Chumphon deux en un

Share Button

A la gare de Bang Saphan Yai, j’attends mon train sur un des bancs en ciment. Je ne sais plus comment la conversation a commencé d’autant que mon interlocuteur ne parle pas un mot d’Anglais mais j’ai sympathisé avec un Thaï qui lui aussi descend à Chumphon voir son frère. Il me proposera d’ailleurs de m’héberger une fois dans le train, proposition que j’ai peut-être acceptée un peu vite. Surtout quand je vois comme il dévore des yeux ma voisine montée en même temps que nous dans le wagon, avec qui il a aussi engagé la conversation et qui s’arrête aussi à Chumphon. A croire que tout le monde va à Chumphon dans ce train ! Bref, je commence à cogiter un peu et lui demande finalement comme test si son frère est marié. Si je débarque dans une famille, je serai plus rassuré qu’avec deux frères dont un déshabilleur du regard. « Mai mee » répond-t-il, bon, faut que je trouve une échappatoire. Simple, à peine sur le quai de la gare de Chumphon, je suis démarché pour embarquer directement sur un bateau de nuit pour Koh Tao et fais mine d’accepter et d’être désolé pour mon nouvel ami. Bon, en toute honnêteté, j’ai probablement été méfiant pour rien mais bon…

Une fois qu’il a le dos tourné, j’envoie bouler la rabatteuse de l’agence de voyage car j’aimerais rester au moins ce soir ici et décider ensuite. Je pose mes affaires au Sri Chumphon Hotel en face de la Fame Guesthouse dans une grande chambre avec ventilateur pour 330 bahts la nuit. Et demande en thaï au réceptionniste qui n’a pas compris en Anglais où est le night market. « Liao kwa, fai deng liao saï », c’est facile, je sors, vais à droite puis à gauche au feu et c’est tout droit. Je tombe dans un charmant petit marché plein de stands de nourriture avec en plus une scène et apparemment des événements et élections pour promouvoir les produits locaux. Il faut dire que je suis dans un marché au top euh pardon OTOP (One Tambon One Product) dont le but est de valoriser les produits locaux de la province. Je fais des photos et près de la scène des enfants commencent à me faire « Hello, what’s you name ? », Je leur répond en thaï et ça devient l’attroupement autour de moi, ils me posent plein de questions que je ne comprends pas toujours, m’offre des chips et me font promettre de revenir demain. Ce que je ferai même si je leur avais dit ne pas être sûr. Suis content d’être resté et que le gars de l’hôtel mais pas envoyé au marché de nuit officiel bien plus ennuyeux et avec un choix de nourriture moins varié. Ici, le poisson grillé pané à l’ail et les brochettes de bœufs au miel avec quelques pad thai étaient délicieux. J’ai d’ailleurs repris le même menu le lendemain tellement j’ai aimé avec en plus un kiwi fruit shake. J’en salive encore !

chumphon thailande

Oui, bon vous allez me dire : « Et Chumphon alors ? ». Vais me faire passer un savon à Chumphon, je vous jure ! Ben, c’est vrai que la ville en elle-même outre ses habitants accueillants et ce marché OTOP, n’a que peu d’attractions touristiques. Et pourquoi s’embêter à en avoir quand tout farang qui y met le pied se voit proposer mille et une solutions pour en partir le plus vite possible et ne rien en voir. Il y a au moins deux plages sympathiques à une vingtaine de kilomètres de la ville. J’ai nommé Hat Ao Thung Wua Laen et Hat Sairee. Je reste donc deux jours, un pour chacune. Pour la 1ère, il faut prendre un songtheaw qui trente minutes plus tard, me laissera à destination allégé de 30 baths. La longue plage est sympathique et ressemble à ce que vous pouvez voir à Hua Hin, une mer agitée et pas bleu turquoise avec une plage ici assez peu fréquentée. Il y a quelques complexes de bungalows et bars sur un petit kilomètre puis plus rien. Je fais des photos, pique une tête dans l’eau et barbote plus que je nage à cause des vagues mais ça fait du bien. Vient l’heure de rentrer. Je demande au policier qui bine devant son kiosque quand passe le prochain songtheaw. Dans 20-30 minutes. Je m’installe au restaurant au coin avec une glace et attends. Mon carrosse arrive mais refuse de me prendre. « Klap baan ! », il rentre chez lui. Du coup les femmes du restaurant l’assaillent de questions et je comprends que c’est fini, après lui plus personne. Evidemment, il finira par me ramener à mon hotel à Chumphon contre dix fois le prix de l’aller, parce que je suis son seul passager. Ca ressemble un peu à un coup monté mais bon j’ai pas eu envie de faire du stop ce qui aurait probablement marché.

chumphon thung wua lean beach

chumphon plage

Hat Sairee, c’est un bus cette fois qui y va, un de ces vieux modèles comme à Sukhothai, le 1785 et je pars tôt le matin pour éviter la même mésaventure que la veille mais c’était probablement inutile car sur cette ligne les bus sont très réguliers et probablement plus fiables. Je visite le navire de guerre en compagnie d’une classe d’enfants thaïlandais, visite le Kromluang Chumphon Ket Udom Sak Palace juste au-dessus, des monuments, soyons honnêtes pas des plus intéressants puis file sur la plage. Une fois passée la partie en train d’être remblayer , le cadre est joli mais la plage jonchée de détritus. Ca s’améliore au niveau des resorts mais il reste des bouteilles, sacs plastiques et cannettes. Vraiment dommage car sinon, ce serait une petit coin superbe. Je pose quand même mes affaires et vais piquer une tête. L’eau, elle a l’air propre et on y est bien. Une grosse demie-heure de trempette et mon ventre gargouille. Il est l’heure en même temps ! Je réponds à l’invitation assez sèche d’une restauratrice qui a au moins le mérite d’être là contrairement à la plupart de ses voisines pourtant très nombreuses. Et les prix sont incroyablement élevés. C’est la première fois que je ne vois que des prix à 3 chiffres sur une carte d’un restaurant de ce type. Il y a un restaurant qui à l’air plus modeste au début de la plage mais je décide de rester. J’avais déjà commandé à boire avant de voir la carte. On m’amène mon Pepsi. Une bouteille d’un litre et demi ! Ils sont contents d’avoir trouvé un client et tentent de charger la note au maximum ou quoi ! Bref, je demande une petite bouteille et dans les légumes sautés à 100 baths, d’avoir un peu de poulet. J’en aurai, très peu et la moitié sera du cartilage mais j’en aurai. Bref, pas une adresse que je recommande. Je comprends d’ailleurs assez mal tous les resorts et restaurants vides qui sont là et proposent des prix dignes de Koh Tao alors qu’ils n’ont pas le décor qui va avec. Quel intérêt s’ils n’ont aucun client ? Peut-être que le week-end, ils font le plein de Chumphonnais (oui, je tente, je sais pas comment on dit) qui ne peuvent pas aller sur les îles et se fichent donc d’être souvent vides. Bref, tant que la plage ne sera pas nettoyée, Hat Sairee n’est pas très intéressante à aller voir. J’ai préférée Thung Wua Laen du coup.

chumphon thung wua lean beach

chumphon plage

chumphon thung wua lean beach

Demain, je vais quand même partir d’ici et aller moi aussi sur les îles voisines. Mais Chumphon, n’est pas qu’une ville dortoir qui héberge les voyageurs en transit vers les Koh d’à côté c’est aussi un coin avec des plages donc je n’ai expérimenté que les plus proches mais qui sont peu touristiques et probablement de bonnes alternatives aux surpeuplées Koh Tao, Phangan et Samui. Les plages sont moins belles mais tellement plus tranquilles. Pour peu qu’elles soient en plus propres…


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog