Articles du mois janvier 2013

Lampang et ses jolies filles…

Share Button

… enfin, selon un expert rencontr√© √†¬† Phitsanulok ūüėČ Dans le bus 155, celui qui m’avait amen√© la veille depuis Phitsanulok, je regarde de la fen√™tre l’entr√©e du Parc Historique de Sukhothai devant lequel il passe comme pour me donner l’occasion de lui dire au revoir. En fait, c’est pour charger de nouveaux passagers mais laissez-moi mes illusions. La station de bus de Lampang comme sa gare d’ailleurs sont assez excentr√©es. Du coup, moi qui avais choisi ma guesthouse √†¬† Lampang proche du temple le plus int√©ressant √†¬† savoir le Wat Phra Kaew Don Tao, j’ai pay√© 150 baths pour m’y rendre en taxi. Enfin, en songthaew jaune qui est en fait un bus mais joue les taxis d√©s que c’est possible car c’est plus lucratif.
L’Akamsiri Home ou j’√©lis domicile propose de chambres climatis√©es assez grandes et coquettes avec un joli sens du d√©tail notamment dans la salle de bain m√™me si je suis persuad√© qu’il y a moyen de trouver moins cher. Le petit restaurant √†¬† c√īt√© par contre est excellent. La nourriture est d√©licieuse et le cadre de son petit jardin tr√®s agr√©able le soir. Evidemment on est plus dans les 80-100 baths le plat mais qu’est-ce que c’est bon. Notamment les croquettes de poulet grill√©es et la sauce au citron. Je serai pr√™t √†¬† retourner √†¬† Lampang que pour √ßa ! Mais avant de d√ģner, j’ai pris le temps de visiter quelques temples. Et notamment le superbe Wat Phra Kaew Don Tao avec son escalier aux deux nagas, son chedi blanc qui se dore √†¬† sa moiti√© sup√©rieure.

Temple Wat Phra Kaew Don Tao Lampang

Wat Phra Kaew Don Tao Lampang

Le lendemain, je vais voir le Wat Phra That Lamphang Luang, le temple le plus illustre du coin mais qui est √†¬† Ko Kha, √†¬† une vingtaine de kilom√®tres de le Lampang. C’est ma guesthouse qui m’aura expliqu√© ou prendre le songtheaw qui y va. Les 3 derniers kilom√®tres √©tant forc√©ment √†¬† faire en moto-taxi et co√†¬Ľtent deux fois plus chers que les 18 premiers. Un escalier avec deux nagas aussi, un mur d’enceinte, un wihaan principal en bois malheureusement en travaux mais je reste impressionn√© par l’endroit. Son grand chedi bien s√†¬Ľr, l’autre wihaan, et le tout petit b√†¬Ętiment ou si l’on ferme la porte et d√©ploie le drap qui s’y trouve, l’image √†¬† l’envers du temple s’y forme par un trou dans la porte. J’en avais entendu parler mais si un tha√Į ne m’avait pas appel√© pour me montrer, je serais probablement pass√© √†¬† c√īt√©. Me demandez pas de photo par contre parce que c’est quasiment inphotographiable tant c’est sombre. Apr√®s un repas au march√© en face du temple et re-moto-taxi et re-songthaew, je me balade √†¬† v√©lo dans Lampang et sa rivi√®re et c’est tr√®s agr√©able.

Wat Phra That Lampang Luang

Wat Phra That Lampang Luang

Temple Wat Phra That Lampang Luang

Lampang THailande

Mais je ne m’attarde pas trop, le Flower Festival de Chiang Mai m’attend√Ę‚ā¨¬¶ Enfin, j’esp√®re. Ca commence demain.

Phitsanulok et Sukhothai en 2 jours

Share Button

Ce matin, j’attrape un songtheaw sur la route derri√®re le Phra Kan Shrine. Je sais qu’il m’emm√®nera √†¬† la grande √†¬† c√īt√© de la station de bus. J’ai d√©j√†¬† fait le trajet hier, je commence √†¬† conna√ģtre. Par contre lui me demande 10 baths contre 8 la veille. A peine le temps de dire ouf que je suis d√©j√†¬† dans le bus qui quitte les lieux 5 minutes plus tard.
A Phitsanulok, je loue les services d’un cyclo-pousse pour 50 bahts pour me ramener dans le coin de la gare ou se trouve la plupart des h√ītels et guesthouses de Phitsanulok. Sans trop d’imagination, j’avoue, je m’installe √†¬† Lithai Guesthouse m√™me si j’ai trouv√© quelques adresses sympas dans mes p√©r√©grinations dans la ville pour un chouillat moins cher dans des √©tablissements au personnel plus accueillant -oui, le sourire et la chaleur humaine c’est pas trop dans leurs habitudes √†¬† la Litha√Į -mais beaucoup moins dou√© en Anglais. Je suis venu visiter plus en d√©tails le Wat Yai (tout le monde l’appelle comme √ßa et j’ai la flemme d’√©crire son nom complet) et je me rends compte que j’avais rat√© des choses la derni√®re fois notamment dans les cours carr√©es une collection de statues plus ou moins enti√®res tr√®s int√©ressante. Visite du Wat Ratburana juste en face dont je ne connaissais jusque l√†¬† que le chedi et qui vaut qu’on y fasse un petit tour. Ils ont un centre de massages aux prix plus que comp√©titifs par rapport aux salons des rues voisines et un savoir traditionnel affich√© et confirm√© en pratique. La d√©co est un peu sommaire par contre ! Mais bon, c’est pas un spa, on reste dans l’enceinte d’un temple. Le soir, d√©√ßu par le march√© de nuit qui refuse de d√©marrer tant qu’il reste le moindre rayon de soleil et qui est assez peu anim√© c√īt√© restauration, probablement qu’il ne prend toute son ampleur que les week-ends, je mange au bord de la rivi√®re dans un des seuls restos ouverts.

Phitsanulok Wat Phra Si Ratana Mahatat

Wat Phra Si Ratana Mahatat statues

Le lendemain matin, avant de prendre le bus pour Sukhothai, saut √†¬† la Buddha Factory, qui me laisse me balader parmi les ouvriers sans essayer de m’attirer dans sa boutique malgr√© que mon c√īt√© photographe intrusif. Je repartirai quand m√™me avec une petite statuette de Bouddha debout et deux petites amulettes. Je m’y suis envoy√© tout seul dans la boutique ! Le chauffeur de samlow qui me ram√®ne √†¬† la station de bus a envie de discuter. Avec le bruit de la circulation, c’est un peu compliqu√© de se comprendre d’autant plus qu’on m√©lange tha√Į et Anglais mais quand il entend que je vais aller √†¬† Sukhothai, puis Lampang, et enfin Chiang Mai, il me dit : « Lampang, lady beautiful. Chiang Mai, lady beautiful ». J’en d√©duis que les habitantes de Sukhothai sont moches. Tant pis, j’irai voir les temples √†¬† la place !

Buddha Factory Phitsanulok

A Sukhothai, un peu en p√®lerinage, mode revival du pass√©, je me pose au Garden Home dans le bungalow le plus au fond de leur jardin, bien au calme. Et je file directement prendre le vieux bus √†¬† la galerie passagers en bois pour la vieille ville, enfin pour le Parc Historique de Sukhothai. Les r√®gles du jeu ont un peu chang√©. On ne peut plus louer de v√©los √†¬† l’int√©rieur et doit les prendre aux loueurs juste devant et payer 10 baths ensuite pour pouvoir rentrer avec dans chaque secteur. Plus de ticket unique pour les 3 parties non plus. Annul√© par le gouvernement. Maintenant, c’est 100 baths pour la partie centrale, 100 pour celle du Wat Si Chum (on peut dire 100 baths pour le Wat Si Chum parce que le contr√īle et la vente des billets se fait √†¬† l’entr√©e de ce temple uniquement) et 100 pour la partie dite « forresti√®re » ou se trouve le Wat Saphan Hin et son Bouddha debout sur sa petite butte. Temple qui manquait √†¬† on palmar√®s et que j’ajoute donc cette fois. L√†¬† encore, ses voisins de secteur sont beaucoup moins int√©ressants. Et je comprends mieux qu’avec les tarifs actuels, l’immense majorit√© des visiteurs se contente de la partie centrale qui pour le m√™me prix est beaucoup plus int√©ressante que les deux autres. M√™me si j’ai un gros faible pour le Wat Si Chum quelque soit le prix d’entr√©e. Bizarre cette nouvelle politique de prix…

Sukhothai Bouddha

Parc Historique de Sukhothai

Wat Saphan Hin Sukhothai

Je finis la journ√©e par un d√ģner au march√© de nuit avant de continuer demain sur Lampang. A moi, les jolies filles !!!

Un Bouddha et des hommes

Share Button

Tout petits les hommes√Ę‚ā¨¬¶ Bon alors, pour aller √†¬† Ang Thong, c’est pas tout √†¬† fait √†¬† la station de bus qu’il faut aller mais √†¬† l’arr√™t des minivans derri√®re le march√© juste √†¬† c√īt√©. Heureusement que je parle un peu tha√Į parce que sinon, le monsieur du guichet d’information du Terminal des bus et moi on aurait mis longtemps √†¬† se comprendre.
45 minutes de trajet et 50 bahts plus tard, je suis d√©j√†¬† en train de n√©gocier avec un chauffeur de tuk-tuk pour qu’il m’emm√®ne au Wat Muang √†¬† une quinzaine de kilom√®tres selon lui. Il veut m’y attendre pour me ramener et me demande un prix que je trouve √©lev√©. Parce que je ne veux pas avoir √†¬† compter mon temps l√†¬†-bas et parce que j’aime jouer, je lui demande de m’emmener simplement, je me d√©brouillerai pour revenir. Il insistera bien une fois au temple ou effectivement aucun de ses confr√®res ne se trouvent mais je lui confirme qu’il peut prendre cong√©. Peut-√™tre 30 secondes plus tard une jeune femme avec son fils qui avait √©cout√© nos √©changes me propose d√©j√†¬† de me ramener avec elle√Ę‚ā¨¬¶ √†¬† Ayutthaya par contre. Chaque chose en son temps, je visite, fait les photos du Bouddha et des gens en dessous et on verra comment repartir ensuite. Au pire, je suis dans un temple, ils m’accueilleront pour la nuit ūüėČ

Wat Muang Ang Thong

Ce qui m’a attir√© ici ce sont des photos de gens sur la pointe des pieds qui touchent le bout des doigts de la main de la statue et paraissent infiniment petits en dessous. J’ai trouv√© √ßa insolite et amusant et le photographe que je suis avait envie d’avoir lui aussi des photos de √ßa que c’est lui qu’il les a faites. Du coup, j’ai pass√© beaucoup de temps √†¬† attendre d’avoir les bonnes conditions en terme de nombres de gens, de dispositions, de ce qu’ils font, de leur attitudes, jusqu’√†¬† avoir quelques photos qui me satisfassent vraiment avant d’aller d√©couvrir le reste de ce vaste temple puis de revenir photographier la main et ses visiteurs. Outre plusieurs b√†¬Ętiments, il y a beaucoup d’ensembles de statues dans le jardin et une partie d√©routante avec deux immenses fant√īmes et des sc√®nes de tortures et de cruaut√© assez explicites au milieu desquelles les enfants jouent comme si c’√©tait Mickey, Donald et compagnie qui √©taient repr√©sent√©s.
J’ach√®te √†¬† manger et boire √†¬† un des stands dans le temple puis vient le moment de repartir. Effectivement, ni tuk-tuk, ni moto-taxis , rien. Il m’avait pas menti mon chauffeur de l’aller. Je d√©cide de rejoindre la grande route √†¬† 500m, me disant que probablement voyant un farang en perdition, des bonnes √†¬Ęmes me proposeraient de me ramener √†¬† la station de bus. Mais non. Sur la grande route, un garagiste me voit et me demande ce que je fais l√†¬†. Il m’indique quel van arr√™ter pour retourner √†¬† mon point d’origine. Et √ßa co√†¬Ľte que 20 baths. Je descends √†¬† la station de bus, un √©change de sourire avec le chauffeur de tuk-tuk de ce matin, l’air de lui dire « T’as vu, je suis revenu ! » et un chauffeur de minivan me crie « Lopburi ? ». J’√©tais le dernier passager qui manquait √†¬† sa cargaison.
Une belle journ√©e, avec des photos impressionnantes, un temple certes tr√®s r√©cent mains int√©ressant et puis c’est aussi √ßa la Tha√Įlande des temples qui sortent de terre tous les jours et certains de plus en plus gigantesques. Et celui-l√†¬† a le plus grand Bouddha assis du pays avec 95 m√®tres. Qui dit mieux ?

Lopburi, des singes et des temples

Share Button

Je suis un peu en mode express car je n’ai qu’une semaine pour arriver √†¬† Chiang Mai pour assister au Flower Festival donc mon arr√™t √†¬† Lopburi sera bref. Je viens notamment visiter le Palais Royal, ferm√© les lundis et mardis donc les jours ou j’√©tais ici la derni√®re fois.

Palais Roayal lopburi

La Noom Guesthouse n’a plus de place, je dormirai donc au Nett Hotel. Une fois enregistr√© et mes bagages d√©pos√©s, je file direct au Phra Narai Ratchaniwet, juste derri√®re. Je dois dire que pour un ancien palais royal, je m’attendais √†¬† un peu plus de faste. Pas que l’endroit ne soit pas plaisant mais √ßa devait appartenir √†¬† un roi modeste ou timide. Un peu frustr√© quand m√™me, je d√©cide d’aller visiter le Wat Phra Si Rattana Mahathat que je photographie sous toutes ses coutures. Voil√†¬†, mon appareil photo et moi revivions. Je peux retourner me doucher et sortir manger au march√© de nuit pr√®s de la voie ferr√©e.

Lopburi templr

Wat Phra Si Rattana Mahathat Lopburi

Le lendemain, √†¬† 8 heures, je suis au Prang Sam Yod, j’esp√®re bien que les singes ne sont pas du matin pour pouvoir parcourir et photographier un peu l’endroit tranquille. Pari presque gagn√© mais quelques jeunes primates s’accrocheront quand m√™me √†¬† mon pantalon, un, m’utilisant m√™me comme tremplin pour monter sur un mur. Apparemment, j’avais la taille id√©ale et j’√©tais bien plac√©.

Lopburi Prang Sam YodWat Phra Si Rattana Mahathat
J’avais remarqu√© sur le plan que m’avait donn√© le staff de l’h√ītel, que Lopburi n’√©tait pas loin de Ang Thong, une ville dont j’avais retenu le nom pour avoir vu des photos de son impressionnant Bouddha assis. J’avais alors demand√©, photo r√©cup√©r√©e sur internet avec nom du temple √†¬† l’appui, comment y aller. Comme dans un jeu t√©l√© tr√®s connu ou on peut gagner plein d’argent, le gars perplexe, avait utilis√© son joker « appel √†¬† un ami » et je ne sais pas qu’il a appel√© mais apparemment la personne connaissait son affaire. Me voil√†¬† donc en route pour la station de bus. Wat Muang de Ang Thong, j’arrive !

France – Ayutthya avec escales

Share Button

Cette fois-ci, pas d’arr√™t dodo √†¬† Bangkok. J’ai d√©cid√© une fois atterri dans la capitale tha√Įlandaise de m’exiler directement √†¬† la campagne. Oui, enfin √†¬† Ayutthaya. Un coup d’Airport Link, puis de m√©tro et me voil√†¬† dans le train pour l’ancienne capitale du royaume.
La locomotive se met en branle avec une heure et quart de retard. Me voil√†¬† dans l’ambiance tha√Įe. Ici, le temps et la ponctualit√© sont des notions bien plus relatives que chez nous. Arriv√© √†¬† destination, j’√©vite les sollicitations des chauffeurs de tuk-tuks et m’engouffre dans la rue en face de la gare, je commence √†¬† conna√ģtre, pour embarquer sur un bateau et traverser la rivi√®re (4 bahts) afin de me retrouver dans le coin des guesthouses et du march√©. Enfin d’un des march√©s parce qu’il y en quelques uns ici. Cette fois-ci, je pose mon baluchon √†¬† roulettes chez Mr At, un peu malgr√© lui apparemment car malgr√© l’heure avanc√© de l’apr√®s-midi, je le tire clairement de son sommeil. Et l’ordre de l’accueil de sa guesthouse est bien plus al√©atoire que l’an pass√© quand il venait d’ouvrir. Madame serait-elle absente ?

Ayutthaya

Ayutthaya thailande

Ayutthaya

Un petit tour rapide du quartier et je m’installe √†¬† restaurant de rue pour exercer mon tha√Į et commander √†¬† manger. Le lendemain, r√©veill√© t√īt, je me suis pr√©par√© tout un circuit avec en point d’orgue mon Wat Yai Chia Mongkhon ador√©. Je l’aime ce temple, mais je l’aime ! Embarqu√© sur un v√©lo lou√© √†¬† l’agence de voyage non loin car Mr At dormait encore, je me trompe dans les rues et me retrouve finalement sur une route qui je sais va me conduire au Wat Yai Chai Mongkhon. Au diable l’itin√©raire, on va le faire √†¬† l’envers. Et je dois dire que je suis content de retrouver ses deux grands bouddhas et son escalier, son carr√© de statues qui entoure son chedi et son Bouddha couch√© qui sans sa couverture des fois pr√©c√©dentes d√©voile une p√†¬Ęleur charmante et fait toujours l’objet d’une grande d√©votion. Nombre de fid√®les et m√™me de touristes y apposant une petite feuille d’or. Retour sur scelle et hop, au Wat Phanoeng et son immense Bouddha assis. Encore plus fr√©quent√©. Et √†¬† c√īt√©, sur la rivi√®re, une petite navette fluviale pour traverser (10 bahts avec un v√©lo) et arriver au niveau de la Phet Fortress et repartir sur mon itin√©raire √†¬† rebrousse-poil. Passage √†¬† la TAT que j’inonde questions, puis repas dans le march√© √†¬† c√īt√© du Wihaan Mongkhon Bophit et visite de ce dernier, un tour au Wat Thammikarat ou je d√©couvre un tr√®s beau Bouddha couch√© qui m’avait √©chapp√© jusque l√†¬† et ensuite, je pars en qu√™te du march√© flottant, la vraie raison de ma pr√©sence ici car je n’y suis encore jamais all√©. Je suis les panneaux, demande en chemin en tha√Į, on me dit qu’il est ferm√©, trop t√īt peut-√™tre, mais je continue, je veux le voir ! Suis t√™tu moi ! Et il est bien ferm√©. Pas temporairement, il est √©croul√©, √†¬† l’abandon depuis les inondations. Renseignements pris, il y en a un nouveau mais c’est pas √†¬† c√īt√©.

Bouddha Ayutthaya

Il se fait tard, je demande √†¬† un tuk-tuk de m’y emmener. Il est 19h et il m’assure qu’il n’est pas ferm√© mais arriv√© sur place, le noir complet, l’endroit a pli√© boutique depuis une bonne heure. Le lendemain matin, je serai enfin dans ce march√©, certes artificiel, mais sympathique pour qui aime le shopping ou pour manger dans un cadre un peu diff√©rent. 50 THB les Pad thai kung (crevettes) par exemple.
Mission, accomplie, on peut aller voir les singes de Lopburi.

Let’s go to Thailand !

Share Button

C’est bient√īt reparti pour 3 mois en Tha√Įlande ! Avec comme premier objectif, le Flower Festival de Chiang Mai et ensuite de d√©couvrir plus avant le Nord et le Nord de l’Isan et pourquoi pas tenter d’aller au Preah Vihear m√™me si les tensions politiques sur le sujet sont en train de se raviver. Une petite semaine de cours de Tha√Į (1h30 √†¬† 3h par jour) avec une prof particuli√®re dans la capitale du Nord et je devrais √™tre par√© pour attaquer ce nouveau p√©riple avec un programme pr√©cis qui devrait, comme √†¬† l’accoutum√©, ne pas √™tre respect√©.
Le suspens sera sur le Sam Roi Yod sur mes tablettes depuis longtemps mais qu’√†¬† chaque fois, je zappe. Cette fois-ci, je compte bien franchir le cap et y s√©journer. Un petit tour au Khao Yai, le parc naturel le plus visit√© du pays, il doit y avoir une bonne raison et continuer mon exploration du coin de Prachuap Khiri Khan que j’adore en allant √†¬† Bang Saphan, qui devrait me plaire pour sa tranquillit√©. Et puis des √ģles que je n’ai pas encore faites: Koh Samet, Koh Phangan et Koh Phi Phi et peut-√™tre celles de la r√©gion de Trang. Voil√†¬† pour les grandes lignes. Et je ne manquerai pas de partager tout √ßa avec vous ici. En texte et en images. Alors rendez-vous fin du mois pour mes premiers mots et premi√®res images sur cette nouvelle aventure. J’ai h√†¬Ęte…

Meilleurs voeux √†¬† tous et √†¬† bient√īt !
Sawasdee pee Mai na krap !

P.S: j’ai ajout√© il y a quelques temps une rubrique d’avis sur les h√ītels en Tha√Įlande et les guesthouses aussi o√Ļ je suis pass√©.


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog