Un Bouddha et des hommes

Share Button

Tout petits les hommes√Ę‚ā¨¬¶ Bon alors, pour aller √†¬† Ang Thong, c’est pas tout √†¬† fait √†¬† la station de bus qu’il faut aller mais √†¬† l’arr√™t des minivans derri√®re le march√© juste √†¬† c√īt√©. Heureusement que je parle un peu tha√Į parce que sinon, le monsieur du guichet d’information du Terminal des bus et moi on aurait mis longtemps √†¬† se comprendre.
45 minutes de trajet et 50 bahts plus tard, je suis d√©j√†¬† en train de n√©gocier avec un chauffeur de tuk-tuk pour qu’il m’emm√®ne au Wat Muang √†¬† une quinzaine de kilom√®tres selon lui. Il veut m’y attendre pour me ramener et me demande un prix que je trouve √©lev√©. Parce que je ne veux pas avoir √†¬† compter mon temps l√†¬†-bas et parce que j’aime jouer, je lui demande de m’emmener simplement, je me d√©brouillerai pour revenir. Il insistera bien une fois au temple ou effectivement aucun de ses confr√®res ne se trouvent mais je lui confirme qu’il peut prendre cong√©. Peut-√™tre 30 secondes plus tard une jeune femme avec son fils qui avait √©cout√© nos √©changes me propose d√©j√†¬† de me ramener avec elle√Ę‚ā¨¬¶ √†¬† Ayutthaya par contre. Chaque chose en son temps, je visite, fait les photos du Bouddha et des gens en dessous et on verra comment repartir ensuite. Au pire, je suis dans un temple, ils m’accueilleront pour la nuit ūüėČ

Wat Muang Ang Thong

Ce qui m’a attir√© ici ce sont des photos de gens sur la pointe des pieds qui touchent le bout des doigts de la main de la statue et paraissent infiniment petits en dessous. J’ai trouv√© √ßa insolite et amusant et le photographe que je suis avait envie d’avoir lui aussi des photos de √ßa que c’est lui qu’il les a faites. Du coup, j’ai pass√© beaucoup de temps √†¬† attendre d’avoir les bonnes conditions en terme de nombres de gens, de dispositions, de ce qu’ils font, de leur attitudes, jusqu’√†¬† avoir quelques photos qui me satisfassent vraiment avant d’aller d√©couvrir le reste de ce vaste temple puis de revenir photographier la main et ses visiteurs. Outre plusieurs b√†¬Ętiments, il y a beaucoup d’ensembles de statues dans le jardin et une partie d√©routante avec deux immenses fant√īmes et des sc√®nes de tortures et de cruaut√© assez explicites au milieu desquelles les enfants jouent comme si c’√©tait Mickey, Donald et compagnie qui √©taient repr√©sent√©s.
J’ach√®te √†¬† manger et boire √†¬† un des stands dans le temple puis vient le moment de repartir. Effectivement, ni tuk-tuk, ni moto-taxis , rien. Il m’avait pas menti mon chauffeur de l’aller. Je d√©cide de rejoindre la grande route √†¬† 500m, me disant que probablement voyant un farang en perdition, des bonnes √†¬Ęmes me proposeraient de me ramener √†¬† la station de bus. Mais non. Sur la grande route, un garagiste me voit et me demande ce que je fais l√†¬†. Il m’indique quel van arr√™ter pour retourner √†¬† mon point d’origine. Et √ßa co√†¬Ľte que 20 baths. Je descends √†¬† la station de bus, un √©change de sourire avec le chauffeur de tuk-tuk de ce matin, l’air de lui dire ¬ę¬†T’as vu, je suis revenu !¬†¬Ľ et un chauffeur de minivan me crie ¬ę¬†Lopburi ?¬†¬Ľ. J’√©tais le dernier passager qui manquait √†¬† sa cargaison.
Une belle journ√©e, avec des photos impressionnantes, un temple certes tr√®s r√©cent mains int√©ressant et puis c’est aussi √ßa la Tha√Įlande des temples qui sortent de terre tous les jours et certains de plus en plus gigantesques. Et celui-l√†¬† a le plus grand Bouddha assis du pays avec 95 m√®tres. Qui dit mieux ?


-hotels.fr
  • Blog de Thailandee.com
    Paperblog