Chiang Rai en passant par Chiang Mai

Share Button

Pour quitter Mae Hong Son, j’ai fait une folie que je n’avais jamais faite en Thaïlande auparavant : j’ai pris l’avion ! Bon, pas un gros coucou, un tout petit bimoteur d’une quinzaine de places mais quand même ! J’avoue, je n’avais pas le courage de faire 6 heures ou plus sur la route aux 1864 virages. Et puis, cet avion, sorte de minivan des airs, volait à  une altitude modérée ce qui m’a permis de pouvoir profiter du paysage mais si parfois la brume venait brouiller un peu l’image.
Arrivé sur le tarmac de Chiang Mai, car oui, du pourtant assez grand, surtout le parking, aéroport de Mae Hong Son vous avez un large choix de destinations qui va de Chiang Mai à  Chiang Mai, en passant par Chiang Mai, sans oublier Chiang Mai bien évidemment. Et deux compagnies se disputent cet immense marché, Nok Air avec ses vrais avions de ligne modèles un peu réduits et Kan Air et ses maquettes volantes. Arrivé à  Chiang Mai donc, songthaew pour le terminal des bus et hop j’embarque dans un bus pour Chiang Rai, ou j’arrive 3 heures plus tard. Persuadé que la ville doit être très touristique et qu’il doit y a avoir pléthore d’hôtels ici, je tire ma valise, dépasse le amrché de nuit qui commence et m’aventure dans les rues. Un hôtel au personnel fantôme, un bien au-delà  de mon budget, un qui se veut gruge et cool mais l’est aussi sur la propreté et la déco des chambres, puis un complet, complet, complet, et enfin le Chiang Rai Hotel vieux et asthmatique mais où je pose ma valise pour 250 bahts. Chambre avec ventilateur et chasse d’eau manuelle. Je pense que pour le prix, c’est correct mais pour parodier une pub, « ça c’était avant ! » Avant d’avoir découvert le Chat House, juste à  côté du Wat Phra Keaw qui propose au même prix une chambre bien plus jolie et confortable. Et me permettra d’aller me glisser dans le temple le matin pour la prière des moines. Il y a d’ailleurs plusieurs autres guesthouses ou hôtels à  Chiang Rai bien plus intéressantes en ratio qualité de la chambre / prix !
Côté visites, je découvre un peu tard, l’existence du petit tramway qui vous emmène gratuitement faire le tour de ce qu’il y a à  voir à  Chiang Rai enfin pas tout mais l’essentiel et me fais donc un parcours pédestre. Bon, je ne résiste pas à  l’envie de gà¢cher le suspens: les temples de Chiang Rai sont parmi les plus beaux du pays. C’est probablement la ville qui compte le plus de temples intéressants dans laquelle j’ai fait étape et j’en ai vues un paquet !. Sortant les bras chargés de cartes et prospectus du bureau de la TAT, je commence par le Wat Phra Singh. Je suis surtout en admiration devant ses toîts, par contre pour voir le Bouddha qu’abrite le wihaan principal, faudra repasser car à  8h30, il n’a pas encore ouvert ses paupières, euh pardon ses portes.

Wat Phra Singh Chiang Rai

Wat Phra Singh Chiang Rai

Le Wat Phra Keaw, qui a été l’hôte du Bouddha d’émeraude maintenant à  Bangkok, est aussi un bel édifice mais bizarrement, c’est son musée sur le côté dont l’architecture me marque le plus et les statues et objets qu’il renferme, sont superbes. Je ne vous détaille pas tous les autres que j’ai visités, ils ont tous un petit quelque chose qui m’a marqué mais vous conseille d’aller dire bonjour à  l’ immense Bouddha assis du Wat Ched Yod. Il est simplement magnifique ! Je ne sais pas je suis sous le charme de son expression ou de sa prestance mais il me plaît.

Bouddha du Wat Ched Yod de Chiang Rai

Wat Ched Yod de Chiang Rai

En dehors de la ville à  une quinzaine de kilomètres se trouve le fameux White temple ou Wat Rong Khun de son vrai nom, que vous voyez sur toutes les brochures sur Chiang Rai. Forcément, il faut que j’y aille. Et c’est assez facile en fait. Un bus local part toutes les demies heures depuis le Terminal des bus. Arrivé tôt, un peu avant 8h30, je suis loin d’être seul. C’est matinal les touristes en fait ! La visite se fait sous les ordres, ou plutôt les conseils appuyés de deux speakers qui régulent le flot des visiteurs dans le sens unique de la visite. Envie de prendre une photo au début de la petite allée qui se transforme en pont ? Move forward ! Mister keep walking ». Arrivé devant le wihan, envie de photographier l’intérieur ? « No photo ». Normalement, il n’en faut pas plus pour me faire détester un lieu mais ce temple est si original et raffiné que j’oublie bien vite cette organisation qui, j’avoue, est nécessaire tant les curieux débarquent par cars entiers en un flux ininterrompu. Et l’artiste thaïlandais à  l’origine de l’édifice toujours pas achevé et un excentrique qui me plaît encore plus quand je découvre le bà¢timent des toilettes presque aussi richement décoré que le temple mais doré lui par contre. Oui, le blanc c’est salissant !

White Temple de Chiang Rai

Bref, on ne peut pas passer à  Chiang Rai sans aller voir le White Temple, c’est fait donc je peux réfléchir à  la suite à  donner à  mon voyage en Thaïlande. Quelle sera ma prochaine étape ? Suspens…


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog