois sur un banc pour attendre. Mon train ne sera la que dans une heure. Un groupe de collegiens s’assoit a cote de moi et essaient d’entamer une discussion avec moi. A grands renforts de gestes, de sourires embarrasses et des quelques mots que je connais en thai, j’arrive a comprendre qu’eux aussi vont a Lopburi. C’est grace a eux que je ne monte pas dans le train qui arrive pile a l’heure prevue pour le mien. le train que je dois prendre ne sera la que 10 minutes plus tard.
Les wagons sont pleins, j’arrive juste a trouver une place pour ma valise dans le petit coin salle d’eau avec deux eviers qu’il y a au debut et ou tout le monde stocke ses paquets encombrant et reste debout appuye sur le paroie. Je m’amuse du balais incessant des vendeurs ambulants qui passent et repassent en criant ce qu’il ont a vendre. Des boissons, des fruits, des cacahouetes, des brochettes meme qui baignent encore dans leur sauce, tout ce qui se mage et se boit et pour un prix unique de 10 baths. A chaque gare, certains descendent, d’autres prennent la releve. Pas besoin de wagon restaurant, ou vous amene tout sur un plateau ( ou dans des paniers ) !
On arrive a Lopburi. Je descend. Je mets un pied hors de la gare et deja un chauffeur de cyclo-taxi me propose de m’emmener a mon hotel pour 20 baths. J’accepte. La cmabre est bien, pourtant le Routard n’etait pas tres enthousiaste sur l’etablissement ( le Nett Hotel ) comme sur tous ceux de la ville. Mais j’ai un grand lit, un ventilo au plafond, une salle de bain avec eau froide et comble du luxe, une television avec des chaines internationales. Prix de la nuit: 200 baths. Moi, je l’aime bien ma chambre, ca me change de la precedente.
Singe a Lopburi - Thailande
A Lopburi tout est ramasse, les ruines a visiter, les temples, les hotels sont dans la ville qui s’est developpee autour des vestiges sans laisser de vide. Du coup, je me retrouve vraiment dans la ville avec sa vie, ses mouvements et surtout ces singes. C’est la particularite de cette ville. Ils sont partout, se balancent sur les fils electriques, sautent de toit en toit, traversent les routes… Je pose mes affaires et apres une rapide sieste, je pars dans la ville. Sans but precis. Il est 16h et c’est la fin des cours. je me retrouve dans une avenue qui regroupe plusieurs ecole et je croise les ecoliers qui sortent, attendant les bus de rammassage, plaissantent, achetent des sucreries a un marchand. Certains me font des ┬ź┬áhellos┬á┬╗ accompagnes d’un geste de la main, d’autres de grands sourires. On se sent bien accueillis, ici ! En fonction de l’etablissement d’o├á┬╣Ôäó ils sortent, ils ont une tenue differente a base d’un chemiser et d’une juppe pour les filles et d’une chemise et d’un bermuda pour les garcons. Oui, je sais ce que vous allez dire. C’est pas beau de faire la sortie des ecoles mais bon… Ce qui me frappe, c’est leur bonne humeur, on voit qu’il se taquinent tout le temps, rient, une vraie joie communicative.
Ecoliers thailande
Ecoliere thailande
Collegiennes Thailandaises
Etudiante thai
En fin d’apres-midi, j’entends de la musique monter de la cour d’ecole en face de la fenetre de ma chambre. Je decide de descendre et d’aller voir. Il s’agi d’un cours d’aerobic. Une professeur montre les mouvements et une cinquantaine de jeunes filles ( enfin, il y en a deux visiblement moins jeunes ) les reporduisent en rythme. Je m faufilerai bien pour participer mais je ne suis pas s├á┬╣ÔÇ║r que ce serait bien vu. le portail est grand ouvert et je suis sur que ca les ferai plus rire qu’autre chose mais outre etre le seul occidental, je serai le seul representant de la gente masculine. Un peu plus loin dans la cour, les garcons jouent au foot-volley et au basket. Chacun son sport ­čśë
Je finis ma journee en allant diner a la Maison Blanche. Bon, d’accord au White House. Pfff, on peut meme pas frimer un peu. Sa terrasse donne sur la cor ou je vois les bras s’agiter. Je sirote un jeu d’orange que j’ai commande en demandant ┬ź┬ánam som, no ice┬á┬╗. Puis avale mon repas. Je me sens bien sous cette arbre, avec cette petite musique thai en fond sonore et cet eclairage subtile. Je leve les yeux, entre les feuilles, la lune qui a revetue son plus beau croissant, me fait un clin d’oeil. Je vais me sentir bien ici, je crois. Je risque d’y poser ma lourde valise quelques jours.

Plus de photos de Lopburi dans la galerie.

Trouver un hotel à  Lopburi

Dors tranquille…

Share Button

Chien veillant sur bouddha

Deux jours a Ayutaya

Share Button

A l’accueil de la guest house, derriere le guichet, il y a un tableau avec pour chaque chambre le pays des occupants de marque. Et les chiffres des jours ou il seront la. Le ptit cote Eurovision de la chose me fait sourire. Et force de constate que ce sont les Allemands qui occupent le plus les lieux.
La premiere chose qui m’a marque ici, c’est que les nuits sont fraiches et qu’il y a parfois une sorte de mistral local. Je suis certes frileux mais au milieu de la premiere nuit, je me suis precipite sur ma valise pour en tirer les deux pulls que j’ai emmenes et les passer. Et des le lendemain, j’ai demande une couverture en plus du petit drap certes joliment brode mais un peu juste cote indice de rechauffement du corps recouvert qui etait dans ma chambre. Et je n’etait pas le seul a avoir cette requete.
Chaque jour apres un reveil aux chants des coqs ( ils sont quatre aucune chance qu’ils aient tous une extinction de voix en meme temps et qu’on puisse faire grasse mat’ jusqu’a 7h voire grand luxe 7h30 ) et une douche a l’eau froide, je partais avec mon sac a dos a l’assaut de la ville et des temples. En mode mi-organise mi-impro. Celui qui me va le mieux. J’ai fait des haltes aux incontournables temples dits ┬ź┬ásur l’ile┬á┬╗, le Wat Phra Si Sanphet et ses trois chedis qui sont sur toutes les representations de la ville et le Wihann Mongkhon Bophit mais rapidement, je me suis faufile par des petits chemins, des petits ponts pour decouvrir des coins plus calmes comme un peu derriere ces temples tres populaires, Wat Wora Pho et le Lokaya Sutha, plus en ruines mais peu frequentes et ux statues quasi intactes. On y retrouve cette paisibilite qui permet de vraiment s’impregner des lieux. J’ai achete un jus de coco frais a une petite marchande la-bas. Elle a sorti le fruit de son refrigerateur avant de le decapite a grands coups de machette et d’y glisser une paille. Tres gouteux et frais ! Et meme pour moi qui a la base ne suis pas un fou du gout de la coco. Des forces reprises, je pu repartir dans ma longue marche a la decouverte d’Ayutaya et sa grandeur passee.
Ayutaya Wat Wora Ram
Ayutaya Wat Woratcheta Ram
Et il faut dire que c’est une ville qui a du chien, enfin des chiens. Errants, il y a partout, ils hurlent a la mort la nuit, grognent un peu sur votre passage ou vous ignorent carremment. On s’y voit aussi proposer tout type de moyens de locomotion, de la balade a dos d’elephant au cyclo-taxi ou plutot que de louer vos velos a votre guest house ou aux petites boutiques, vous prenez un cycle avec chauffeur, c’est moins fatigant, en passant par le taxi, plus rare et le traditionnel tuk-tuk. Ici, ces derniers sont un peu differents de ceux de Bangkok. L’avant plus effile, un peu facon nez de requin, ils ont un cote plus agressif et une decoration plus sommaire. On ne s’embarasse pas de ces details en fer forges et autres peintures stylees. On est dans le fonctionnel. Les banquettes sont d’ailleurs dans le sens de la longueur pour accueillir plus de passagers. Et tant qu’elles ne sont pas occupes a 100%, le chauffeur est susceptible de s’arreter a tout moment pour completer son chargement.
Ayutaya - tuk-tuk
Sinon en dehors de l’ile, j’ai surtout retenu, le Wat Naphra Meru qui a lui aussi un tete de bouddha emprisonne dans un arbre que les guides ne mentionnent pas. Et qui etaient frequente par de ombreux fideles qui essayaient de se frayer un chemin jusqu’aux bouddhas parmi les touristes.
Ayutaya - tete de bouddha
Ayutaya elephant
Et mon prefere. oui, de toutes les manieres, le Wat que je prefere ( a lire sur l’air de la chanson ), c’est le Wat Yai Chai Mongkhol. En plus a 8h45 du matin, il n’y a quasi personne. Et avoir ce temple, ses deux grands bouddhas de pierre de chaque cote de l’edifice et le carre de statues de bouddhas a la taille plus modeste autour, pour soi tout seul ou presque c’est genial. Je m’y suis attarde tres longtemps, voyant les touristes arriver petit a petit, entendant un ┬á┬╗ ils auraient pu mettre un ascenseur┬á┬╗, regardant les japonnais se photographier entre deux statues, reprenant maladroitement leurs postures.
Ayutaya - Wat Yai Chai Mongkhol
Ayutaya - Wat Yai Chai Mongkhol
Et plus loin, bien plus loin quand on est a pieds, il y a des temples bouddhes euh non boudes, que personne ou presque ne va voir. Et ben moi, je suis alle leur remonter le moral et pour le Wat Mayeyong, j’ai pas regrette. Un peu avant, c’est d’abord un elephant en liberte qui me fait un clin d’oeil et pose pour moi. Un peu moins a l’aise que mes modeles habituels et aux courbes plus imposantes, il se prete au jeu mais suis assez mal mes instructions. Puis, derriere le wat, au son de la voix calme et relaxante qui s’echappe d’un haut-parleur, j’apercois, parmi les arbres, des femmes habillees de tuniques blanches faire ce que je pense un exercice de meditation, marchant au ralentit decomposant chaque mouvement. Ici, plus de tuk-tuk, de taxi, plus de rammasses-touristes. Le chemin du retour va etre long, me dis-je. A peine le temps d’inspirer un grand coup pour me donner du courage et de refaire coucou a mon elephant, qu’un pick-up conduit par un bonze arrive a ma hauteur et le passager me propose par des gestes de grimper a l’arriere. C’est la providence qui me l’envoie ! Je me suis cru un peu dans Pekin Express sauf que je ne me suis pas senti le coeur de leur crier ┬ź┬áReo, reo !┬á┬╗ ( plus vite ). Ils me deposent au grand carrefour 2 kilometres plus loin d’o├á┬╣Ôäó je ne tarde pas a trouver une place dans un tuk-tuk pour retourner a ma chambre monastique.
Et le soir a Ayutaya, me direz-vous. Et bien si le bal des voitures, deux ou trois roues continue sans vergogne, les rues sont assez calme. Les restaurants et bars ( quasi exclusivement frequentes par les touristes ), sont sur le soi 5. J’ai pris mes habitudes au Tony’s Place qui fait aussi guest house et dont le decor, l’ambiance et surtout la cuisine ( le boeuf au gingembre, slurp slurp, miam-miam ) ne m’ont pas donne envie de changer d’adresse. Le patron est tres accueillant, limite prevenant et je pense que c’est une tres bonne adresse pour dormir aussi. Un lieu vivant et convivial. Il parait qu’il y a une discotheque dans l’Ayutaya Hotel, c’est la que vont les etudiants et etudiantes de la ville mais je n’y suis pas alle draguer. J’ai une chambre simple, je vous dis ­čśë

Retrouvez tous mes photos noir et blanc d’Ayutthaya sur Thailandee.com

Trouver un hotel à  Ayuttaya

Port du casque obligatoire

Share Button

Ayutaya - lion

En 2 roues quaisment personne ne le porte mais les statues elles sont prudentes !

Bamos a Ayutaya oh oh oh…

Share Button

Cette ville est une ancienne capitale du royaume de Siam, probablement celle de l’epoque la plus glorieuse de la Thailande. M’y voila donc depuis quelques heures.
Ce matin, je me suis reveille avec les poules enfin avec et surtout par cette oiseau dont je ne connait que le sifflement mais qui pourrait aisement me servir de reveil s’il ne commencait pas son chant au moins une heure trop tot. Mais bon apparemment, il n’y a pas de reglage de l’heure sur ses modeles-la. Tant pis, il restera sur 6h. Riz saute, poulet aux oignons et nouilles sautes au basilic locale, des corn flakes, ananas, pasteque, petit compte-rendu internet et me voila avec mon sac, mon etui d’ordinateur sur le dos et ma valise sur les trottoir cabosses et encombres de Bangkok. Bien decide a tailler ma route jusqu’au metro. Un peu ambitieux. Finalement, je me rabats sur un taxi pour aller a la gare Hua Lampong prendre le train pour Ayutaya.
Acueilli par une charmante hotesse, un peu comme celles de la scncf mais en plus souriante et moins rouge, elle me propose d’abord un train seconde classe a 21O baths le ticket mais je lui demande si je peux partir en 3e classe. Elle m’indique l’horaire et le prix 15 baths ( il n’y a pas de faute de frappe c’est bien la prix, pour rappel 1 euro = 50 baths ). Le depart est dans 45 minutes mais le train est deja la et commence a se remplir. Je m’installe. Les wagons sont vieillots certes mais rien d’alarmant. Les fenetres sont baissees et feront office de clim. Outre le prix, j’ai tendance a vous conseiller la 3e classe, d’une part parce que vous voyagerez comme la plupart des thais et surtout parce qu’en seconde, il y a de la clim et les fenetres fermees sont souvent scellees ( clim blige ) et si sales que vous ne verrez pas grand chose du paysage traverse. Apres 1h40 de trajet dans un train qui s’est tres vite retrouve bonde, nous voila a destination.
Gare de Hua lampong
J’avais repere une guest house qui avait l’air sympa dans le guide, je m’y rends en tuk-tuk avec le couple fareng-thai rencontre dans le train et avec qui j’ai sympathise. Cette maison en tek est un petit havre de paix et si vous avez moyen, prenez une chambre donnant du cote du petit etang. Personnellement, je me retrouve dans une piece assez spartiate ( un lit simple, une table, une chaise, un ventilo ) mais je lorgne deja sur la chambre du couple qui a une salle de bain et donne sur la partie la plus buccolique du jardin.
L’apres-midi, je pars a pieds. C’est tres simple de trouver les temples, c’est tout droit ! Je decouvre d’abord le Wat Ratburana qui a la particularite d’avoir un des prangs les mieux conserves du secteur. Et la, vous allez me dire: ┬ź┬ámais quoiqu’est-ce dont un prang ?┬á┬╗ Et moi de vous repondre: ┬á┬╗ une tour de style khmer qui orne certains temples┬á┬╗. Ca ne vous parle pas plus ? Je vous mets la photo c’est plus simple !
Prang du Wat Ratburana

Puis, je m’aventure dans le Wat Phra Mahatat, celebre pour sa tete de bouddha emprisonnee dans les racines d’un arbre. Je fais le tour, puis ressors. A noter que le prix d’entree des temples semblent etre unique et pour les Lonely Planetiens acharnes, il est maintenant de 50 baths et non plus 30 comme l’indique le guide. C’est l’inflation ma pov’ dame !
Wat Phra Mahatat - Ayutaya - tete bouddha
Le jour commence a decliner peu a peu. Je continue a flaner sur les petites iles passant de l’une a l’autre grace a de petits ponts, vois les elephants ayant finis de trimbaler leurs touristes pour aujourd’hui, s’en retourner a un repos bien merite, croise les marchands ambulants qui rangent leurs charettes… Je m’impregne de ce soir qui commence et ou la vie s’active a nouveau sans le souci permanent du touriste.
Ayutatya - soir

Pub dans le skytrain

Share Button

Pub vaseline Bangkok
Bon, je pense pas que ce soit celle a laquelle on psense nous ­čśë

Et tombe la nuit sur Bangkok

Share Button

Depuis ma premiere journee dans la capitale et mon arret au Wat Po en fin d’apres-midi, j’avais dans un coin de la tete d’y revenir un peu apres 17h, assister a nouvau a la priere des bonzes et voir le jour s’endormir sur le temple. Aujourd’hui c’est chose faite et franchement, je vous recommande d’en faire de meme !
Vers l’heure du gouter legerement passee, me voila a Hua Lampong. Je traine un peu dans la gare, photographie les quelques bonzes qui passent de temps en temps, puis je m’engouffre dans la ville. En fait, je n’ai pas trouve de chauffeur de taxi ou tuk-tuk disponible donc je me suis dit ┬ź┬áallez on part a pied et on verra┬á┬╗. Belle inspiration. Je me retrouve rapidement dans Chinatown et dans l’avenue dans laquelle, je tombe, on croirait vraiment avoir change de pays quand on voit l’amoncellement d’enseignes en chinois. Je suis fascine par ce quartier encore plus vivant, du moins a cette heure que les autres quartiers de Bangkok que j’ai traverses jusque la. Tout a coup, a ma gauche, une rue qui semble etre le debut d’un marche qui se revelera plus un bazar qu’un marche d’ailleurs. Il est tres dense et tres tres frequente. Les articles proposes sont encore plus diversifies qu’au Night Bazaar et il me semble plus grand. Je me faufile dans les allees avec bonheur, captant un peu de cette vie et cette effervescence qui m’entourent. J’aime ces lieux charges et vivants au possible !
Bonze - gare de Bangkok
Bangkok - Chinatown
Bangkok - marche Chinatown
Je finis par en sortir et attrape au vol un tuk-tuk. Je negocie le prix. Pas longtemps car il est deja tres raisonnable pour un trajet jusqu’au Wat Po. Pour ce qui ne connaissent pas ces taxis un peu particuliers, il s’agit de vehicules a mon avis a base de moteur de mobylette mais qui ont 3 roues, un habitacle pour le chauffeur avec un guidon et pas un volant et une petite plate-forme couverte a l’arriere avec une banquette pour accueillir des passagers ou de la marchandise. Car oui, les thai les utilisent pour transporter parfois une quantite impressionnante de choses en tout genre et se massent jusqu’a 6 ou 7 dedans. Rapides, ils se faufilent en plus tres bien dans la circulation et vous permettent de vous rendre d’un point a l’autre en un temps record. Et ca secoue. Les suspensions sont rudimentaires, les styles de conduite plus que sportifs mais c’est vraiment a faire. C’est le moyen de transport le plus onereux ( et le plus bruyant ) que vous puissiez prendre Dans la capitale thai mais c’est aussi le plus typique.
Il est deja 17h20, donc je file directement dans le temple ou les moines font leur priere. Il y a beaucoup plus de monde que la derniere fois ( ils ont du lire le blog ­čśë ). La ceremonie finie. Je ressors et vadrouille dans les allees. Il n’y que de tres rares visiteurs. Le lieu devient presque intime d’autant que la lumiere baisse graduellement. La nuit arrive timidement et quelques spots viennent eclairer les chedis. C’est paisible, calme, reposant. Loin de la chaleur et de la fievre touristique de la journee. Vraiment, je crois que c’est la meilleure heure pour visiter ce temple. Peut-etre pas pour faire des photos quoi que ces ambiances d’ombre qui descend sont tres prenantes. Je refais le tour du proprietaire et m’apercois que seule une porte de l’enceinte est encore ouverte. Je finis par me decider a l’emprunter. Et re-tuk-tuk vers Hua Lampong. Une Singha, un plat de riz saute, un bain et au lit ! ­čśë
Wat po by night
Bangkok - tuk-tuk
Au fait Lah, c’est la soeur de Tah. Du coup la similitude de prenom s’explique mieux… ­čśë
C’est decide demain apres-midi, je pars pour Ayutatya.

Trouver un hotel à  Bangkok

Bonze pied, bon oeil

Share Button

Bonze - Bangkok

Un zoo, un temple, une sieste

Share Button

Ce matin, j’ai fait partie de la France qui se leve tot ( 6h sorti de l’hotel a 7h ) et je suis alle a la rencontre de la Thailande qui se leve tot. Les rues sont plus calmes, enfin les trottoirs car ils n’y a pas encore tous les stands qui jonchent les paves et ne laissent qu’une petite allee central ou il est difficile d’etre deux de front.
Apres un longue arret internet. Me revoila dans le skytrain pour Phaya Thai et de la direction le War Benchamabophit. Le train est bonde comme un metro ligne 13 a n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Ressorti a l’air libre et donc malheureusement plus climatise, comme a mon habitude, je pars d’abord dans le mauvais sens avant de rebrousser chemin. Je prends l’avenue Sri Ayutaya, passe un passage a niveau, longe le Turf Royal Club et la sur l’avenue, je remarque sur les arbres des guirlandes electriques clignotantes, comme celles qu’on met dans nos sapins de Noel et qui malgre qu’il fasse grand jour scintillent deja. Je trouve ca etonnant et pas tres economique mais quelques dizaines de metres plus loin, je vois des employes de la ville grimpes dans les arbres et qui placent les dites decorations. L’esprit de Noel est la ! Encore. Je suis curieux de voir ce qu’il se passera le 24 decembre au soir a Bangkok.
Bangkok - guirlandes Noel
J’arrive au temple, m’acquitte de l’entree et flane d’abord autour du batiment principal. Il y a sur le cote un petit cours d’eau avec de jolis ponts puis de l’autre c├á┬╣ÔÇŁte, j’arrive dans ce qui semple les appartements des bonzes, je vois notamment leurs habits qui sechent sur la corde a linge et croise quelques moines qui ne semblent pas pertubes par ma presence mais pas tellement desireux d’etre papparaze ( enfin c’est surtout moi qui suis paparase depuis 3 jours ). Un peu plus loin, se trouve une ecole juxtaposee a l’enceinte du temple. ll y a de l’animation, dans la cour se joue un match de foot. Les eleves, que des garcons, ont tous un uniforme. Je fini par penetrer dans le temple, son bouddha est superbe et surtout magnifiquement mis en valeur sur un fond bleu et un eclairage qui forme une sorte d’aura autour de la statue. En photo c’est superbe !
Bangkok - Wat Benchamabophit
Bangkok - Buddha Wat Benchamabophit

J’avais repere avant de partir, qu’il y avait a deux pas le Zoo Dusit, je m’y dirige donc avec l’intention de manger sur place. Et des l’entree, j’entends des cris d’enfants et vois de loin une estrade remplis de gamins ranges par couleur, les tenues de leurs ecoles, qui semblent passer un tres bon moment. Il y a un spectacle mais comme il est commence, je ne peux encore y assister. J’avale quelques morceaux de poulet et du riz que j’ai pu acheter a grands coups de gestes car au Food Center du zoo pas un seul mot d’anglais. Le zoo est situe juste en face de l’Assemblee Nationale et tout proche du palais Vinmanek mais dans le Lonely Planet, il n’est pas mentionne. Pourtant, moi, j’aime bien cette ambiance pleine d’enfants visiblement heureux de faire cette sortie. Ils assistent au spectacle, d’abord le Africa show qui consiste en des acrobaties faites pas des blacks aux muscles saillants, rien d’extraordinaire pour un vieux blase comme moi, mais le enfants semblent fascines. Puis c’est le tour des elephants domptes, apparemment une petite famille, le pere, la mere et le bebe. Je n’ai pas l’impression qu’ils soient des plus heureux mais je ne sais pas si un elephant exprime sa joie d’une maniere communicative. Il parait que ca trompe enormement ces betes-la. En tout cas, c’est vrai que voir un elephant s’asseoir, se lever sur ses pattes arrieres, mettre delicatement de sa trompe un chapeau sur la tete d’une spectatrice, les gamins adorent ca.
Bangkok -zoo dusit

Bon, c’est pas tout ca, il se fait tard, il faut que je rentre a l’hotel pour ma sieste !

Un soir de fin du monde

Share Button

Ca y est c’est officiel Tha m’appelle Harry Potter maintenant. J’aurais pas du lui dire mon prenom prononce a la francaise. C’est sur c’est plus dur a dire que le sien. D’ici a ce qu’elle me demande des tours de magie y a pas loin.
Ce soir, c’est un peu l’heure de pointe au salon de masage. Quand j’arrive, il y a deja trois hommes dont les portables bippent assez regulierement et qui partent de temps en temps dans des conversations. Des as de la detente quoi ! Et quelques minutes apres c’est toute une petite famille qui debarquent pour se faire masser. En meme temps c’est rassurant, ce cote familial, peu de chance d’avoir des propositions bizarres ici.
C’est a nouveau Tha qui s’occupe de mes tensions musculaires. Elle s’attarde un peu sur mon genou qui est toujours un peu grognon et me demade si j’ai bien allege mon sac a dos que j’emmene toujours avec moi en vadrouille comme elle me l’a conseille hier. Une vraie mere poule ­čśë J’acquiesce. Elle me fait un sourire d’approbation. Nous reparlons cinema et elle m’indique plus precisement comment m’y rendre pour finalement me proposer d’accompagner une de ses collegues qui habite pas loin quand elle rentrera chez elle. J’accepte avec plaisir.
Mon escorte jusqu’au cinema, s’appelle Lah, facile a retenir. Du coup, je me demande qu’elle sont les prenoms des autres masseuses. Est-ce un critere d’embauche d’avoir un prenom d’un syllabe en a ? Nous nous frayons un passage entre les stands des vendeurs de rue et les magasins dont les etales mordent sur le trottoir jusqu’a la station de Skytrain voisine, Nana. Sur le quai, je lui propose de m’accompagner. Le cinema Magic Cineplex se trouve a la station Ekkamai. Lah a envie de voir 2012 ce qui ne me surprend guere, elle m’expliquait plutot aimer les films avec des ┬ź┬áFX┬á┬╗. Nous repnons les billets et petite surprise, on peut choisir sa place sur l’ecran du caissier. Nous montons plusieurs esclators et arrivons a l’etage des salles. C’est un complexe tres moderne qui rapelle assez les multiplex qu’on connait en France. Les bandes annonces sont deja commencees, on se glisse a nos places. Juste avant le film, tout le monde se leve. Je les imite. Un spot a la gloire du roi avec en fond sonore ce que j’imagine etre l’hymne national est diffuse sur l’ecran. Il met en avant les valeurs de la solidarite et de l’entraide, plusieurs personnes poussent un camion embourbe, on voir des medecins s’affairer aupres de malades, l’equipe thai de foot… Le roi n’apparait que tres peu.
Puis le film commence. Et la vous allez me dire emmener une thailandaise voir un film catastrophes avec des enormes tsunamis c’est pas malin malin. Et c’est vrai que pendant ces scenes-la, j’ai trouve la salle particulierement silencieuse. Mais peut-etre est-ce une impression. Je ne fais pas vous faire une critique de film, si ce n’est vous dire que qund meme, la fin du monde, c’est long surtout sur la fin. Lorsque l’on sort, il est minuit largement passe. Plus de Skytrain. Lah me demande si j’ai besoin qu’elle m’accompagne pour que je rentre a mon hotel. je suis grand, je devrais y arriver, enfin le chauffeur de taxi y arrivera. Je lui propose de la deposer mais comme elle habite tout pres elle me laisse, apres les salutations d’usage, m’engouffrer dans la voiture rose bonbon tout seul. J’explique en anglais ma destination puis tend ma carte au chauffeur qui ne sort ses lunettes mais ne semble pas ariver a lire les caracteres, certes ecrit tres petits. Et c’est la que je suis content de savoir compter en thailandais parce que Sukhumvit Soi Three, ca ne lui parle pas mais des que je dis Sukhumvit Soi Sam, la, il fait un grand sourire et d’un geste de la tete me fait comprendre qu’il sait ou on va.

Dans le parc…

Share Button

Petite fille dans le parc de Bangkok

Ce soir c’est le bazaar !

Share Button

C’est fou le nombre de chauffeurs de taxi qui me proposent de me faire des body massages depuis que je suis ici ! Encore un pas plus tard qu’il y a 5 minutes. Ils ne se doutent pas que quitte a en faire un je prefererais largement qu’il me soit prodigue par une belle jeune fille…
Bangkok - Lumphini night bazaar
Reveille de ma sieste, oui ben oui, je commence a prendre de mauvaises habitudes, je recupere et trie un peu mes photos puis je sors direction le Nignt Bazaar de Lumphini. Je m’y rends a dos d’elephant, c’est vachement plus long mais plus marrant. Mais non, je plaisante, j’y vais en metro bien sur ! Des l’entree, je vois ce que par chez nous, nous appellerions une paillote mais on n’est pas sur une plage. Avec sous un bel arbre, une scene avec un chanteur aux faux airs de Sean Lennon qui a ete trop bien nourri qui cree une ambiance assez sympathique. Un repas tres agreable pour 150 baths. Puis je m’enfonce dans le bazar. C’est un peu comme le marche de Noel mais en plus enorme et moins ordonne. On trouve absolument de tout, meme le dernier CD de Carla Bruni, c’est vous dire ! Bon, c’est pas la version officielle officielle, on voit bien que la jaquette est faite sur une imprimante mais quand meme copier le CD de la premiere dame c’est une sorte d’hommage a la France. Gardez-le quand meme pour vous des fois que Nicolas ne l’entende pas de cette oreille et decide d’envahir la Thailande.
Bangkok - Night Bazaar
Bangkok - Suam Lum Night Bazaar
Outre les stands permettant de se sustenter et desalterer, on peut voir des marchands de meubles, de lampes, de vetements, de materiel electrique, de bibelots, montres, bijoux, des salons de massages, d’autres ou des poissons – peut-etre des piranhas nains – vous mangent les peaux mortes des pieds… De tout, je vous dis ! Ce soir, les vendeurs sont un peu distraits par contre car c’est soir de match. la Thailande rencontre Singapour probablement pour les qualifications pour le mondial. Il y a des teles dissiminees un peu partout et les clients passent parfois au second plan. Pour la petite histoire, je crois que les jaunes – couleur du roi ici – ont perdu 1-0.
Bangkok - Night market
Je fais quelques photos avec mon appareil cheri, mon compagnon depuis des annees, j’ai nomme l’EOS 5D, l’autre est toujours malade. Peut-etre la nourriture qu’il ne supporte pas. J’achete une mangue verte que la vendeuse epluche et debite en morceaux avant de me la remettre dans un petit sac accompagne d’un pic en bois facon ┬ź┬áje vais faire des brochettes ce soir┬á┬╗ pour picorer dedans. J’avoue que quand je l’ai demande, je m’attendais pas a ce que ce soit une mangue verte mais le gout mi-citron vert, mi-pomme et ce petit cote frais me plaisent bien. C’est un jolie maniere de vendre les fruits, je trouve. A tester sur les marches en France quand je reviens ­čśë
A noter que mon genou va beaucoup mieux, ca c’est l’effet Tha, rien a voir avec le fromage ! ) ­čśë


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog