Articles du mois avril 2010

Operation retour au bercail

Share Button

Toutes les bonnes choses ont une fin √†¬† ce qu’on dit. A priori toutes les mauvaises aussi mais bizarrement on n’en a pas fait un dicton. Quoiqu’il en soit, ca y est le moment de retourner au pays du fromage et des gr√®ves est venu. Roissy a rouvert juste a temps pour m’accueillir, mon vol est confirm√©, ma valise par√©e, un dernier tour en taxi sur la Highway de Bangkok et me voila dans la longue queue pour l’enregistrement des bagages. Cette fois, j’ai droit a 30 kgs selon le site d’Emirates donc je ne devrais pas avoir besoin d’enfiler la moitie de mes fringues sur moi et de bourrer les poches de ma veste de mes bouquins pour √©viter de payer un exc√©dent de bagage. Mon tour arrive, je pose mon passeport sur le comptoir et ma valise sur le tapis roulant / balance ( mot bien trouv√© tant a Hano√Į, √ßa avait √©t√© une belle balance de cafter √†¬† la guicheti√®re que j’avais un bagage trop lourd ). Verdict: 28,2 kilos. Logiquement pas de souci. Pourtant, l’h√ītesse empoigne sont t√©l√©phone et semble appeler en haut lieu. Je me demande ce qui va me tomber dessus mais je fais de larges sourires quand elle me regarde, pour me donner l’air ang√©lique du mec sympa et confiant. Mais je me pose des questions. Le volcan s’est r√©veill√© ? Ils ont chang√© le maximum de poids autoris√© dans la nuit ? « Continue de sourire b√™tement surtout ». Je comprends qu’elle explique que je voyage kon diao enfin seul quoi et me demande bien pourquoi cette pr√©cision. Et la sentence tombe, sans appel. Plus de place pour moi, enfin en classe √©conomique, je vais devoir voyager en business class. Ben, ca commence bien ! Tr√®s bien m√™me !
Je n’ai par contre pas droit √†¬† la loge tout confort avec buffet √†¬† volont√©, je dois attendre sur les rang√©es de si√®ges impersonnelles, avec les pauvres. Mais d√©s l’ouverture de l’embarquement, dans le corridor qui m√®ne √†¬† l’appareil, je peux les d√©passer all√®grement en leur faisant des pieds de nez, enfin dans ma t√™te parce qu’il y a un groupe de Hollandais assez baraques, dans la file classe affaires. Enfin, classe testost√©rone surtout tant la gente f√©minine y a une repr√©sentation symbolique. A peine assis, j’√©tire mes jambes et incroyable, je peux les d√©plier compl√®tement. Ca m’√©tait jamais arriv√© dans un avion ! Le sourire de cette victoire encore imprim√© sur les l√®vres, je me vois proposer du champagne. Il n’y a pas de petits fours pour aller avec, du coup je fais la fine bouche et opte pour un jus d’orange. Et puis bon, il est 10h du mat’ un peu t√īt pour les bulles. Par contre, il devait √™tre tr√®s bon car mon voisin n’a ingurgit√© que ce breuvage pendant toute la dur√©e du vol et √ßa en a fait des coupes. Plus que celles dans la salle des troph√©es de Manchester United. Faut dire, on n’a pas la m√™me corpulence. Je me familiarise avec les trois boutons pour allonger mon si√®ge jusqu’√†¬† en faire un lit, le replier ou dresser la table pour manger et avec mon √©cran aussi que grand que ma t√©l√©. Puis c’est l’heure du repas. En entr√©e, le chef propose Canard fum√© et sa salade du potager, suivi d’un poulet picata et pour finir plateau de fromage, desserts et fruits frais. Table avec nappe blanche couverts en inox et service en porcelaine, c’est autre chose que les barquettes en plastiques distribu√©es au Tiers-Etat a l’arri√®re de la cabine. Un petit chocolat fourr√© pralin√© d’une grande maison pour accompagner mon th√© en fin de repas et hop je passe en mode transat √†¬† mater Avatar et District 9. A l’atterrissage, nous sortons les premiers. Normal, c’est la classe des gens affair√©s ici quand m√™me. Par contre gros rat√© dans l’organisation, apr√®s l’escale a Duba√Į, je dois retourner avec la populasse en classe √©conomique les genoux encastr√©s dans le fauteuil devant baiss√© par sa propri√©taire et les pieds accul√©s par le souvenir de vacances encombrant que celle de derri√®re pouce en permanence pour gagner du terrain sur l’espace vital du bien-√™tre de mes jambes. Et elle semble y prendre un malin plaisir malgr√© mes r√©flexions. Des semaines que je n’avais pas √©tait en contact avec des Fran√ßais et le premier sp√©cimen avec lequel j’entre en interaction a la bienveillance et l’altruisme qui fait notre r√©putation dans le monde entier. Cocorico !
J’atterris a Roissy avec 25 minutes de retard, vu la distance, une broutille et r√©cup√®re ma valise que les d√©licats bagagistes ont d√©capit√© d’une roue. Au guichet de la compagnie, on m’explique que c’est la faute du fabricant. Pas assez robuste mon fils. M’apprendra a acheter fran√ßais. Apr√®s tout ce que je lui ai fait subir, je suis quand m√™me √©tonn√© que ce soit dans cette derni√®re ligne droite que ma fid√®le √©quipi√®re soit ainsi amput√©e.. Me voila donc de retour dans ma m√®re patrie. Reste √†¬† r√©aliser que tout ce p√©riple √©tait bien r√©el. Un rapide coup d’oeil √†¬† mon bras en √©querre et je me dis que c’est bien arriv√©…

Force rouge contre force jaune

Share Button

Non, ce n’est pas le titre d’un Bioman o√Ļ ils se battent entre eux mais juste un r√©sum√© de la situation a Bangkok. Dans les √©pisodes pr√©c√©dents, nous avions laiss√© les Chemises Rouges au moment o√Ļ ils se reconcentraient en un seul lieu suite au week-end sanglant d’affrontements avec la police qui avait caus√© la mort de 25 personnes et plus de huit cents bless√©s. Pendant les f√™tes de Songkran une nouvelle couleur de chemises √©tait alors apparue: le rose. Des Sua Chom Pou qui manifestaient contre le blocage de la ville par leurs homologues plus fonc√©s. Les deux groupes se tenaient √†¬† trois stations de Skytrain les uns des autres. Et voila que les chemises jaunes opposants plus traditionnels des Chemises Rouges refont leur apparition. Fid√®les du roi et favorables au pouvoir en place, ils donnent au gouvernement une semaine pour r√©tablir l’ordre ou se proposent de s’en charger. Trois couleurs de chemises pour des visions diff√©rentes de la Tha√Įlande.
Et l’arm√©e qui se fait de plus en plus pr√©sente pourrait intervenir pour d√©loger les manifestants du centre commercial de la ville. Ils ont d√©j√†¬† r√©ussi a faire annuler la marche des Rouges pr√©vue hier en mena√ßant de tirer a balles r√©elles si les barrages devaient √™tre forc√©s et les gaz lacrymog√®nes inefficaces. Il ne fait pas bon mettre un touriste dehors √†¬† Bangkok en ce moment donc. D’ailleurs ils ne sont plus nombreux √†¬† √™tre encore l√†¬†. Ce que l’une des masseuses de mon salon pr√©f√©r√© d√©plorait il y a quelques jours. Je lui disais que c’√©tait parce que la saison des pluies arrivait, connaissant la vraie raison, et elle a baragouin√© une phrase en tha√Į dans laquelle, j’ai reconnu les mots « sua deng ». Oui, ils font beaucoup de mal a l’√©conomie, √†¬† ceux qui vivent du tourisme et √†¬† tous les magasins du quartier qu’ils bloquent. Je ne dis pas cela pour prendre position c’est juste un constat. Souvent les mouvements sociaux ou politiques ont comme cons√©quence d’aggraver la situation de ceux qu’ils veulent d√©fendre. La gr√®ve d’une entreprise pour des augmentations de salaires par exemple, fait perdre beaucoup d’argent √†¬† la dite compagnie qui de fait est encore moins en mesure de payer les r√©√©valuations de salaires demand√©es. Du coup moi, je suis √†¬† nouveau √†¬† Phitsanulok. Faut dire, j’y suis bien accueilli ! Par contre, si jamais vous allez l√†¬†-bas et qu’on vous propose d’aller voir Picasso, ne vous attendez pas a parcourir ses tableaux de la p√©riode bleue ou rose ou a vous extasier devant sa sculpture de ch√®vre avec guidon de v√©lo int√©gr√©, non, c’est juste la boite branch√©e du coin. La soir√©e commence par un concert live puis a minuit, le DJ prend le relais. Une boite bien foutue car il y a tellement de tables que la piste de danse ne laisse aucune place aux danseurs virtuoses comme moi qui moulinent beaucoup avec les bras. Non, non, je ne danse pas la Techtonik…
Demain, je retourne voir les Bioman, enfin, je reviens a Bangkok. Apparemment, mon avion pour Paris devrait bien d√©coller vendredi malgr√© les tentatives des islandais pour me bloquer ici. Je me moque mais la situation en Tha√Įlande n’est pas pr√™te de se stabiliser de fa√ßon durable. Seul espoir: que le r√©sultat des prochaines √©lections satisfasse tout le monde et ne souffre d’aucune contestation. Au vu des divisions actuelles ca me parait peu r√©aliste mais ce pays est plein de surprises. Et j’adore les surprises, surtout que j’aimerais vraiment revenir.

Bouddha ne t’√©loignes pas de ta maison…

Share Button

bouddha - Nakhon Sawan

Quelques formules et mots utiles

Share Button

Pour impressionner un tha√Į, il faut savoir compter en tha√Įlandais. Je m’en rends compte tous les jours dans mon voyage. Et c’est √†¬† mon avis un des choses les plus facile √†¬† apprendre ( voir billet « Compter en tha√Į » ). Ensuite, outre, les banalit√©s, bonjour, comment √ßa va ect ( voir billet « Ma 1√®re conversation » ), il y a d’autres petites choses qui peuvent vous permettre de pas mal vous en sortir.

Déjà  quelques verbes:
pa√Į ( prononcer le p comme un m√©lange entre le b et le p ) qui veut dire aller
you qui veut dire rester ou être pour un lieu
non lap ( prononcer le o ouvert comme dans « bloc » ) qui signifie dormir
khin ou khin khao qui signifie manger
ap nam qui veut dire se doucher
yak qui signifie vouloir dans le sens je voudrais et pas je veux
chop qui signifie aimer pour une chose ( pour une personne c’est rak )
A noter qu’en Tha√Įlandais, les verbes ne se conjuguent pas. A l’infinitif ou avec un sujet et quelque soit le temps, c’est toujours pareil !

Les pronoms:
pom le je ou moi pour un garçon
chan ou di chan, le je ou moi pour une fille
khun pour tu ou toi
khao pour dire il ou elle et lui ou elle
rao pour nous ( prononcer le r comme un mélange entre r et l )
A noter que ces pronoms servent aussi de possessifs √†¬† la suite d’un mot.
Ainsi pour dire ma m√®re, vous direz m√® pom ( m√®re je ), pour dire ta m√®re, vous direz m√® khun ( m√®re tu ) etc…

Et donc:
Je vais √†¬† Chiang Ma√Į, se dira pom pa√Į Chiang Ma√Į
Je voudrais aller √†¬† Chiang Ma√Į, se dira pom yak pa√Į Chiang Ma√Į
Je suis √†¬† Chiang Ma√Į, se dit pom you Chiang Ma√Į
Je veux manger des pad tha√Į, se dit pom yak khin pad tha√Į
Je t’aime se dit pom rak khun

Vous voil√†¬† donc capables de dire o√Ļ vous allez, o√Ļ vous √™tes, ce que vous voulez manger, que vous voulez dormir ou vous doucher et de d√©clarer votre flamme √†¬† quelqu’un. On progresse… ūüėČ

Vid√©os apprendre √†¬† parler tha√Įlandais

Et comment, je rentre, moi ?

Share Button

Il y a de grandes chances que le bras de fer entre les Red Shirts et le gouvernement tha√Įlandais s’accentue une fois les f√™tes du Nouvel An finies. Du coup, je pensais avancer mon retour m√™me si je pense que je ne risque pas grand chose. Le touriste est appr√©ci√© en Tha√Įlande au moins pour la manne √©conomique qu’il repr√©sente. Les manifestants arborent d’ailleurs un nouveau slogan a l’attention du monde: « Welcome in Thailand ! We just want democracy ! ». Pas sur que ca suffise a faire revenir les farangs en masse. Bref, je me dis, voyons pour rentrer en France et voila, qu’un Islandais se met a faire un barbecue et paralyse tout l’espace a√©rien europ√©en, Roissy y compris. Franchement, c’est pas de bol. C’est un peu comme si l’univers me disait de rester ici. Une gr√®ve SNCF s’ajoutant pour compliquer mon retour en TGV a Strasbourg.
En attendant, je d√©couvre donc Pattaya. Sous la pluie, aujourd’hui. Et oui, apr√®s Songkran, qui ici joue les prolongations, c’est la saison des pluies. Et ben voila, on y est. Pattaya, donc. Sa plage couverte de parasols et de hors-bords avec a l’horizon, un ballet de jet-skis et de kytes surfeurs et des baigneurs qui r√©apparaissent timidement quand les ond√©es s’arr√™tent. Pattaya et sa fameuse Walking Street ou rue des plaisirs pour ne pas dire de la d√©bauche. Gogo-danseuses tr√®s courts v√™tues, alcool qui coule √†¬† flots, bars top-less voire a priori everything-less aussi, musique √†¬† fond les ballons, prostitution m√™me si je dois dire que ca je ne l’ai pas vu, faut dire il √©tait 20h quand je me suis aventur√© dans ce coin. Bref de quoi satisfaire tous les vices. On vous propose m√™me des stands de tirs. Rues des vices et de Elvis. Car oui, il est vivant, je vous l’annonce et il se produit tous les samedis et dimanches au Capitain’s Corner ! J’irai explorer un peu plus en d√©tail ces quelques hectom√®tres de pav√© ce soir. Dans un but sociologique √©videmment !

Songkran, la f√™te qui tombe toujours √†¬† l’eau…

Share Button

La f√™te de Songkran c’est aussi et surtout le Nouvel An tha√Įlandais. Ca me fait trois nouvels ans cette ann√©e mais c’est bon j’ai v√©rifi√© en faisant une datation au carbone 14, je n’ai bien vieilli que d’une seule ann√©e. Ouf !
Les Tha√Įlandais disent « jouer a Songkran » et c’est vraiment ca. Un jeu d’enfants qu’on a tous pratiqu√© au moins une fois dans notre vie: la bataille d’eau. Et comme les temp√©ratures sont caniculaires, on esp√®re presque se faire asperger. Les gens sont sur le pas de leurs portes avec de grands bidons remplis d’eau, des tuyaux d’arrosage, des pompes, des petites bassines et √†¬† l’affut. D√©s que quelqu’un passe, c’est la douche froide ! D’autres sillonnent carr√©ment la ville avec, √†¬† l’arri√®re de leur pick-up, un tonneau d’H2O et aspergent a tout va. Se d√©placer en deux roues, ces jours-l√†¬† ( les 13-14 et 15 avril cette ann√©e ), c’est l’assurance d’arriver chez soi tremp√® jusqu’aux os. Et quand on est √†¬† Pattaya, dans un sawngthaew, dans une rue o√Ļ il y a des assaillants tous les deux m√®tres et des bouchons, aussi. Une bonne dizaine de litres d’eau en tout et mon sac √†¬† dos d√©gouline. Je n’ai pas d’eau pour me d√©fendre et mes compagnons d’infortune non plus. Nous sommes compl√®tement √†¬† la merci de ces douches sauvages. C’est un peu comme un immense concours de T-Shirts mouill√©s √†¬† ciel ouvert et toutes les g√©n√©rations participent !
Songkran - Thailande - nouvel an
Songkram - fete de l'eau

En France, on ne pourrait pas avoir une tradition pareille. D√©j√†¬† parce qu’il y en a beaucoup que ca ne ferait pas rire mais alors pas du tout de se faire asperger et ensuite parce que le gouvernement nous annoncerait solennellement que les cas de rhumes augmentant lors de cette f√™te ca creuse le trou de la Secu. Les √©colos quant √†¬† eux expliqueraient, graphiques a l’appui, qu’en congelant l’eau r√©pandue ces jours-la et en l’envoyant au P√īle Nord, on pourrait compenser la fonte de la banquise. Bref, la France n’est pas pr√™te d’avoir son Songkran. Pourtant, c’est une f√™te qui devrait plaire a Sarkozy, il pourrait y ressortir son karscher.
Oui, j’oubliais, c’est f√©ri√©, ces trois jours. Beaucoup de commerces sont fermes. Ils ont √©galement apport√© une tr√™ve bienvenue dans le conflit entre les Sua Deng ( les chemises rouges ) et le gouvernement. Les batailles rang√©es entre les forces de l’ordre et les manifestants ayant fait place aux batailles de flotte, plus ludiques. Et dans mon taxi, a Bangkok, j’√©tais a l’abri des √©claboussures, pas comme √†¬† Pattaya o√Ļ je suis arriv√© au comptoir de mon h√ītel d√©goulinant. Mais √ßa les a laiss√© impassibles, ils ont l’habitude, tous les touristes arrivent dans cet √©tat a Songkran !

Quand la Tha√Įlande voit rouge

Share Button

Voila un mois que les chemises rouges ont lanc√© leur mouvement de protestation contre le gouvernement qui a √©t√© mis en place en 2008 apr√®s un vote parlementaire. Et un mois que j’observe ca avec une grande curiosit√©. Je trouve que ces p√©riodes de troubles en disent beaucoup sur un pays. Pour les Red Shirts, le pouvoir en place n’est pas l√©gitime car non issu des urnes, ils r√©clament donc sa dissolution et de nouvelles √©lections. Ce n’est pas la premi√®re fois que les partisans de l’ancien premier ministre en exil Thaksin descendent dans la rue. Ils avaient notamment bloqu√© l’a√©roport de Bangkok pendant plus de 8 jours il y a plus d’un an et demi, emp√™chant ainsi des milliers de touristes de rentrer chez eux.
Leur souci premier a toujours √©t√© de lancer un mouvement pacifique √©maill√© d’actions symboliques. Ce qui ne les emp√™chent pas d’√™tre tr√®s d√©termin√©s. Preuve s’il en est, cela fait plus de 4 semaines qu’ils sont 60 000 √†¬† √™tre mobilis√©s. Et pour attirer l’attention des m√©dias et surtout de la presse √©trang√®re, ils ont notamment, il y a quelques semaines collecter leur propre sang qu’ils sont ensuite all√©s verser devant le parlement. Un geste fort, une provocation certains diront, √†¬† laquelle le premier ministre a r√©pondu avec calme et mesure √©vitant comme depuis le d√©but du conflit d’employer la force contre les manifestants. Acceptant m√™me des n√©gociations alors que la revendication premi√®re des partisans de Thaksin est sa d√©mission suivie d’√©lections anticip√©es dans les 15 jours. Par souci d’apaisement ou plus peut-√™tre persuad√© qu’ils refuseraient, Vejjajiva leur proposera de les avancer √†¬† d√©cembre de cette ann√©e. Les « rouges » quittent la table des n√©gociations. Le mouvement continue avec l’occupation de quartiers touristiques et notamment celui des grands magasins contraints de fermer leurs portes depuis une semaine maintenant. Le manque a gagner devient abyssal. Le bras de fer s’intensifie mais aucune des parties ne veut prendre la responsabilit√© d’√™tre a l’origine du d√©rapage de ce mouvement jusque la non-violent.
Je me suis moi-m√™me balade parmi les chemises rouges a Chit Lom, il y a une semaine, l’ambiance √©tait tr√®s bonne enfant. Un homme d√©guis√© grossi√®rement en femme avec chevelure et sous-v√™tements rouges improvisait un boeuf au micro devant une partie de la foule qui dansait. Des manifestants voulaient me serrer la main, un autre entame une conversation absolument apolitique avec moi, d’autres me proposent des barquettes de repas venues des camions pr√©vus pour les ravitailler. Car oui, la plupart mangent et surtout dorment sur place. Ils viennent des campagnes, rentrer chez eux n’est pas une option, ils ont donc emmener de quoi s’installer et pour longtemps. La police √©tait tr√®s discr√®te. A peine quelques CRS assez loin du noyau dur des manifestants. Et on voyait a la t√©l√©, le chef de l’arm√©e ou de la police qui venait le matin voir les repr√©sentants des chemises rouges, visiblement pour discuter de la meilleure fa√ßon d’organiser la s√©curit√©. Pas de heurts, pas de sifflets, les repr√©sentants de l’ordre √©taient accueillis avec respects et repartaient tranquillement. Ce refus de la violence tant du cote des opposants que du gouvernement m’a toujours impressionn√©. Difficile d’imaginer pareil situation en France. D√©j√†¬† parce qu’une manifestation quelle qu’elle soit sans casseurs, c’est tout simplement impossible.
Mais le tournant crucial que beaucoup redoutaient et qui semblait de plus en plus in√©vitable vient de ce produire hier avec les premiers affrontements avec la police, la vingtaine de morts annonc√©e et de nombreux blesses. L’illustration que malheureusement toute opposition m√™me pacifiste finit toujours par verser un sang qui n’est plus un symbole comme celui des premiers jours. La violence comme une fatalit√© in√©vitable parvient toujours a se faire un chemin. Dommage, j’avais envie d’y croire. Reste une question: le mouvement va-t-il se radicaliser ? A voir…

Same, same…

Share Button

En Tha√Įlande, ils copient, copient tout, m√™me leurs monuments les plus fameux. Ainsi √†¬† Muang Boran, Ancient City en English, il y a 109 copies √†¬† ds √©chelles plus ou moins grandes des b√†¬Ętiments les plus remarquables du royaume. La topographie est √©galement reproduite, si bien que le mini Preah Vihear tr√īne sur une colline artificielle. C’est un peu toute la Tha√Įlande et un peu le Loas, le Cambodge, la Chine, le Myanmar en un seul lieu. Dire que j’ai pass√© trois mois a vadrouiller dans le pays alors qu’en une apr√®s-midi ici, j’aurais tout vu.
reah Vihear - Ancient City
Pour me rendre √†¬† Muang Boran ( faites durer le o si vous voulez le prononcer correctement ), j’ai pris le bus 511 puis un taxi. Je suis accompagn√© de Lah du salon de massage qui m’a √©t√© d’une aide pr√©cieuse pour savoir o√Ļ descendre. Sur place, nous louons une voiturette de golf pour nous d√©placer dans les nombreuses all√©es. Il y a aussi des v√©los a disposition mais il fait chaud, tr√®s chaud ( ron mak ma√Į comme ils disent ). On pourrait aussi faire la visite √†¬† pieds mais le mus√©e √†¬† ciel ouvert fait 80 hectares. Il est immense et peu fr√©quent√©. Pourtant, c’est assez impressionnant. Les r√©pliques sont souvent tr√®s bien faites, sauf le Ched Yod de Chiang Mai et donnent envie d’aller voir les vrais. Une bonne fa√ßon de commencer son voyage en Tha√Įlande pour se mettre en app√©tit.
Apr√®s deux heures de visite, direction le motor show de Bangkok. Lah est fan de tuning et des belles voitures. Elle est comme une gamine avec des √©toiles dans les yeux quand elle regarde les audio cars, ces voitures transform√©es en chaines hifi g√©antes et clignotantes et dont chacune cherche √†¬† cracher plus de d√©cibels que sa voisine. Moi, les voitures bof, bof mais les jolies filles oui, oui. Surtout lors du spectacle de danse. Je m’y int√©resse pour le d√©fi photographique d’immortaliser une jeune femme qui bouge sans arr√™t sans flash et dans une lumi√®re trop feutr√©e. Rien √†¬† voir avec le fait qu’elle soit jolie et court v√™tu. Je me sacrifie pour servir mon art, moi m√īsieur !
Danseuse - Thailande

Je finis par laisser Lah sur le chemin du retour au march√© de nuit o√Ļ elle s’engouffre pour faire du shopping. √†‚Ä°a reste une fille. Et de retour a mon h√ītel, douche, sieste, diner au food center du Robinson et hop, je pars boire un verre au Q-Bar ou je sympathise avec un couple qui me convainc sans mal de les suivre aller danser en boite. Une journ√©e pleine de d√©cibels ! Je me fait aborder par un mec qui d’un geste explicite mais pas tr√®s gracieux m’interroge sur mon orientation sexuelle. Ma r√©ponse le dissuade de continuer la conversation mais n’arr√™te pas le lady boy qui me fait r√©guli√®rement de l’oeil. Je vous rassure, je repartirai seul. Ouf…

Cat Ba et une baie d’Halong

Share Button

Ils ont des chapeaux ronds, vive les… Ben non, pas Bretons, Vietnamiens ! Quoique √†¬† Cat Ba, il fait un vrai temps breton en ce moment.
Je n’avais pas encore pris le train au Vietnam, je me suis donc achet√© un billet de la gare de Long Bien √†¬† Hanoi jusqu’√†¬† Haiphong pour y attraper un bateau pour Cat Ba, ville principale de l’ile √©ponyme non loin de la baie d’Halong. Les passag√®res autour de moi m’offrent des cl√©mentines et de larges sourires. C’est maman qui va √™tre contente que je mange des fruits ! Le train est compos√© de wagons de marchandise et 3 wagons de passagers assis sur des bancs en bois. Le trajet dure 2h30. Arriv√©, je saute dans un taxi, direction l’embarcad√®re et monte dans un bateau au to√ģt surcharg√© de marchandises en tout genre. Dix minutes plus tard, il l√®ve l’ancre. Dans la cabine, les m√™mes bancs de bois que dans le train ou presque et une t√©l√© qui diffuse en permanence des clips dans un volume sonore qui rappelle ces bars o√Ļ l’on vient entre amis et on se gueule √†¬† l’oreille pour se parler. Il faisait d√©j√†¬† froid et gris √†¬† Hano√Į – oui, je sais tout est relatif mais pour moi qui vivais depuis des semaines au-dessus des 30 degr√©s, √ßa fait frisquet 18 – mais avec le vent qui s’invite √†¬† la f√™te, je ne regrette pas d’avoir pull et veste sur les √©paules. Nous longeons les √©normes paquebots du port d’Haiphong avant de retrouver la haute mer.
Arriv√© √†¬† Cat Ba, le temps est toujours brumeux et gris mais le front de mer est s√©duisant et la bourgade a ce charme des petits villages littoraux. Je photographie le ballet des barques √†¬† bras. Le lendemain, c’est Halong Day, enfin Halong Bay. J’ai r√©serv√© un tour d’une journ√©e en bateau. Sur le pont du bateau, m√™me avec mes deux pulls et ma veste, je ne sue pas √†¬† grosses gouttes, loin s’en faut mais dans la cabine on ne voit pas tellement bien et c’est pas pratique pour prendre des photos. La visibilit√© n’est pas tr√®s bonne et la luminosit√© non plus. Je dois shooter √†¬† haute sensibilit√© mais √ßa reste magique. Oui, la Bretagne, c’est magnifique !
baie d'Along - Halong Bay
Au d√©tour des grands blocs de pierre coiff√©s de verdure, plant√©s dans l’oc√©an, nous d√©couvrons des maisons flottantes, parfois des communaut√©s enti√®res qui vivent de la p√™che, la viviculture ou la location de kayaks aux touristes de passage. Et puis, il y a les grottes. Nous en visitons deux, dont une immense qui surplombe une crique superbe.
Halong Bay - baie d'along Vietnam
Il est midi, la lumi√®re se fait un chouillat moins timide. On nous sert un repas d√©licieux en cabine. Riz, rouleaux de printemps, sardines grill√©es, choux et carottes √†¬† la vapeur, concombres et tomates crus. Dehors, il commence √†¬† crachouiner. On y voit encore moins bien que le matin. Cette fois-ci, un peu poule mouill√©e ou plut√īt poule qui ne veut pas se faire mouiller, je reste en cabine et sort de temps en temps pour t√†¬Ęter du d√©clencheur. Petite balade en kayak sur une eau calme, entre les icebergs locaux et les maisons flottantes, arr√™t √†¬† une ferme piscicole flottante o√Ļ les marins qui ont visiblement bien arros√© leur repas, commencent √†¬† entonner: « Sarkozy,Sarkozy,Sarkozy ! » en apprenant la nationalit√© de mes compatriotes pr√©sents dans le groupe et retour √†¬† la casbah, euh pardon √†¬† Cat Ba. La halte baignade pr√©vue au programme a √©t√© annul√©e sans la moindre protestation de la part du groupe. Etonnant…
Baie d'Along ferme piscicole
Au large de la ville se trouve un village de p√™cheurs flottant. Notez que j’ai bien laiss√© « flottant » au singulier car c’est le village qui flotte, les p√™cheurs, je ne suis pas s√†¬Ľr…De nombreux bateliers vous proposent d’en faire le tour pour quelques milliers de dongs. Je choisis la fin d’apr√®s-midi, vers 17h pour cette balade. D’apr√®s mes observations, c’est le moment de la journ√©e o√Ļ il y a le plus d’animation. C’est incroyable ces habitations construites sur un quadrillage en bois reposant sur des barils, des coques de bateaux ou des bateaux transform√©s directement en maisons. D√©s que vous vous approchez √†¬† moins de 3 m√®tres, les chiens aboient et montrent leurs crocs pour d√©fendre leur territoire flottant. Certains habitants ont la t√©l√© par satellite.
Cat ba - Vietnam- village flottant
C’est l’heure du repas, plusieurs familles me proposent de me joindre √†¬† eux; trop timide, je n’ai pas os√©. J’ai probablement eu tort. C’est la derni√®re √©tape de mon voyage vietnam, retour √†¬† Hano√Į puis direction Bangkok.

Les photos de Halong et Cat Ba sont dans la galerie.


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog