Avis h√ītels √†¬† Phimai

Share Button

Il y a tr√®s peu de guesthouses ou h√ītels √†¬† Phimai. Peu de touristes y passent la nuit apparemment, pourtant, c’est une ville o√Ļ j’ai beaucoup aim√© m’arr√™ter quelques jours. J’ai s√©journ√© √†¬† la Boonsiri Guesthouse mais suis all√© aussi voir le Phimai Hotel ou j’ai mang√© les fameuses nouilles de Phimai pour 35 bahts m√™me si mon coup de coeur pour bien manger et pas cher reste le march√© de nuit de Phimai, un des mes gros coups de coeur.

Boonsiri Guesthouse Phimai

Climatisation, TV, eau chaude, WIFI pour 500 THB la nuit, c’est tr√®s raisonnable. Quand on passe par l’√©troite entr√©e avec le restaurant, on se demande un peu o√Ļ on est mais c’est √†¬† l’arri√®re que la guesthouse √†¬† proprement parl√© commence. Les chambres sont spacieuses toutes avec 2 lits simples ( pour les nuits en amoureux c’est rat√© ūüėČ ) mais peu lumineuses. La terrasse commune au 1er est agr√©able. L’endroit est calme enfin si les autres clients le sont. Id√©alement plac√©e, la Boonsiri Guesthouse est √†¬† 20 m√®tres de l’entr√©e du temple de Phimai et 2 minutes du march√© de nuit. Ils peuvent aussi laver votre linge ou louer des v√©los. Il y a quelques ordinateurs avec acc√®s √†¬† internet (payant) mais le WIFI est gratuit. C’est l’option al plus populaire de la ville notamment pour toutes les services autour du simple h√©bergement.

Avis Hotels à  Nang Rong

Share Button

A Nang Rong, je ne suis all√© qu’au Honey Inn qui est une peu la r√©f√©rence dans le Lonely Planet. Pourtant, il semble exister bien d’autres possibilit√©s d’h√ītels √†¬† Nang Rong que ce soit das la ville ou un peu √†¬† l’ext√©rieur.

  • Honey Inn

  • Honey Inn Hotel Nang Rong

    Bien pour le prix ( 250 THB fan et 350 THB AC ) avec TV. Les chambres ne sont pas tr√®s grandes et assez sombres, les toilettes n’ont pas de chasse d’eau ( il faut y verser de l’eau √†¬† la main et il n’y a que de l’eau froide pour se doucher. Si vous √™tes adepte du confort, ce n’est peut-√™tre pas l’adresse pour vous sinon la prestation est bien pour le prix. D’autant qu’ils vous proposent la location de moto ou voiture ( 300 et 400 THB ) ou des transports avec chauffeurs pour le Phanom Rung + Muang Tam ( moto 600 THB – voiture 1400 THB ). Possibilit√©s d’ajouter le Wat Angkhan aux visites pour un peu plus. Ils parlent Anglais. Je ne doute pas qu’il y ait des endroits au rapport qualit√© prix meilleur √†¬† Nang Rong et surtout au d√©cor plus sympa en dehors de la ville mais j’ai pu poser mes bagages et partir √†¬† l’assaut du Phanom Rung une demie heure plus tard. Et l’accueil est chaleureux et l’ambiance au petit d√©jeuner sur la grande table a un petit c√īt√© familial sympathique. Il y a du WIFI gratuit, assez lent mais gratuit.

Avis Hotels à  Bangkok

Share Button

Voici mes impressions sur les quelques h√ītels que j’ai fr√©quent√©s √†¬† Bangkok lors de mes diff√©rents passages dans la capitale Tha√Įlandaise.
Ils sont tr√®s personnels et n’engagent que moi mais peuvent peut-√™tre vous orienter dans votre choix d’un h√ītel √†¬† Bangkok.

H√ītels √†¬† Sukhumvit:

  • Happy Inn

  • Happy Inn Sukhumvit

    Assur√©ment une des meilleures options qualit√©/prix du quartier pour 700 THB par nuit. Sur plusieurs √©tages, les chambres sont clean et relativement spacieuses. Les lits confortables. Clim, salle de bain avec baignoire en g√©n√©ral et eau chaude, t√©l√© et petit frigo. Les chambres au fond sont plus √©loign√©es de la rue donc assez calmes. L’accueil est bon. pas de WIFI mais au rez-de-chauss√©e, ils ont centre internet (1 bath par minute) et √©galement une agence de voyage m√™me si je n’ai jamais fait appel √†¬† leurs services pour √ßa.

  • Swann Inn

  • Swann Inn Sukhumvit

    Un peu plus loin dans la m√™me rue, ce billard bar propose aussi un douzaine de chambres dans les √©tages. Elles avaient √©t√© pour la plupart refaites √†¬† neuf il y a quelques ann√©es et √©taient alors tout √†¬† fait charmantes. Aujopurd’hui, elle sont plus ou moins d√©fraichies selon celle que vous choisirez. N’h√©sitez pas √†¬† demander √†¬† en voir plusieurs si possible. TV, petit frigo, clim, grand lit, salle de bain avec eau chaud et petit balcon dans certaines chambres, elles sont assez spacieuses. Pas de WIFI ni d’interrnet. Le prix des chambres est le m√™me que pour le Happy Inn pour des chambres un peu moins soign√©es. Petit b√©mol, le soir lorsque vous rentrez dans votre chambre, si vous √™tes c√©libataires, vous serez souvent gentillement sollicit√© par les employ√©es f√©minines du bar.

  • PB Hotel

  • Sur le Soi 3, dans un petit soi un peu √†¬† l’√©cart, c’est un h√ītel calme qui a souvent le place (√†¬† l’exception peut-√™tre de fin d√©cembre). Les chambres sont spacieuses, assez r√©guli√®rement retap√©es. Avec du parquet, des boiseries et de la tapisserie aux murs, un petit bureau, un placard et un frigo, une t√©l√©vision et une clim certes un peu bruyante et des lits confortables. Le dernier prix constat√© √©tait de 840 THB la nuit, plus que raisonnable pour le quartier et la taille des chambres. Il y a du WIFI gratuit dans le Coffee Shop ( et dans les chambres qui sont dans ce coin de l’h√ītel, on arrive √†¬† le capter aussi ). PB c’est pour Playboy, une partie de sa client√®le ne loue une chambre ici que pour venir accompagn√©e. En saison basse on voit d’ailleurs fleurir des affichettes pour un tarif de location des chambres pour 3h. Nul doute que ce ne soit pas pour faire la sieste ! ūüėČ Pourtant, j’y ai s√©journ√© plusieurs fois et n’ai aucunement √©t√© g√™n√© par le bruit ou les allers et venus dans les couloirs.

Faut-il partir en Tha√Įlande pendant la saison des pluies ?

Share Button

C’est un peu en r√©sum√© la question que je pourrais me poser en reprenant le chemin de la France. C’√©tait la premi√®re fois que je partais en p√©riode de mousson et c’est vrai que les lourdes averses ont √©t√© pr√©sentes surtout en juillet et ont parfois compliqu√© ou perturb√© un peu les choses…
Apr√®s une soir√©e au nouveau lieu √†¬† la mode pour passer la soir√©e √†¬† Bangkok, j’ai nomm√© l’Asiatique The Riverfront. Sur les rives du Chao Paya, dans les entrep√īts r√©nov√©s de la East Asiatic Company qui commer√ßait avec l’Europe, se sont install√©s magasins et restaurants qui vous accueillent le soir et exclusivement en soir√©e. On n’est plus dans le contexte d’un march√© de nuit populaire comme j’aime, c’est tout √†¬† l’oppos√©, tellement plus high so pour utiliser une expression anglaise tr√®s pris√©e des Tha√Įlandais. Une fois, la nuit tomb√©e, le cadre est certes sympathique mais un peu prout prout pour moi. Il y a d’ailleurs surtout des restaurants un peu chers √†¬† l’exception d’un petit carr√© d’√©tablissements √†¬† la carte plus modeste mais qui restent chers en comparaison des prix normaux √†¬† Bangkok et peu de magasins. Et du monde, bien plus qu’au Siam Paradise Night Bazaar ou au march√© flottant d’Amphawa. Il faut dire que c’est assez facile d’acc√®s et que le marketing autour a √©t√© √©norme. Je vous conseille d’y aller d√ģner si vous voulez impressionner une fille sinon bof bof…

Asiatique The Riverfront Bangkok

C’est donc l’heure du bilan. Et je dois dire que j’ai vraiment pas envie de rentrer. C’est vrai que quand on part en Tha√Įlande pendant la saison des pluies, il faut s’adapter parce qu’√†¬† n’importe quel moment une grosse averse peut venir perturber vos plans ou simplement vous bloquer quelque part pendant plus ou moins longtemps. Etablir un programme pr√©cis de ce qu’on veut faire au jour le jour, heure par heure c’est s’assurer d’avoir des d√©sillusions ou de devoir le jeter √†¬† la poubelle rapidement ou du moins de devoir le modifier drastiquement. Mais il y a une chose qu’on oublie parfois, c’est que partir en Tha√Įlande √†¬† ce moment-l√†¬†, c’est aussi y √™tre pendant la basse saison ce qui implique que beaucoup de facilit√©s ou services mis en place sp√©cialement pour les touristes ne sont pas l√†¬† ou tournent au ralenti. Les interlocuteurs anglophones si nombreux sont beaucoup plus rares, les structures de renseignements moins pr√©sentes. Par exemple, je me suis souvent retrouv√© dans les bureaux d’une antenne de l’Autorit√© Touristique de Tha√Įlande ou de la Police Touristique ou m√™me au guichet d’un lieu de visite avec des interlocuteurs ne parlant pas ou tr√®s peu Anglais. A l’exception de Bangkok peut-√™tre. Une opportunit√© de pratiquer la langue pour moi mais une difficult√© si on a pas un peu de vocabulaire tha√Įlandais. M√™me si on s’en sort toujours. C’est pour les d√©placements en bus notamment que √ßa peut-√™tre plus compliqu√© d’arriver √†¬† savoir lequel prendre. Le bon c√īt√©, c’est qu’il y a moins de voyageurs et que ce qui sont l√†¬† pour peu qu’ils arrivent √†¬† communiquer avec les tha√Įlandais sont bien accueillis. C’est aussi pour le Sud l’occasion de b√©n√©ficier des prix tr√®s attractifs sur les h√©bergements que vous pouvez n√©gocier √†¬† ce moment de l’ann√©e quand le reste du temps √ßa ne sert souvent √†¬† rien.
Pour un premier voyage dans le pays entre les averses quasi quotidiennes et tr√®s fortes ( et encore, j’y √©tais en juillet, le pire c’est septembre ) et l’activit√© touristique qui tourne au ralenti compliquant la collecte d’informations et m√™me la possibilit√© d’aller dans certains endroits, je crois qu’il est mieux d’√©viter la saison des pluies. Apr√®s vous aurez le virus de la Tha√Įlande et quelques soient les conditions ou le moment, vous serez comme moi, vous serez content d’y revenir et vous conna√ģtrez assez le pays pour vous adapter aux al√©as qu’entra√ģnent pluies et suppressions de services pr√©sents en saison fortes. On voit le pays sous un autre jour, plus authentique peut-√™tre… Bref, je suis content d’√™tre parti ( moins d’√™tre revenu ;)) et m√™me s’il y a des choses que je n’ai pas pu faire parce que les bus ou songtaews mentionn√©s dans tous les guides pour m’emmener n’existent pas en saison basse ( ce qu’aucun guide ne dit ), m√™me si je me suis retrouv√© plusieurs fois d√©goulinant de la t√™te aux pieds alors que ce n’√©tait pas Songkhran ou sous un abri de fortune pendant de tr√®s longues minutes ( pour ne pas compter en heure ), j’ai rencontr√© des gens incroyablement serviables avec l’OVNI que j’√©tais et qui, rare touriste, ne passait pas inaper√ßu. Et puis je n’ai jamais parl√© autant tha√Į que cette fois-ci ! Sans oubli√© les lieux extraordinaires que j’ai d√©couverts: Kamphaeng Phet et ses bouddhas paisibles, le majestueux Phanom Rung et son voison le Muang Tam, Phimai, son temple et son march√© de nuit qui √†¬† lui seul me donne envie d’y retourner rapidement… je ne dis pas que si j’ai le choix, je ne repartirai pas plut√īt en haute saison mais la saison basse a aussi ses avantages pour peu qu’on sache √†¬† quoi s’attendre et qu’on soit √©quip√© en cons√©quence ( cape cycliste et patience sont les deux armes indispensables ). Il y a des zones qui sont plus ou moins touch√©es par les pluies. En attendant, rendez-vous ici pour un prochain d√©part…

Kamphaeng Phet ben que oui, p’t√™t ben que non

Share Button

Bon au d√©part, la suite pr√©vue de mon voyage en Tha√Įlande, c’√©tait Phetchaburi puis Koh Samet pour finir sur une plage √†¬† profiter du beau temps et de la mer mais au vu de la m√©t√©o de plus en plus adepte des douches longues, je me suis dit qu’on allait laisser tomber la plage pour cette fois.
Je change compl√®tement de cap donc pour me rendre √†¬† Kamphaeng Phet (bien dire p√®te et pas f√™te). C’est une destination qui m’int√©resse depuis que j’ai lanc√© ce blog mais jusque l√†¬† je n’y √©tais pas encore all√©. J’ai failli √†¬† deux reprises mais √†¬† chaque fois, je me suis ravis√©. Cette fois-ci, c’est la bonne¬†! Et je ne vais pas m√©nager le suspense, je vous le dis de suite, je suis bien content d’avoir troqu√© mes envies de maillot de bain pour m’aventurer ici. Car oui, c’est un peu l’aventure quand m√™me. Kamphaeng Phet a un tr√®s joli Parc Historique qui explique que certains la surnomme la Sukhotha√Į m√©connue mais n’est pas du tout pr√™te √†¬† recevoir les touristes. Tous les h√ītels sont assez loin du parc historique et tr√®s peu sont capables de vous accueillir dans la langue de Shaekespeare √†¬† part les deux grands h√ītels un peu haut de gamme et la fameuse Three J Guesthouse. C’est par ailleurs la seule qui est pr√©par√©e √†¬† recevoir le visiteur farang lui fournissant tout ce dont il a besoin. Peu de moto-taxis ou tuks-tuks, de location de moto ou v√©lo, un personnel √†¬† l’entr√©e de la seule vraie attraction touristique qui ne parle pas l’English non plus ou √†¬† peine et des brochures exclusivement en tha√Į. Bref, le touriste farang n’est pas trop attendu par ici et pourtant il aurait tort de ne pas venir¬†! Il faut dire, et √ßa je l’apprendrai par la suite, que cela ne fait qu’un an que Kamphaeng Phet fait des gros efforts pour s’ouvrir au tourisme. Certains tours proposent un package Sukhotha√ĮKamphaeng Phet maintenant. Mais la majorit√© des visiteurs restent des nationaux. Ca va changer apr√®s cet article, bien s√†¬Ľr ūüėČ
A mon arriv√©e, je descends du bus en m√™me temps que l’essentiel des passagers. Histoire de ne pas me retrouver loin de tout √†¬† la station de bus. Un √©lan hors du car sur un coup du t√™te mais qui s’av√®rera judicieux. Je m’en remets √†¬† un chauffeur de moto qui me promets de me d√©poser √†¬† un h√ītel ou les chambres sont √†¬† 500 THB. Sauf qu’en fait c’est le double et que le temps que je m’en rende compte, il a pris la tangente. La g√©om√©trie et moi on n’a jamais √©t√© trop copains ! Je me mets sur le trottoir, ouvre ma valise pour sortir mon guide et rapidement un scooter avec deux jeunes femmes s’arr√™te √†¬† ma hauteur et tente de me demander dans un Anglais approximatif, ce que je cherche. Un peu d’Anglais, beaucoup de tha√Į et voil√†¬† ma valise en sandwich dans la brochette des deux anges gardiennes venues √†¬† mon secours ( oui, j’en fais un peu trop, je sais ) et moi sur le scooter direction un h√ītel. Sont serviables les femmes dans ce pays. L’h√ītel, le Golden Place, est tr√®s bien. J’ai une petite maison presque pour moi tout seul avec m√™me un pr√©au pour garer la voiture que je n’ai pas. Spacieuse, confortable avec tout ce qu’on peut demander ( TV, air conditionn√©, petite terrasse, frigo, bureau, armoire spacieuse, grande salle de bain avec eau chaude et WIFI¬†, sans parler des draps et serviettes chang√©s tous les jours et le sol lav√© ) pour 450 THB petit dej (tha√Į, c’est-√†¬†-dire soupe et riz avec accompagnements tr√®s √©pic√©s ) compris. J’ai jamais eu aussi bien dans mes diff√©rents p√©riples, surtout √†¬† ce prix. En plus, c’est √†¬† deux minutes du Big C¬†; mon supermarch√© pr√©f√©r√© en Tha√Įlande. Bref, c’est un peu loin de ce qu’il y a √†¬† visiter mais c’est la r√®gle ici. Pour le reste c’est le pied m√™me si personne ne parle Anglais. Le seul mot que le personnel semble connaitre c’est checkout. Ils me le r√©p√®teront tous les matins lorsque je viendrai payer une nuit suppl√©mentaire, pensant que j’allais quitter mon nid douillet. Mais non, comme un candidat en qu√™te du magot √†¬† la fin de Questions pour un Champion: « je reste ! ».
Le Parc Historique de Kamphaeng Phet¬†? Oui, pardon, je vais en parler¬†! Il renferme de nombreux temples de la p√©riode de Sukhotha√Į en moins bon √©tat que dans l’ancienne capitale du Royaume mais dans un d√©cor plus naturel. Ce qui fait que c’est un endroit tr√®s agr√©able pour des balades √†¬† v√©los. Surtout la 2e partie. Et il y a quand m√™me au moins deux temples qui valent vraiment le d√©tour. Chacun dans son secteur (100 THB l’entr√©e √†¬† chaque fois ou 150 si vous achetez l’entr√©e pour les deux secteurs de suite). Le Wat Phra Kaew qui aurait h√©berg√© √†¬† une √©poque le Bouddha d’√©meraude qui se trouve maintenant dans le temple du m√™me nom √†¬† Bangkok ( comme tous les temples qui s’appellent comme √ßa en fait ), surtout remarquable pour ses deux bouddhas assis install√©s derri√®re un troisi√®me couch√©. Et le Wat Phra Si Iriyabot et son bouddha debout assez bien conserv√© mais timide car visible que de l’arri√®re. Et √†¬† c√īt√© beaucoup d’autres ruines dont le Wat Chang Rop soutenu par des statues d’√©l√©phants.

Kamphaeng Phet Wat Phra Kaew

Kamphaeng Phet Historical Park

Kamphaeng Phet Historical Park

Ma premi√®re tentative pour visiter tout √ßa n’a pas √©t√© tr√®s heureuse. Un peu pr√©tentieux, j’avais cru, alors qu’il avait plu toute la matin√©e sans interruption et que je l’avais pass√© √†¬† faire du shopping au Big C ( j’ai trouv√© un super jean √†¬† 5 euros ), arriver √†¬† lire le ciel et persuad√© qu’il ne pleuvrait plus ou √†¬† peine, j’avais pris un tuk-tuk devant le supermarch√© pour aller au parc. A l’entr√©e, j’ai lou√© un v√©lo et suis parti sur la route goudronn√©e qui le traverse. A peine 5 minutes plus tard montre en main, il commence √†¬† pleuvoir. Pas trop fort mais bien d√©j√†¬†. Je pose le v√©lo et d√©cide de visiter avec mon parapluie. Moins pratique pour les photos. Mais l’averse s’intensifie. Je me r√©fugie dans un abri et c’est reparti pour une pluie battante comme la mousson en a le secret. Et pendant plus d’une heure. Reste une pluie fine pour que je finisse ma visite en mode Mary Poppins, parapluie √†¬† la main. Arriv√© au centre d’Information, je me renseigne sur comment retourner √†¬† mon h√ītel car j’ai cong√©di√© le chauffeur qui m’a amen√© ici, il demandait bien cher pour m’attendre et au pire, je savais o√Ļ attraper les bus et revenir l√†¬† o√Ļ je suis descendu la veille, ensuite √†¬† pieds c’est une demie heure. La jeune fille me dit qu’il n’y a rien, pas de bus, de songthaews, de moto-taxis ou m√™me de tuk-tuk dans le coin. Pas pr√™te √†¬† accueillir les touristes √©trangers sans voiture, je vous dis. Mais elle me propose d’attendre qu’elle est fini son service dans 10 minutes et de me ramener. Ce qu’elle fera gentiment.

Kamphaeng Phet Historical Park

Kamphaeng Phet Historical ParK

Kamphaeng Phet

Kamphaeng Phet Sukhothai

Le lendemain, il fait beau, je prends un billet pour tout le parc cette fois-ci est revisite m√™me les temples vus la veille. J’ai lou√© un v√©lo √†¬† la Three J. Guesthouse qui a gard√© ma carte d’identit√© en otage, seul moyen pour qu’ils acceptent de me laisser une monture, une caution ne leur allait pas. Je n’aurais pas besoin qu’on me ram√®ne cette fois-ci. Et je dois dire que je profite vraiment du temps et du lieu. D’autant que je ne croiserai aucun autre visiteur pendant les plus de trois heures que j’y passerai. Je passe faire un coucou √†¬† ma motarde de la veille. On discute pendant pr√®s d’une heure avec une de ses coll√®gues. Elles me proposeront de les retrouver le soir pour m’emmener manger les meilleures pad tha√Į de la ville. Elles ne valent pas celle de mon petit stand √†¬† Bangkok mais c’est sympa de partager ce moment. J’aime tellement ma chambre et le fait de pouvoir aller au Big C acheter toute sorte de p√†¬Ętisseries ou glaces pour trois fois rien que je d√©cide de rester encore une journ√©e. La plus belle depuis que je suis ici qui s’ach√®vera par le meilleur massage des pieds que j’ai eu en Tha√Įlande, dans une petite boutique pas loin de mon h√ītel. Tr√®s dou√©e, la masseuse, ne regardera pas la montre puisqu’en fait, elle ne me laissera repartir qu’au bout d’1h30. Il faut croire qu’il y avait du boulot¬†!
Demain, y a pas le choix, retour √†¬† Bangkok car vendredi, c’est retour coucouche panier √†¬† Strasbourg.

Cha-Am n’en manque pas

Share Button

Il n’a que les imb√©ciles qui ne changent pas d’avis et fort de cet maxime, je peux dire que je ne suis pas la moiti√© d’un con. Aujourd’hui, je me rends √†¬† Cha Am pour la journ√©e, sur le m√™me mode qu’hier pour aller √†¬† Pranburi. Avec une pr√©caution en plus qui changera tout enfin j’esp√®re, je me suis renseign√© et le bord de mer n’est qu’√†¬† un kilom√®tre de Phetkasem Road cette fois.
Un nouveau bus rouge, le 420, cette fois qui pars d’un autre endroit et je demande au chauffeur de me d√©pos√© d√©s que je vois l’enseigne de la TAT histoire de toute suite les harceler de questions et faire le plein de cartes et prospectus. Manque de chance, il est en travaux le bureau d’information. Et si la journ√©e se pr√©sentait aussi bien qu’hier ? Mais non, c’est pas grave, l√†¬† encore j’ai un petit plan et c’est facile, la mer, c’est √†¬† droite. Je m’enfonce donc dans une rue de ce c√īt√© et au bout de 10 bonnes minutes ¬ę Mer en vue ! ¬Ľ. J’avais pris un copieux petit dej en attendant le d√©part du bus avant de partir histoire de ne pas prendre de minutes de temps sans pluie sur place. Donc pas de halte cette fois. La plage est immense, elle n’en finit pas. Par contre, elle a le d√©faut des plages par ici. Elle n’a quasiment aucun d√©nivel√© ce qui fait que pour avoir de l’eau un peu plus haut que les genoux quand on n’est pas √†¬† mar√©e haute compl√®te, faut beaucoup avancer. La plage est s√©par√© des h√ītels et autres √©tablissements par la route. Aucun √©tablissement n’a donc d’acc√®s direct √†¬† la mer.

Enfants Cha Am

Plage de Cha-Am

Je suis de suite frapp√© par l’atmosph√®re qui semble ici plus √†¬† la cool, je serai tent√© de dire plus routard et qu’a Hua Hin. Il faut dire que je ne suis pas dans le coin des grands h√ītels qui se sont ghettois√© plus en amont. Les guesthouses sont l√©gion, les petits bars et restaurants aussi. Le coin routard f√™tards par excellence semble, le Soi Bus Station avec des chambres dans les 300 THB et multitude de bars. Autre curiosit√©, il y a tr√®s r√©guli√®rement des toilettes et douches payantes qui en plus louent souvent des v√©los. Je n’en ai jamais vu autant. Vers la fin de la plage, un avant la jet√©e, je m’allonge quelques minutes l’ombre pour faire une micro sieste. Puis je me rel√®ve. Objectif, le village de p√™cheurs.
Un petit coucou √†¬† la statue de Naresuan et au temple du Wat Neranchararam qui cache un tr√©sor, la statue peu commune d’un bouddha blanc qui se cache les yeux et se bouche les oreilles avec les mains et qui pour se faire en a quelques unes suppl√©mentaires. Elle me plait cette statue ! Un peu plus loin, j’entends de la musique et vois une petite procession avec des gens qui dansent devant. Je m’approche et rapidement ils m’invitent √†¬† faire toutes les photos que je veux. Une veille dame m’invitera m√™me √†¬† danser. Je ne sais pas trop si c’est pour un mariage car je ne vois aucun couple vedette dans le cort√®ge. Je sais juste qu’ils se rendent au temple. Je continue ma route vers le port.

Cha Am Wat Neranchararam

ceremonie Cha Am

mariage à  Cha Am

L√†¬†, de nombreux restaurants arborent des bassins comme vitrine avec crabes, crevettes, poissons et crustac√©s de toutes sortes. J’avoue √ßa fait plut√īt envie mais il est plus l’heure du go√†¬Ľter que celle d’un poisson frit. Les ¬ę salles ¬Ľ sur pilotis tout en bois, donne sur le port et ces nombreux bateaux traditionnels tha√Įs en bois avec des couleurs chatoyantes essentiellement √†¬† base de rouge, bleu et vert. Bref, je crois que Cha Am est un endroit qui pourra me plaire pour une prochaine fois.

Port de Cha-Am

L√†¬†, je dois retourner √†¬† Hua Hin. Et commen√ßant √†¬† devenir un expert pour lire le ciel tha√Įlandais, je sens que l’averse quotidienne ne va pas tarder. J’enfourche donc un moto-taxi, car oui, ici il y en a sur le front de mer et beaucoup, direction la route ou passent les bus. Pour une fois et c’est pas courant, le conducteur est une conductrice. Le bus arrive, j’y grimpe. 5 minutes plus tard, il pleut et plus nous allons vers Hua Hin, plus la pluie devient intense. Rapidement le chauffeur a arr√™t√© son bus pour fermer toutes les fen√™tres habituellement b√©antes pour remplacer la climatisation absente. Une tr√®s bonne id√©e car peu de temps apr√®s une voiture nous a d√©pass√© en passant dans une immense flaque d’eau et une v√©ritable vague d√©ferlante a englouti le bus. On se serait cru en pleine mer.
La mousson sur une moto, c’est fait, √†¬† v√©lo, c’est fait, en bus c’est fait, √†¬† pieds, c’est fait. Suis pas loin d’avoir fait le tour de la question√Ę‚ā¨¬¶

Pranburi en mode Pékin Express

Share Button

Aujourd’hui, j’ai d√©cid√© de changer de plage et d’aller me baigner √†¬† celle de Pranburi. C’est √†¬† 25 km de Hua Hin et un bus y part toutes les demies heures. Et puis peut-√™tre que sur place je trouverai comment aller au Sam Roi Yod facilement.
Je me souviens que les bus partaient depuis l’un des 7 Eleven du milieu du Soi 72 et effectivement, j’en vois deux et arrive √†¬† d√©chiffrer qu’ils vont √†¬† Pranburi. Je monte √†¬† bord. Dans mon Lonely Planet aucune info, aux diff√©rents points de renseignements touristiques d’Hua Hin, j’ai r√©ussi √†¬† n’obtenir qu’une carte tr√®s succincte de Pranburi pr√©sente en annexe d’un carte sur Hua Hin. Carte qui aura le gros d√©faut de ne pas avoir d’√©chelle ce qui me jouera des tours, vous verrez. Trois quart d’heure et le chauffeur me fait signe de descendre. D√©j√†¬†, il ne quittera pas la route principale (Phetkasem Road) pour s’enfoncer vers le bord de mer. Dommage, √ßa m’aurait bien arrang√©. Mais bon avec mon plan, je vois vers o√Ļ c’est. Facile ! D√®s le trottoir rejoint , un moto-taxi me demande o√Ļ je vais « Pak nam » r√©ponds-je pour lui signifier que je veux aller au front de mer, c’est ce qu’il y a marqu√© sur ma carte en tha√Į comme traduction d’estuary. Il me propose de m’y emmener pour 120 bahts ce qui me para√ģt cher. Mais rapidement en continuant ma route, un doute s’installe. C’est quoi exactement les distances sur cette carte. Un prix aussi √©lev√© n’√©tait peut-√™tre par pour profiter du touriste assez tar√© pour venir jusqu’ici tout seul mais parce que c’est loin tout bonnement. Le souci, c’est que maintenant des moto-taxis, il y en a plus et il y en aura plus. Je continue donc…
Je marche depuis trois bons quart d’heure et je ne suis toujours pas au niveau de la voie ferr√©e qui sur le plan avait l’air tout pr√®s. Une dame √†¬† moto, s’arr√™te √†¬† ma hauteur, sentant bien que je fais fausse route. Non seulement, c’est tr√®s loin mais √†¬† la derni√®re intersection, j’ai pris le mauvais chemin. Elle me prend comme passager et me ram√®ne sur la bonne route. A peine m’a-t-elle souhait√© bonne chance qu’un pick-up ralenti √†¬† ma hauteur « Pai nai ? » « Pai pak nam krap ». Il me propose de monter. Sa voiture est climatis√©e. Le pied car √ßa tapait fort. Je vois un panneau qui indique ma destination √†¬† 6 km. Mon bienfaiteur m’apprendra dans nos √©changes en tha√Į qu’en fait il y a 12 kilom√®tres entre l√†¬† o√Ļ le bus m’a laiss√© et le front de mer. Con de plan sans √©chelle !
Me voil√†¬†, enfin sur la route qui longe la mer. Il est midi pass√©, je m’installe au Beach House pour commander √†¬† manger. Au moment de repartir, je vois que le ciel est mena√ßant mais tant pis, s’il faut je m’abriterai. A peine faits quelques m√®tres et pris 6 photos ( je vous en mets deux, sur la 2e; on voit bien le mur de pluie arriver) que d√©j√†¬† il pleut. Le temps d’avancer un peu et c’est le d√©luge.

Pranburi beach

Pranburi beach

Je cours m’abriter sous la b√†¬Ęche d’une famille qui a un petit stand restaurant sur le haut de la plage. Ils m’accueillent gentiment. J’y resterait une heure et demie le temps que √ßa se calme. Un temps mis √†¬† profit pour exercer mon tha√Į car aucun ne parle Anglais. Ils sont tr√®s curieux de savoir ce que je suis venu faire l√†¬†. Et pour tout dire, je me le demande aussi un peu. Plaisantent plusieurs fois sur le fait que je vais devoir dormir ici. J’aurais jamais pens√© que c’√©tait aussi compliqu√© de se d√©placer par ici et c’est que le d√©but. Une fois l’averse enfin calm√©e,un petit d√©bat se lance entre eux, ils se demandent comment je vais repartir. Car pas de moto-taxi ni bus sur le front de mer. Finalement, un se d√©voue pour m’emmener √†¬† moto √†¬† un 7 Eleven ou il y a des minivans. Manque de chance aucun ne va √†¬† Hua Hin. Il est emb√™t√©,je le remercie et lui dis de repartir, je vais me d√©brouiller. Il y a un march√© pas loin, avec tout le passage, j’esp√®re bien trouver des gens pour me ramener sur la route ou passe les bus. Je vois un pick-up blanc et lance au gars qui le charge: « Koh tot na krap. Khun pai Thanon Petkasem mai ? ». Il ouvre la porti√®re arri√®re. Discussion avec toute la famille qui au d√©but essaie de m’expliquer comment y aller. Je m’assure qu’eux vont par l√†¬† et tente un « pai gap khun dai mai krap ? », ils acceptent de suite et se serrent √†¬† l’arri√®re pour me faire une place comme il pleut encore alors que je me proposais de monter √†¬† l’arri√®re en mode P√©kin Express. Je leur explique que je cherche √†¬† r√©cup√©rer le bus rouge pour Hua Hin avec lequel je suis venu. Du coup, ils comprennent mieux pourquoi, je suis perdu par ici.
D√©pos√© exactement l√†¬† o√Ļ le bus m’avait laiss√©, je les remercie chaleureusement. Je n’aurais rien vu de la plage de Pranburi ou presque mais j’aurais d√©couvert des gens incroyablement serviables qui m’ont bien aid√© et je dois dire que sans mes notions de tha√Į, √ßa aurait √©t√© beaucoup plus compliqu√©. Bref, une aventure amusante au final et qui m’aura permis de pratiquer la langue en condition r√©elle pendant pas mal de temps. Du coup je vais pers√©v√©rer. Peut-√™tre pas dans le fait de partir dans l’inconnue comme √ßa trop souvent mais dans l’apprentissage du tha√Į. Et m’inscrire √†¬† Pekin Express, je suis pr√™t. Parce que le bus aller/retour m’a co√†¬Ľt√© 40 THB, un euro par jour, je suis dans les clous !

Khao Takiap et le marché flottant de Hua Hin

Share Button

Prochaine √©tape: Phetchaburi. J’ai d√©couvert hier qu’il y avait un bus direct Korat – Hua Hin. J’ai essay√© d’avoir les horaires en appelant la compagnie qui les affr√®te mais apr√®s √™tre pass√© par 4 interlocuteurs sans qu’aucun ne parle assez bien Anglais pour me renseigner et avoir prononc√© Hua Hin trop mal (√ßa para√ģt simple pourtant ) pour que la hotline des bus me comprenne, je d√©cide de me rendre au Terminal des bus n¬į2. Une heure d’attente et me voil√†¬† dans le bus 816. 7h30 plus tard, apr√®s avoir contourn√© Bangkok, il me d√©pose au pied de la Clock Tower √†¬† Hua Hin (prix du billet 401 THB).
Le lendemain, apr√®s une trempette rapide dans la mer, je loue un v√©lo pour aller du c√īt√© de Khao Takhiap que je connais mal et d√©couvrir la nouveaut√© de la ville : son march√© flottant. Aller √†¬† Khao Takhiab c’est facile. Une fois sur la route principale, c’est tout droit et en plus vers la fin, avec la petite montagne et son temple en point de mire, vous ne pouvez pas vous tromper. J’arrive sur une plage d√©serte avec √†¬† ma droite la colline et le grand bouddha debout du temple. Un plus joli d√©cor que la plage principale d’Hua Hin et bien plus calme bien que je soup√ßonne que le soir ce soit plus anim√© avec tous les restaurants de plage ou qui longent le petit port juste au pied de la colline. Dans cette rue, les restaurants de poisson et fruits de mer sont l√©gion. On ne pas manger de produits de la mer plus frais ou qui ont moins voyag√©. Ils ne font que quelques m√®tres du bateau du p√™cheur √†¬† votre assiette. Un coup de Songhtaew vert depuis la ville et vous y √™tes. Ou de v√©lo.

Khao Takhiap Hua Hin

Khao Takhiab Hua Hin

Khao Takhiap port Hua Hin

Un petit d√©tour par le Wat Takhiap non loin et hop je pars √†¬† la recherche du floating market d’Hua Hin.

Wat Takhiap Hua Hin

Wat Takhiab Hua Hin

Il est bien plus loin qu’il n’y para√ģt et la derri√®re ligne droite sur une route en pleine campagne compl√®tement d√©gag√©e avec un vent de face, mes mollets s’en souviendront ! Une place avec un grand bateau surplomb√© de l’enseigne « Hua Hin Floating Market » me signale que je suis enfin arriv√©. Je l’aurais m√©rit√© ce march√©. Mais d√©ception, ce que je craignais en chemin, r√©alisant comme l’endroit est isol√©, se confirme. C’est d√©sert ! Les 3/4 des boutiques sont ouvertes mais les commer√ßants dorment ou ont d√©sert√© leur √©choppe pour la plupart. A part moi, 6 visteurs. La grosse fiesta quoi. En plus, certes ce march√© est nouveau mais il assume cette nouveaut√© en respirant le neuf avec des pavillons en bois peints en blanc et des structures qui revisitent l’image qu’on se fait d’un talat nam en la modernisant du coup il n’a pas ce petit suppl√©ment d’√†¬Ęme que je lui esp√©rais. Selon une des employ√©es du Centre d’Information, bien qu’il soit ouvert tous les jours et en journ√©e comme le soir, il est surtout fr√©quent√© les week-ends.

A voir, en tout cas pour moi, il y a des march√©s de nuit, et de plus en plus nombreux, √†¬† Hua Hin m√™me bien plus sympathiques. Que ce soit le Hua Hin Grand Night Market √†¬† c√īt√© du Sao Paulo Hospital avec son coin petites √©choppes restaurants, son centre ou les marchands vendent toutes sortes de choses et son stand de massages meilleur rapport qualit√©/prix de la ville ou encore le tr√®s r√©cent et coquet Chatsila Night Market dans une petite rue qui fait un coude et rejoint le march√© de nuit du Soi 72. D’autant que sans √™tre v√©hicul√© impossible d’y aller en transports publics. Ni bus, ni songthaews ne s’y rendent. Restent que les taxis et tuk-tuks. Il n’existe que depuis un an donc laissons lui le temps mais je ne suis pas convaincu qu’il aura un avenir si prometteur sauf √†¬† y mettre une attraction qu’on ne trouve pas ailleurs et qui vaut le coup et surtout cr√©er des moyens de s’y rendre…

Hua Hin Floating Market

Vous vous souvenez ce vent de face que j’avais en venant ? Et bien il a eu la bonne id√©e de nous amener la pluie. J’attends que √ßa se calme mais au bout 45 minutes, comme je dois rendre mon v√©lo avant 18h, je finis par enfiler la petite cape cycliste verte que je me suis achet√©e √†¬† Phimai pour 25 bahts et c’est parti pour une chevauch√©e fantastique √†¬† v√©lo sous la mousson. Youhou ! Je finis la journ√©e par un un massage des pieds qui me servira aussi de petit cours de conversation tha√Įe. L’occasion d’apprendre un nouveau mot yeuyeu qui signifie beaucoup dans le sens nombreux. Pas mal cette formule deux en un !

Aller au Phanom Rung…

Share Button

Je dois dire qu’avant cette nouvelle escapade en Tha√Įlande, mon objectif num√©ro un, c’√©tait d’aller au Phanom Rung. Si c’est vrai que mon programme change facilement, cette √©tape-l√†¬†, j’√©tais s√†¬Ľr de la faire sauf fermeture du site pour r√©veil du volcan sur lequel il se trouve ou autre cas de force majeure.
Pour s’y rendre, il faut √†¬† Nang Rong, la « grande » ville la plus proche. Aucun transport collectif n’y va directement et de l√†¬†, il y a quelques possibilit√©s avec des bus locaux mais j’ai appris √†¬† mes d√©pends dans ma tentative lamentable d’aller au Khao Yai qu’en cette p√©riode calme touristiquement, les options sont moins nombreuses. Arriv√© √†¬† Nang Rong, un conducteur de samlaw me dit « Honey Inn ». Cet h√ītel est la destination num√©ro un des farangs. Le Lonely Planet, l’ayant plac√© en t√™te des rares h√©bergements mentionn√©s dans cette localit√©, ceci explique cela. Nous arrivons devant un portail ferm√© et un lieu d√©sert√©. Encourageant… Mon chauffeur conna√ģt bien l’endroit et le propri√©taire, il sait qu’ils sont l√†¬† et vont revenir. Et effectivement un quart d’heure plus tard un scooter rose arrive avec une m√®re et sa fille. La plus √†¬Ęg√©e glisse discr√®tement un billet de 20 bahts √†¬† mon conducteur et me montre la liste des prix dans laquelle outre les chambres ( j’en prendrai une avec l’air con, comme d’hab, j’aime avoir l’air con en Tha√Įlande ūüėČ ), il y a des formules pour visiter le fameux Phanom Rung. Une en voiture, un peu ch√®re quand est tout seul et une √†¬† moto plus dans mes prix. Avec chauffeur √©videmment.
Je d√©cide de partir de suite, impatient. Et puis, il y a le temps, il est √†¬† peine midi. Le ventre vide, me voil√†¬† √†¬† l’arri√®re d’un gars sur une moto pour les 26 km qui nous s√©parent de, non pas le Phanom Rung mais le temple de Muang Tam d’abord. Il fait partie du lot et il est superbe. Tous deux sont des temples khmers. Le Muang Tam avec ses quatres bassins est magnifiquement restaur√©. C’est vraiment un endroit magnifique. Un petit temple charmant que je viste en compagnie de familles tha√Įes et juste un couple de Japonais. Non, pas le m√™me qu’√†¬† Phimai.

Muang Tam temple

Muang Tam temple

Je r√©veille mon chauffeur assoupi pr√®s de l’entr√©e et hop, c’est reparti pour huit kilom√®tres pour voir celui que j’attends. Et je suis pas d√©√ßu. Apr√®s une courte ascension, me voil√†¬† face √†¬† une longue all√©e pav√©e qui finit par un escalier d’o√Ļ d√©passe le sommet de ce qui doit √™tre le temple. J’arrive aux marches. A chaque pas le temple se d√©voile un peu plus. J’arrive enfin sur une esplanade avec un bassin. Le Phanom Rung se tient devant moi. Son architecture est assez classique pour un temple khmer, c’est vraiment la longue all√©e qui y m√®ne et sa position sur√©l√©v√©e sur le volcan qui en font un endroit unique. Il y a du monde, j’ai un peu de mal √†¬† immortaliser sa fa√ßade sans avoir des gens qui prennent la pose devant. L√†¬†, encore, la quasi totalit√© des visiteurs sont tha√Įs et ils sont fiers de leur monument. Il y a m√™me plusieurs bonzes qui viendront le visiter cet apr√®s-midi l√†¬†. Le temple en lui m√™me est de dimensions assez modestes, il offre de chaque c√īt√© un belle vue sur la vall√©e des rizi√®res que j’ai pu admirer en venant. Car ici on est en pleine campagne.

Phanom Rung temple

Phanom Rung temple

Phanom Rung temple

A un moment une tha√Įlandaise s’approche de moi et me demande si elle peut √™tre photographi√©e avec moi, ce √†¬† quoi je r√©ponds par l’affirmative. Et l√†¬†, tout son groupe de copines, un petite dizaine m’entoure. Et hop, c’est dans la bo√ģte. C’est marrant mais √ßa m’arrive toujours au moins une fois. Ayant fait le tour du propri√©taire, pris le temps de m’asseoir et de m’impr√©gner du lieu, je d√©cide de redescendre les marches et aller r√©veiller mon motard. A peine mis un pied sur les marches qui descendent vers la route pav√©e qu’il commence √†¬† pleuvoir. Le temps que j’arrive au parking, il pleut un peu plus fort mais on est pas encore au d√©luge habituel de la mousson. En m√™me temps, c’est l’heure. 16h30, il pleut c’est normal. A chaque fois depuis que je suis l√†¬†, c’√©tait √†¬† cette heure. Consultation avec mon chauffeur. On d√©cide d’attendre 10 minutes. Je ne saurai jamais si c’√©tait judicieux. En tout cas, il me tend une cape cycliste et en passe une et on repart. Tr√®s vite, il pleut des cordes. Le soleil perce parfois √†¬† travers les nuages gris-noirs et donne aux rizi√®res un vert fluo tout √†¬† fait raccorrd aved la couleur de mon accoutrement anti pluie. Par moments, c’est vraiment la douche. L√†¬†, je dis oui, l√†¬†, je vis des vraies exp√©riences de Tha√Įlandais.

Une escapade √†¬† faire. Vraiment. Le Phanom Rung et le Muang Tam sont superbes. J’en ai vu des temples quand j’√©tais √†¬† Angkor mais ceux-l√†¬† valent le d√©placement. En tout cas, moi, je ne m’en lasse pas. A noter qu’en partant t√īt le matin, il est possible de faire l’aller retour dans la journ√©e depuis Nakhon Ratchasima. C’est un peu pr√®s deux heures de bus ( les bus 273 ou 274 pour Buriram ou Surin, s’y arr√™tent ).

Voir Phimai et se nourrir

Share Button

Si je suis dans le coin de Nakhon Ratchasima, ce n’est pas que pour me goinfrer de g√†¬Ęteaux de chez Korat Chef ( la tarte aux pommes juste sortie du four est un d√©lice aussi ) mais bien pour voir les temples khmers de la r√©gion.
Celui de Phimai m’attend. Si, si, il est au courant que je viens. Le r√©ceptionniste du matin de mon hotel est particuli√®rement serviable et de bon conseil, il m’explique comment attrapper le bus au passage sans aller jusqu’au terminal. A peine au bout de la rue, le bus arrive, me rep√®re. Discussion par gestes, il s’arr√™te et charge sa marchandise. Me charge √†¬† bord. Un peu moins de 2 heures, et le bus 1305 me d√©pose sur la place de la grande horloge √†¬† Phimai. Je n’ai absolument pas essayer de savoir o√Ļ loger avant d’arriver. Je fais trois pas et dans une petite rue √†¬† droite, je vois le panneau d’une guesthouse. J’ai trouv√© mon to√ģt pour la nuit. En plus, je d√©couvrirai apr√®s qu’elle est √†¬† 20 m√®tres de l’entr√©e du parc historique. Oui, c’est un peu pompeux comme appellation quand on sait qu’il n’y a qu’un temple, mais ils ont appel√© l’endroit Historical Park.

Phimai Historical Park

Phimai parc historique

Mes affaires pos√©es, je m’y pr√©sente, r√®gle les 100 bahts de l’entr√©e et √†¬† moi le temple. A moi et √†¬† un couple de Japonais. Construit un si√®cle avant celui d’Angkor, il lui aurait servi de mod√®le, toutes proportions gard√©es √©videmment. Et c’est vrai que face √†¬† lui, on lui trouve des airs de son illustre confr√®re. Je parcours chaque recoin. D√©range un peu les balayeurs qui l’√©poussettent en permanence et prends plein de photos. Vers 11h, l’endroit commence √†¬† se remplir de Tha√Įlandais qui viennent en famille visiter. Les enfants aiment courir dans les all√©es pendant que les parents immortalisent leur pr√©sence ici avec leur t√©l√©phones portables. Je fini par sortir et d√©guste les fameuses Phimai phad mee au Phimai Hotel. Il faut manger les sp√©cialit√©s quand on est dans une r√©gion. Pour vous les d√©crire, c’est un peu comme des pad thai mais avec quelques go√†¬Ľts en moins, pas de cacahu√®tes, peu d’√©chalottes, l’oeuf est plus brouill√© que m√©lang√©. Si j’√©tais m√©chant, je dirai que c’est des pad thai rat√©es en fait car moins gouteuses. Mais √ßa reste bon. Et pour 35 bahts, on va pas faire la fine bouche.

Phimai Historical Park

L’autre grande attraction de Phimai outre les restes de ses fortifications avec ses quatres portes, la Pratu Chai √©tant celle en meilleure forme et tr√®s agr√©able avec son √©tang et sa pelouse derri√®re, c’est le Sai Ngam. Ou Banyan Tree, c’est comme vous pr√©f√©rez. Kezaco ? Un parc, encore un, fait des ramifications d’un seul arbre, enfin selon la l√©gende qui s’emberlificotent partout, font des volutes √†¬† n’en plus finir. C’est √†¬† un peu moins de deux kilom√®tres du centre ville. En route ! En chemin, j’aper√ßois un immense Bouddha blanc d√©passer d’un temple. Je vais lui dire bonjour. Il est en pleine construction. Il y a une affiche avec le dessin du projet, √ßa va √™tre assez grandiose.

Phimai Bouddha

Apr√®s, avoir tourn√© autour du Sai Ngam et du petit lac qui lui fait face, je m’aventure dans le coeur de la vo√†¬Ľte form√©e des branches et racines de notre fameux arbre. Il y a des petits chemins, des tables et bancs pour s’installer m√™me et l’arbre originel, lieu de d√©votion. Un endroit surprenant dans un tr√®s joli d√©cor.

Phimai Sai Ngam

Phimai banyan Tree

En revenant, vers 16h30, je d√©couvre un march√© qui n’√©tait pas l√†¬† tout √†¬† l’heure. Ils m’en avaient parl√© √†¬† la guesthouse. C’est le march√© de nuit qui commence bien avant la nuit. Sur deux colonnes, il fait toute une rue et n’est quasi consacr√© qu’√†¬† la nourriture. J’y reviens plus tard y composer mon repas du soir. Trois grands nems avec leur sauce et feuilles de salade en entr√©e (10 THB chacun), des nouilles saut√©es au porc en plat de r√©sistance (10 THB), un beignet au s√©same en d√©ssert (10 THB) et le fameux cha yen tha√Į comme boisson, donc je ne sais toujours pas exactement ce qu’il y a dedans (10THB). Un succulent repas complet pour 60 THB ( 1,50 euros ). C’est un des march√©s de nuit les plus sympas que je connaisse. Pour peu qu’on ne cherche pas √†¬† y faire du shopping mais √†¬† y manger bien s√†¬Ľr. Je finis la soir√©e par un massage tha√Į avec quelques manipulations en moins, je suis trop grand, fait par une masseuse de 70 ans pass√©s qui fera une petite pri√®re avant. Une vraie masseuse qui me change de mon massage des pieds de Nakhon Ratachasima avec la fille qui regardait la t√©l√© en m√™me temps. Ca devait √™tre l’heure de son feuilleton pr√©f√©r√©.
Phimai est une toute petite ville organis√©e autour de son temple qui en est le coeur. Un vrai coup de coeur en ce qui me concerne et je suis bien content d’avoir fait le choix d’y dormir au lieu de faire l’aller retour dans la journ√©e depuis Korat. Ce qu’apparemment font la plupart des visiteurs car c’est vrai les options d’h√©bergements se comptent sur le doigts de la main et en saison basse comme en ce moment sont quasiment d√©sertes. Nous √©tions que 3 clients ou couples de clients dans ma guesthouse.


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog